Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Lamproie du ruisseau Morrison (Lampetra richardsoni)

Taille et tendances des population

Il n’existe pas d’estimation fiable des effectifs de l’une ou de l’autre forme du Lampetra richardsoni dans le ruisseau Morrison. Dans des captures au piège, les reproducteurs (considérés comme des Lampetra richardsoni types) ont été plus nombreux que les lamproies de la variété du ruisseau Morrison (Beamish et Withler, 1986). Par ailleurs, Beamish (1985) a observé que parmi 18 lamproies métamorphosées recueillies dans le ruisseau Morrison, 2 sont devenues des adultes de la forme argentée (variété du ruisseau Morrison), tandis que les autres sont parvenues à maturité, se sont reproduites et sont mortes au printemps comme le font les Lampetra richardsoni types. Les données laissent croire que la population de la variété du ruisseau Morrison a été assez stable durant les premières études, qui ont été menées de 1978 à 1984 (Beamish, 1985). Cependant, il se pourrait qu’elle ait diminué ces dernières années (Beamish, données inédites). La longueur des adultes de la variété du ruisseau Morrison est comprise entre 10 et 15 cm, et on pense que chez cette lamproie l’augmentation de la longueur est faible après la métamorphose (Beamish, 1985). Le sex‑ratio de la variété semble être d’environ 4 mâles pour 1 femelle, et les mâles possèdent des gonades se trouvant à un stade avancé de maturité à un moment où les femelles sont encore immatures ou commencent leur maturation (Beamish, 1985). Il a été impossible de capturer des adultes après l’été (ou plutôt de distinguer les adultes des lamproies récemment métamorphosées), ce qui fait que la biologie et le devenir de la variété du ruisseau Morrison après l’été demeurent inconnus (Beamish, 1985).