Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Lamproie du ruisseau Morrison (Lampetra richardsoni)

Habitat

Des études de l’habitat dans le bassin supérieur (Lough, 1995; Knight et Blood, 1997) ont établi que la région du ruisseau Morrison est caractérisée par la présence de milieux humides interconnectés et parsemée de prés, de broussailles denses et de barrages et d’étangs de castors. Le lit du ruisseau est dominé par un till compressé et comprend des zones limitées de gravier fin et une abondance de débris qui diversifient l’habitat (Lough, 1995).

Le ruisseau est réputé pour son habitat propice au saumon coho (Oncorhynchus kisutch) et produit une large part des cohos du bassin de la Puntledge (comm. pers. de Brian Allen, ministère des Pêches et des Océans, 148, Port Augusta, Comox, C.‑B.). On ne connaît pas les caractéristiques de l’habitat responsables du maintien d’une population polymorphique de lamproies.

Le territoire jouxtant le ruisseau Morrison a dans le passé fait l’objet d’une exploitation forestière et minière qui a contribué à la complexité de son hydrographie (Knight et Blood, 1997). Les pressions de l’exploitation sont aussi apparentes sur le cours principal du ruisseau, où la dégradation des berges et l’enlèvement des débris ont eu pour effet d’appauvrir sa mosaïque de fosses et de radiers (comm. pers. de Brian Allen, ministère des Pêches et des Océans, 148, Port Augusta, Comox, C.‑B.).