Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement de la tortue luth dans les eaux canadiennes de l'Atlantique


1. Introduction

La tortue luth est le seul représentant de la famille des Dermochélyidés. Elle est la plus grande de toutes les tortues marines (avec une taille de 1,8 à 2,4 mètres), et celle qui plonge à la plus grande profondeur. En outre, elle se déplace sur de très grandes distances, notamment lors de ses migrations saisonnières entre les eaux du nord où elle vient se nourrir et les plages du sud où elle vient pondre. La tortue luth a la plus grande aire de répartition de toutes les tortues marines.

Bien que le statut attribué à la tortue luth par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) s'applique à l'espèce dans son ensemble, on pense que les eaux canadiennes sont fréquentées par deux populations distinctes (certains auteurs disent deux sous‑espèces) : la tortue luth de l'Atlantique et la tortue luth du Pacifique. Des programmes de rétablissement et des plans d'action séparés sont préparés pour les deux populations en fonction des conditions particulières de leurs milieux respectifs. Les buts des deux programmes doivent être atteints pour que la tortue luth soit jugée « rétablie » et admissible à une réévaluation par le COSEPAC pour déterminer s'il y a lieu de la rayer de la liste des espèces en voie de disparition.

La tortue luth est inscrite sur la liste des espèces en voie de disparition de l'annexe I de la LEP, de sorte qu'elle bénéficie d'une protection juridique et doit faire l'objet d'un programme de rétablissement. Des interdictions visant la protection de l'espèce sont entrées en vigueur en juin 2004. Ainsi, en vertu de la LEP, il est interdit de tuer un individu de l'espèce, de lui nuire ou de le harceler ainsi que de détruire ou d'endommager son habitat. La protection de l'habitat essentiel de l'espèce (défini dans le programme de rétablissement ou le plan d'action) est assurée en vertu des dispositions de la LEP ou d'une autre loi fédérale dans les 180 jours suivant l'intégration au Registre public du programme de rétablissement ou du plan d'action définissant l'habitat essentiel. Le ministre des Pêches et des Océans, désigné « ministre compétent » par la LEP, est responsable de l'élaboration du programme de rétablissement de la tortue luth (comme de chacune des espèces aquatiques désignées par la Loi) et du plan d'action pour sa mise en œuvre.

Le présent programme de rétablissement résume les connaissances actuelles sur la biologie de la tortue luth et sur la situation de la population de l'Atlantique. Il fait ressortir les lacunes dans l'état des connaissances sur l'espèce de même que la nécessité d'une coopération internationale pour son rétablissement. Il sera suivi du plan d'action (document séparé) exigé par la Loi. Le plan d'action décrira les mesures qui seront prises dans les 5 prochaines années pour la mise en œuvre du programme. Il est à espérer que ce programme permettra d'atténuer les facteurs menaçant la survie de la tortue luth tant au Canada qu'ailleurs dans le monde et, en définitive, de rétablir la population de l'espèce et de rayer son nom de la liste des espèces en péril.