Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement du béluga (Delphinapterus leucas), population de l'estuaire du Saint-Laurent au Canada - proposée

2. Rétablissement

2.1 Objectifs en matière de population et de répartition

Dans le Plan de rétablissement du béluga du Saint-Laurent publié en 1995, l’objectif ciblé était : « de faire en sorte que la population soit suffisamment grande et dans un état tel que les évènements naturels et les activités humaines ne constitueront plus une menace pour sa survie… À l’heure actuelle, il semble qu’en réduisant la pollution et les dérangements, il soit possible de permettre aux humains et aux bélugas de continuer à partager l’estuaire du Saint-Laurent. » (Pêches et Océans Canada [MPO] et Fonds mondial pour la nature (World Wildlife Fund) [WWF], 1995). L’objectif du présent programme de rétablissement est toujours de ramener la population de bélugas à un seuil où sa survie ne sera plus menacée par des perturbations naturelles et anthropiques.

L’effectif d’origine est estimé à 10 100 individus (MPO, 2005b). L’objectif en ce qui concerne la population du béluga de l’estuaire du Saint-Laurent est d’atteindre à long terme un effectif de 7 070 individus soit 70 % de l’effectif originel, ce qui correspond à l’utilisation du principe de précaution mis de l’avant par le MPO pour la gestion de diverses ressources marines (MPO, 2006; Hammill et Stenson, 2007). Toutefois, la population pourrait être considérée comme n’étant plus en péril avant que cet objectif ne soit atteint (MPO, 2005b). Au taux d’accroissement actuel d’environ 1 % par année, l’objectif à long terme pourrait être atteint en 2100. L’identification et la correction des facteurs limitant l’accroissement de la population permettraient au taux de croissance d’atteindre potentiellement un taux théorique maximal d’environ 4 %. Dans de telles circonstances, la population pourrait atteindre l’objectif de population à long terme d’ici 2050 (figure 8). Un taux d’accroissement de la population d’au moins 2 % par année constitue également un objectif de ce programme. De plus, un objectif de population intermédiaire de 1 000 individus matures a été fixé. S’il est atteint, cet objectif pourrait permettre d’attribuer au béluga du Saint-Laurent un statut correspondant à une plus faible catégorie de risque selon les critères d’évaluation du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) et de préserver la diversité génétique. Parallèlement à cette augmentation d’effectif, il est souhaitable que l’aire de répartition du béluga du Saint-Laurent s’étende sur une aire minimale correspondant à 70 % de l’aire de répartition d’origine (MPO, 2005b).


Figure 8. Temps requis pour atteindre l'objectif de population fixé de 7 070 individus, au taux de croissance actuel d'environ 1 % et au taux de croissance théorique maximal de 4 %

Graphique du taux de croissance (voir description longue ci-dessous).

Description pour la figure 8

Temps requis pour atteindre l’objectif de population fixé de 7 070 individus, au taux de croissance actuel d’environ 1 % et au taux de croissance théorique maximal de 4 % (M. Hammill, MPO, données non publiées). La figure est un graphique à ligne représentant la taille de la population en fonction du temps selon deux taux de croissance (1 % et 4 %). Avec un taux de croissance de 4 %, la taille de la population atteindra l’objectif de 7 070 individus autour de 2050, tandis qu’avec un taux de 1 %, l’objectif serait atteint vers 2100.

2.2 Objectifs de rétablissement

Afin d’atteindre les objectifs de population et de répartition du programme actuel, six objectifs de rétablissement ont été formulés :

  1. Réduire, chez le béluga, ses proies et leurs habitats, les contaminants susceptibles de nuire au rétablissement;
  2. Réduire le dérangement anthropique;
  3. Assurer des ressources alimentaires accessibles et adéquates au béluga;
  4. Atténuer les effets des autres menaces sur le rétablissement de cette population;
  5. Protéger l’habitat du béluga sur toute son aire de répartition;
  6. Assurer un suivi régulier de la population de bélugas de l’estuaire du Saint-Laurent.

Pour atteindre ces objectifs de rétablissement, plusieurs stratégies sont suggérées dans le tableau suivant.

2.3 Stratégies et mesures afin d'atteindre les objectifs du rétablissement

2.3.1 Planification du rétablissement

 

Tableau 3. Tableau de planification du rétablissement du béluga du Saint-Laurent. (Objectif 1. Réduire, chez le béluga, ses proies et son habitat, les contaminants susceptibles de nuire au rétablissement)
Niveau de PrioritéMenacesStratégies de rétablissementMesures
EssentielContaminantsÉtudier les effets des contaminants sur le béluga, ses proies clés et les espèces sentinelles.
  • Étudier les effets sur la survie, la santé, la reproduction et la croissance.
  • Faire une évaluation des risques d’impacts des différents groupes de contaminants sur le béluga et des facteurs affectant ces risques.
EssentielContaminantsRéglementer ou poursuivre l’application de la réglementation existante afin de contrôler l’introduction dans l’environnement de polluants toxiques, en particulier les nouveaux contaminants.
  • Améliorer les réglementations canadienne et québécoise afin de réduire les apports de produits toxiques dans le bassin du Saint-Laurent et des Grand Lacs, notamment en révisant ou en établissant les seuils de toxicité des polluants.
  • Développer des outils de surveillance pour faire un suivi de l’impact de la réglementation.
  • Réduire le nombre et la sévérité des déversements, accidentels ou illégaux.
EssentielContaminantsRéduire les émissions et les rejets de tous les types de polluants à la source.
  • Réduire les émissions de polluants provenant de sources telles que les sites d’entreposage, lieux d’enfouissement, stations d’épuration des eaux usées, industries, etc.
NécessaireContaminantsSuivre les sources de contamination et l’évolution des contaminants dans les tissus des bélugas et de leurs proies.
  • Étudier les sources principales de contamination, le cheminement des contaminants dans le béluga et son milieu et les voies d’exposition du béluga ou de ses proies pour différents groupes de contaminants.
  • Étudier l’évolution des contaminants dans les tissus des bélugas, des proies clés et des espèces sentinelles, notamment les nouveaux contaminants et publier les résultats.
NécessaireContaminantsPoursuivre le nettoyage des sites terrestres et aquatiques contaminés dans le bassin du Saint-Laurent et des Grands Lacs.
  • Déterminer les sites prioritaires et utiliser des techniques de décontamination respectueuses de l’environnement pour nettoyer les sites identifiés.
NécessaireContaminantsPoursuivre la coordination des activités de réduction de la pollution, en collaboration avec la Commission mixte internationale.
  • Entreprendre des actions avec le Québec, l’Ontario et les États-Unis pour coordonner les efforts de réduction de la pollution dans les Grands Lacs et tout le fleuve Saint-Laurent.

 

Tableau 3 suite. Tableau de planification du rétablissement du béluga du Saint-Laurent. (Objectif 2. Réduire le dérangement anthropique)
Niveau de PrioritéMenacesStratégies de rétablissementMesures
EssentielDérangementDéterminer les impacts du dérangement ponctuel ou chronique sur le béluga à court et à long terme.
  • Réaliser des études d’impact de la navigation, des AOM, des aéronefs et des projets côtiers et extracôtiers sur les aires fréquentées par le béluga.
  • Déterminer des mesures de gestion, découlant des études d’impact, visant à réduire le dérangement anthropique.
EssentielDérangementÉtudier les impacts de la pollution sonore sur les bélugas.
  • Déterminer les principales sources de bruits de différentes fréquences, faire le suivi de l’exposition des bélugas aux bruits et étudier l’impact de la pollution sonore sur la santé et le comportement.
  • Déterminer des mesures de gestion découlant des études sur le bruit et visant à réduire la pollution sonore.
EssentielDérangementRéduire le dérangement anthropique dans les zones de fréquentation intensive.
  • Réduire les bruits d’origine anthropique dans l’estuaire du Saint-Laurent.
  • Mettre en place des mesures de protection pour les voies de circulation maritimes problématiques pour le béluga.
  • Réduire la vitesse de circulation pour la navigation.
  • Réduire le nombre d’incidents (p. ex. : approches dirigées ou cas de harcèlement).
  • Élaborer un protocole visant l’amélioration du comportement en cas de rencontre fortuite des bateaux avec les bélugas.
NécessaireDérangementProtéger les bélugas contre le dérangement anthropique sur l’ensemble du territoire fréquenté.
  • Réviser, adopter et appliquer le Règlement sur les mammifères marins ainsi que le Règlement sur les activités en mer du PMSSL afin de mieux protéger les bélugas du dérangement, notamment en maintenant une distance adéquate avec les bateaux.
  • Améliorer les patrouilles de surveillance des Activités d’observation en mer (AOM) en période touristique dans le Parc marin du Saguenay–Saint-Laurent (PMSSL) et ailleurs dans l’estuaire du Saint-Laurent.
NécessaireDérangementMettre en œuvre la stratégie éducative sur les espèces en péril développée au parc marin et étendre sa portée à l’ensemble de l’aire de répartition du béluga.
  • Identifier les clientèles cibles des campagnes de sensibilisation, élaborer une stratégie de communication et amorcer sa mise en œuvre.
  • Bonifier la formation pour les capitaines, guides kayakistes et guides-naturalistes pour réduire le dérangement et la rendre obligatoire.
  • Diffuser les actions de conservation et réaliser des activités d’éducation s’adressant aux résidants locaux.
  • Créer un programme de reconnaissance des compagnies proposant les observations en mer pour leur respect des bonnes pratiques.
  • Définir un code de pratiques exemplaires spécifiques à chaque type d’usager navigant sur l’estuaire du Saint-Laurent.
NécessaireDérangementAméliorer le processus décisionnel pour l’émission de permis de recherche ou autres activités nécessitant des approches à moins de 400 m.
  • Mettre en place des règles et un comité décisionnel harmonisé, à guichet unique pour toutes les instances responsables, afin d’évaluer la pertinence, les modalités de réalisation et la délivrance d’un permis pour les activités ciblant les bélugas ou leurs habitats essentiels.

 

Tableau 3 suite. Tableau de planification du rétablissement du béluga du Saint-Laurent. (Objectif 3. Assurer des ressources alimentaires accessibles et adéquates au béluga)
Niveau de PrioritéMenacesStratégies de rétablissementMesures
EssentielRessource alimentaireProtéger les sites de fraie, d’alevinage et les voies migratoires des proies clés du béluga.
  • Renforcer la protection des sites importants pour les proies clés.
  • Interdire la pêche aux engins mobiles dans l’estuaire moyen du Saint-Laurent et la rivière Saguenay.
  • Maintenir le moratoire sur les espèces fourragères.
NécessaireRessource alimentairePoursuivre les recherches sur le régime alimentaire du béluga.
  • Étudier le régime alimentaire et les stratégies d’alimentation.
  • Étudier la disponibilité des proies et les facteurs pouvant en modifier la quantité et la qualité.
  • Déterminer des mesures de gestion, résultant des études sur la disponibilité des proies et visant à protéger les ressources alimentaires du béluga.
UtileRessource alimentairePrévenir les nouvelles activités de pêche susceptibles d’avoir un impact important sur les bélugas et leurs proies.
  • Évaluer les nouvelles pêches en tenant compte des besoins du béluga.

 

Tableau 3 suite. Tableau de planification du rétablissement du béluga du Saint-Laurent. (Objectif 4. Atténuer les effets des autres menaces sur le rétablissement de cette population)
Niveau de PrioritéMenacesStratégies de rétablissementMesures
EssentielAutres dégradations de l’habitatDévelopper et mettre en place des mesures de protection adéquates pour les projets côtiers et extracôtiers susceptibles d’avoir un impact dans l’aire de répartition du béluga.
  • Inclure des mesures de protection dans les projets côtiers et extracôtiers.
  • Effectuer une évaluation des impacts environnementaux pour tous les projets d’exploration et d’exploitation pétrolière et gazière dans le golfe du Saint-Laurent.
EssentielToutesMaintenir et améliorer le programme de suivi des carcasses en portant un effort particulier sur la détermination des causes de mortalité.
  • Améliorer la fiabilité, l’accessibilité de la base de données (depuis 1983) ainsi que le traitement et l’intégration des données.
  • Publier les résultats du programme sur une base régulière.
  • Déterminer des mesures de gestion, résultant des études sur les causes de mortalité et visant à réduire les sources de mortalité.
NécessaireEmpêtrements et collisionsRéduire l’impact des empêtrements dans les engins de pêche et des collisions.
  • Assurer le maintien du Réseau québécois d’urgence pour les mammifères marins.
  • Effectuer un suivi des incidents impliquant les bélugas (collisions, blessures, captures accidentelles, cas de harcèlement).
NécessaireEfflorescence, déversement etépizootiePréparer des plans d’urgence pour le béluga en cas de déversements de produits toxiques, d’efflorescence d’algues toxiques et d’épizootie.
  • Préparer ou mettre à jour les plans d’urgence applicables dans l’estuaire du Saint-Laurent.
UtileDéversementEncourager les navigateurs et les gestionnaires des infrastructures portuaires à respecter la réglementation touchant le déversement de matières polluantes.
  • Mettre en oeuvre une campagne de sensibilisation visant le respect de la réglementation concernant le déversement de matières polluantes.
  • Effectuer un suivi du nombre d’incidents.
UtileEfflorescence, déversement et épizootieDétecter et prévenir les déversements, les efflorescences d’algues toxiques et les épizooties.
  • Développer des outils pour détecter et prévenir ces évènements.
UtileCollisionsRéduire le nombre de collisions avec les embarcations, en particulier les embarcations touristiques et de plaisance.
  • Réaliser des activités de sensibilisation s’adressant aux capitaines d’embarcations touristiques et de plaisance.
UtileNouvelles menacesExaminer les autres obstacles possibles au rétablissement.
  • Si de nouvelles menaces sont identifiées, entreprendre des actions en recherche et en gestion pour en limiter l’impact.

 

Tableau 3 suite. Tableau de planification du rétablissement du béluga du Saint-Laurent. (Objectif 5. Protéger l’habitat du béluga sur toute son aire de répartition)
Niveau de PrioritéMenacesStratégies de rétablissementMesures
EssentielToutesAccroître les connaissances sur la répartition saisonnière et les habitats potentiels du béluga.
  • Déterminer les zones de fréquentation intensive selon les saisons, les caractéristiques favorables à leur utilisation, les fonctions vitales qu’elles supportent, les habitats potentiels si un élargissement de l’aire de répartition se produisait ainsi que les menaces pesant sur ces zones.
EssentielToutesProtéger l’habitat du béluga par la mise en oeuvre de divers outils légaux.
  • Créer des aires marines protégées sur le territoire occupé par les bélugas, telles que la Zone de protection marine (ZPM) Estuaire du Saint-Laurent et la réserve aquatique Manicouagan.
  • Protéger les zones de fréquentation intensive dans le PMSSL par la mise en place d’un plan de zonage.
  • Étudier la faisabilité d’étendre les limites du PMSSL, en conformité avec le plan directeur du parc marin (Agence Parcs Canada [APC] et ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs du Québec [MDDEP], 2010), pour couvrir une portion plus significative de l’aire de répartition estivale du béluga.

 

Tableau 3 suite. Tableau de planification du rétablissement du béluga du Saint-Laurent. (Objectif 6. Assurer un suivi régulier de la population de bélugas de l’estuaire du Saint-Laurent)
Niveau de PrioritéMenacesStratégies de rétablissementMesures
EssentielToutesSuivre la population de bélugas du Saint-Laurent.
  • Poursuivre les inventaires de population, tous les trois ans au minimum.
  • Entreprendre un suivi du taux de recrutement des juvéniles et des causes de mortalité de ce segment de la population.
  • Maintenir le programme de suivi de la population (répartition, taille, structure, dynamique, organisation sociale, génétique).

Niveaux de priorité : Utile : qui serait profitable au rétablissement; Nécessaire : qui présente un grand intérêt pour le rétablissement; Essentiel : qui est indispensable au rétablissement.


2.3.2 Commentaires à l'appui du tableau de planification du rétablissement

Trois menaces au rétablissement du béluga du Saint-Laurent font l’objet d’un objectif de rétablissement spécifique : les contaminants, le dérangement anthropique et la disponibilité des proies. De nombreux produits toxiques issus des produits de consommation moderne et de l’industrialisation, qu’ils soient d’usage passé, actuel ou futur, sont susceptibles de nuire au rétablissement du béluga du Saint-Laurent soit en interférant avec ses fonctions vitales, soit en provoquant des pathologies éventuellement mortelles pour les bélugas. La réduction des contaminants est donc un objectif prioritaire pour assurer le rétablissement de la population de bélugas du Saint-Laurent. Quant au dérangement anthropique, l’estuaire du Saint-Laurent est une voie de navigation importante pour la marine marchande et de plaisance, y compris pour les activités d’observation en mer. Les risques de dérangement par les différentes embarcations ou par le bruit généré par les activités humaines sont importants d’où la nécessité de proposer des approches pour tenter de réduire le dérangement anthropique. Plusieurs stocks de poissons présents dans l’estuaire du Saint-Laurent ont grandement diminué dans les dernières décennies. Malgré un régime alimentaire varié, il est possible que les proies du béluga ne se trouvent plus en quantité et en qualité suffisantes pour permettre une augmentation de la population de bélugas dans l’estuaire. Assurer au béluga des ressources alimentaires accessibles et adéquates est donc un objectif du programme de rétablissement.

Les autres menaces au rétablissement du béluga du Saint-Laurent ont été condensées dans le quatrième objectif intitulé « Atténuer les conséquences des autres menaces sur le rétablissement de cette population ». Il est très important de proposer des approches pour contrer toutes les menaces et de rester vigilant afin de soulever toute nouvelle menace. Il est également primordial de mieux comprendre l’utilisation de l’habitat par cette espèce afin de protéger les zones du Saint-Laurent qui sont importantes. Le béluga du Saint-Laurent occupe des habitats différents en fonction des saisons et les caractéristiques qui entraînent l’utilisation de ces habitats ainsi que les fonctions vitales qu’elles supportent sont peu connues.

Finalement, malgré l’interdiction de la chasse, la croissance de la population de bélugas de l’estuaire du Saint-Laurent reste faible. Le suivi de l’état de la population, et en particulier le taux de mortalité des juvéniles, permettra de s’assurer que les approches proposées pour le rétablissement sont efficaces. Ce suivi est aussi nécessaire pour identifier ou mieux comprendre les menaces les plus importantes envers cette population afin de proposer des actions pour les atténuer ou les éliminer.

2.4 Habitat essentiel

La Loi sur les espèces en péril (LEP) prévoit lors de la rédaction d’un programme de rétablissement « la désignation de l’habitat essentiel de l’espèce dans la mesure du possible, en se fondant sur la meilleure information accessible, […], et des exemples d’activités susceptibles d’entraîner sa destruction » (alinéa 41(1)c)). Le but de cette désignation est de faciliter la protection de l’habitat essentiel du béluga du Saint-Laurent des activités humaines qui pourraient le détruire et ainsi compromettre la survie et le rétablissement de cette espèce.

En vertu de la Loi sur les espèces en péril, l’habitat essentiel d’une espèce est défini comme « l’habitat nécessaire à la survie ou au rétablissement d’une espèce sauvage inscrite, qui est désigné comme tel dans un programme de rétablissement ou un plan d’action élaboré à l’égard de l’espèce » (paragraphe 2(1)). De plus, la LEP définit l’habitat pour les espèces aquatiques en péril comme « les frayères, aires d’alevinage, de croissance et d’alimentation et routes migratoires dont sa survie dépend, directement ou indirectement, ou aires où elle s’est déjà trouvée et où il est possible de la réintroduire » (paragraphe 2(1)).

Pour le béluga, population de l’estuaire du Saint-Laurent, l’habitat essentiel est désigné dans la mesure du possible et en se basant sur la meilleure information disponible. L’habitat essentiel désigné dans ce programme de rétablissement est nécessaire pour la survie et le rétablissement de cette espèce. Cependant, le manque d’information ne permet d’établir si cet habitat est suffisant pour atteindre les objectifs en matière de population et de répartition. En particulier, les connaissances reliées aux composantes de l’habitat essentiel et leurs caractéristiques qui supportent les fonctions vitales, sont insuffisantes. Le calendrier des études donne un aperçu des recherches qui sont requises pour raffiner les connaissances sur l’habitat essentiel, et pour compléter la désignation de l’habitat essentiel de façon générale afin de supporter les objectifs en matière de population et de répartition.


2.4.1 Information et méthode utilisées pour désigner l'habitat essentiel

Dans le but de désigner l’habitat essentiel du béluga du Saint-Laurent, toute l’information disponible sur les exigences du béluga en matière d’habitat, ses proies, sa répartition saisonnière ainsi que l’utilisation et les caractéristiques de son habitat, a été revue (Mosnier et coll., 2009). Les sources d’information revues proviennent des domaines universitaire, gouvernemental et non-gouvernemental. Cette compilation de la littérature a été intégrée dans un avis scientifique sur la désignation de l’habitat essentiel qui a été revu par des experts en mammifères marins et publié (MPO, 2009a). La désignation de l’habitat essentiel telle qu’elle est présentée dans ce programme a également été révisée et appuyée par l’équipe de rétablissement du béluga du Saint-Laurent.

Les connaissances sur l’utilisation de son habitat par le béluga portent surtout sur l’utilisation actuelle de l’habitat en période estivale. L’utilisation originelle et celle actuelle, en hiver, sont moins bien connues. Les connaissances actuelles suggèrent une ségrégation spatiale des bélugas basée sur le sexe et la classe d'âge des individus qui semble typique chez cette espèce durant l'été. L'estuaire moyen, où les femelles accompagnées de veaux et de juvéniles se concentrent, est probablement un habitat important pour le soin des jeunes et la mise bas. Toutefois, les raisons de cette ségrégation sexuelle et les caractéristiques de l'habitat qui sont essentielles à la survie des femelles, des veaux et des juvéniles dans ce secteur ne sont pas clairement définies. L’habitat essentiel pour le béluga du Saint-Laurent est désigné en se basant sur l’aire de répartition estivale des femelles et leur veau, puisque cet habitat supporte la fonction de mise bas et d’élevage des veaux et donc la survie des juvéniles. Une hypothèse sur la difficulté de survie des juvéniles ayant été soulevée pour expliquer l’absence de rétablissement depuis l’arrêt de la chasse, le Ministre de Pêches et Océans Canada considère que cet habitat est nécessaire à la survie et au rétablissement du béluga.


Figure 9. Habitat essentiel du béluga du Saint-Laurent.

Carte montrant l'habitat essentiel du béluga du Saint-Laurent (voir description longue ci-dessous).

Description pour la figure 9

Habitat essentiel du béluga du Saint-Laurent. La carte représente la délimitation de l’habitat essentiel ainsi que la bathymétrie dans l’estuaire du Saint-Laurent. Il s’étend des battures aux Loups Marins jusqu’à la portion sud de l’estuaire au large de Saint-Simon. Il exclut la zone plus profonde de la tête du chenal laurentien. Il inclut la portion aval de la rivière Saguenay, de l’embouchure à l’île Saint-Louis. En médaillon, la localisation du secteur au Québec. La carte inclut les coordonnées géographiques du polygone de l’habitat essentiel.


2.4.2 Description de l'habitat essentiel

L’habitat essentiel a été désigné selon l’approche de la zone d’occupation et correspond à l’aire de répartition estivale des groupes composés d’adultes accompagnés de nouveau-nés et de juvéniles, soit l’estuaire moyen, des battures aux Loups-Marins jusque dans le Saguenay, et la portion sud de l’estuaire maritime (figure 9). L’habitat essentiel inclut toute l’aire illustrée à la figure 9. Toutefois, les installations permanentes d’origine anthropique qui peuvent être présentes à l’intérieur de l’aire délimitée (p. ex., port ou marina) sont spécifiquement exclus de la description de l’habitat essentiel.

L’environnement qui règne dans l’habitat essentiel du béluga est favorable à sa présence continue grâce aux processus océanographiques qui mènent aux remontées d’eaux froides riches en minéraux et à la productivité élevée. Le schéma de répartition du béluga au sein de son aire d’estivage reflète probablement les besoins écologiques et comportementaux des différents groupes sociaux. L’été, soit de juin à octobre, on observe un phénomène de regroupement par sexe et par classe d’âge. Dans le Saint-Laurent, on peut observer ce phénomène dans les secteurs suivants : l’estuaire moyen pour les groupes composés des femelles adultes accompagnées de nouveau-nés et de juvéniles et la partie nord de l’estuaire maritime pour les groupes d’adultes seulement (figure 6). Les femelles montrent un attachement très fort à leur habitat d’estivage, caractérisé par l’abondance de proies et une bathymétrie peu profonde (tableau 4), vers lequel elles reviennent chaque été. La fonction de mise bas et d’élevage des jeunes, enjeu fondamental dans la survie et le rétablissement de cette population menacée, a lieu au sein de l’habitat essentiel désigné et délimité à la figure 9 (Mosnier et coll., 2009; MPO, 2009a). L’élevage des jeunes requiert un accès à des ressources alimentaires de qualité et un environnement permettant la communication. L’utilisation d’eaux moins profondes par les femelles, les nouveau-nés et les juvéniles pourrait réduire les risques de prédation et assurer l’accès à des ressources alimentaires adéquates pour les plus petits individus dont les capacités de plongée sont réduites.

Bien que les caractéristiques physiques, chimiques et biologiques qui rendent ces habitats nécessaires à la survie et au rétablissement du béluga soient peu connues, l’utilisation en été par les femelles et leur veau et la fidélité de ceux-ci à l’estuaire moyen, la rivière Saguenay et la portion sud de l’estuaire maritime renforcent le caractère essentiel de ces zones (MPO, 2009a).

 

Tableau 4. Sommaire des fonctions vitales, composantes et caractéristiques de l’habitat essentiel du béluga du Saint-Laurent.
LocalisationFonctionsComposantesCaractéristiques
Estuaire moyen (battures aux Loups Marins jusqu’à la rivière Saguenay)
Rivière Saguenay (de l’embouchure jusqu’à la baie Sainte-Marguerite)
Estuaire maritime (portion sud)
Mise bas, allaitement, alimentation, élevage des jeunes, socialisation, migration saisonnièreDisponibilité des proiesAbondance et qualité de proies (p. ex. capelan, hareng Atlantique, lançon d’Amérique, éperlan arc-en-ciel)
Estuaire moyen (battures aux Loups Marins jusqu’à la rivière Saguenay)
Rivière Saguenay (de l’embouchure jusqu’à la baie Sainte-Marguerite)
Estuaire maritime (portion sud)
Mise bas, allaitement, alimentation, élevage des jeunes, socialisation, migration saisonnièreProcessus océanographiques qui mènent aux conditions telles que les remontées d’eaux froides riches en minéraux et à la productivité élevée 
Estuaire moyen (battures aux Loups Marins jusqu’à la rivière Saguenay)
Rivière Saguenay (de l’embouchure jusqu’à la baie Sainte-Marguerite)
Estuaire maritime (portion sud)
Mise bas, allaitement, alimentation, élevage des jeunes, socialisation, migration saisonnièreBathymétrie peu profondeProfondeur de <100 m
Estuaire moyen (battures aux Loups Marins jusqu’à la rivière Saguenay)
Rivière Saguenay (de l’embouchure jusqu’à la baie Sainte-Marguerite)
Estuaire maritime (portion sud)
Mise bas, allaitement, alimentation, élevage des jeunes, socialisation, migration saisonnièreEnvironnement acoustique adéquatÀ titre indicatif seulement :
<120 dB sources continues
<160 dB sources à impulsions


2.4.3 Calendrier des études visant à désigner l'habitat essentiel

L’alinéa 41(1) c.1 de la LEP prévoit « un calendrier des études visant à désigner l’habitat essentiel lorsque l’information accessible est insuffisante ». Le présent programme inclut la désignation de l’habitat essentiel du béluga du Saint-Laurent dans la mesure du possible et en se basant sur la meilleure information disponible. D’autres travaux seront nécessaires afin de désigner l’habitat essentiel qui permettra d’atteindre les objectifs de population et de répartition. L’habitat fréquenté par le béluga en dehors de la zone comprise entre Kamouraska et Rimouski a été peu étudié et il est impossible actuellement de déterminer s’il est essentiel à la survie et au rétablissement de la population. De plus, l’habitat préférentiel du béluga en dehors de la période estivale est peu connu. Plus d’informations sont également nécessaires sur les caractéristiques de l’habitat essentiel afin de s’assurer qu’ils sont en qualité et quantité suffisantes pour supporter les processus vitaux de l’espèce. En particulier, une compréhension plus précise des caractéristiques est requise pour mieux comprendre les besoins du béluga envers l’environnement acoustique et les différentes caractéristiques biophysiques (topographie sous-marine, courants, température de l’eau, salinité, oxygène, pH, sels nutritifs, régime ou débit d’eau douce et turbidité) susceptibles d’influencer la présence des bélugas et de leurs proies.

Le calendrier d’étude présenté dans le tableau 5 prévoit les activités de recherche qui seront nécessaires afin de définir tout l’habitat essentiel du béluga du Saint-Laurent qui permettra d’assurer les objectifs de population et de répartition.

 

Tableau 5. Calendrier d’études visant à désigner l’habitat essentiel
Description de l’activitéRésultat/justificationÉchéance
Mieux définir les zones de fréquentation estivale du béluga et leurs caractéristiques en amont de Kamouraska et La Malbaie, et en aval de Rimouski et Forestville.Désigner l’habitat essentiel du béluga en dehors de la zone principalement étudiée. S’assurer que l’habitat essentiel désigné supporte tous les processus vitaux et rencontre les objectifs de population et de répartition.2016
Définir les zones de fréquentation du béluga en dehors de la saison estivale.Désigner l’habitat essentiel du béluga en dehors de la saison estivale. S’assurer que l’habitat essentiel désigné supporte tous les processus vitaux et rencontre les objectifs de population et de répartition.2016
Définir les caractéristiques de l’habitat essentiel désigné.Lier les caractéristiques biophysiques de l’habitat essentiel aux fonctions vitales qu’il supporte.2016


2.4.4 Exemples d'activités susceptibles de détruire l'habitat essentiel

La Politique du gouvernement du Canada pour la Loi sur les espèces en péril, (2011 [ébauche]) définit la destruction de l’habitat essentiel comme étant :

« La destruction de l’habitat essentiel aura lieu si une partie de cet habitat est dégradé de façon permanente ou temporaire, à un point tel que l’habitat essentiel n’est plus en mesure d’assurer ses fonctions lorsque celles-ci sont requises par l’espèce. La destruction peut découler d’une ou plusieurs activités à un moment donné ou de leurs effets cumulés au fil du temps. »

Étant donné que l’utilisation de l’habitat varie dans le temps, chaque activité doit être évaluée individuellement et des mesures d’atténuation spécifiques doivent être appliquées lorsque efficaces et disponibles. La liste des activités présentées dans le tableau ci-dessous (tableau 6) n’est pas exhaustive. Elle découle directement de la section 1.5 « Menaces » de ce programme de rétablissement. L’absence de cette liste d’une quelconque activité humaine ne peut empêcher ou entraver l’habilité du ministère à la réglementer en vertu de la LEP. De plus, l’inclusion d’une activité dans cette liste ne résulte pas automatiquement en son interdiction, puisque c’est la destruction de l’habitat essentiel qui est interdite et non l’activité. Les activités susceptibles de détruire l’habitat essentiel sont celles qui produisent de forts bruits et celles qui pourraient détruire les caractéristiques de l’habitat susceptibles d’influencer significativement l’abondance des proies.

Une pollution sonore excessive pourrait empêcher les bélugas d’accomplir des fonctions vitales et constituerait donc une destruction de l’habitat essentiel. Bien que la limite de la dégradation acoustique constituant une destruction de l’habitat essentiel du béluga dans l’estuaire du Saint-Laurent n’ait pas été déterminée, la littérature scientifique (Richardson et coll., 1990; Richardson et coll., 1995) et le National Marine Fisheries Services des États-Unis (NMFS, 2003) établissent le seuil de dérangement des mammifères marins à 120 dB pour les sources continues et 160 dB pour les sources à impulsions, tandis qu’ils établissent un seuil de dommages physiques à 180 dB. Ces seuils, cités ici à titre indicatif seulement, peuvent varier selon divers facteurs comme la fréquence des sons ou les conditions océanographiques.

Une baisse notable de la disponibilité des proies du béluga en quantité et en qualité suffisantes  dans son habitat essentiel porterait atteinte à la capacité de cet habitat à assurer l’alimentation de la population. La topographie sous-marine, les courants, la température de l’eau, la salinité, l’oxygène, le pH, les sels nutritifs, le régime ou le débit d’eau douce et la turbidité sont susceptibles d’influencer la présence des proies du béluga. Les entraves à la migration des proies peuvent affecter leur quantité et disponibilité.

Tableau 6. Exemple d’activités susceptibles de détruire l’habitat essentiel
ActivitésSéquence des effetsFonction perturbéeCaractéristiques perturbées
  • Sonars commerciaux ou militaires
  • Construction
  • Dragage
Activités qui peuvent produire une pollution sonore excessive (fréquence et intensité)

Soin aux jeunes

Socialisation

Alimentation

Environnement acoustique adéquat (par exemple, <120 dB sources continues, <160 dB sources à impulsions)
  • Construction
  • Dragage
Perturbation ou destruction des caractéristiques susceptibles d’influencer la présence des proiesAlimentationAbondance, disponibilité et qualité de proies (p. ex. capelan, hareng Atlantique, lançon d’Amérique, éperlan arc-en-ciel)

2.5 Lacunes dans les connaissances

Bien que plusieurs menaces aient été décrites, seules quelques unes ont fait l’objet de recherches intensives, comme les contaminants, tandis que plusieurs autres demeurent hypothétiques. Par conséquent, il est prioritaire d’entreprendre ou de continuer les recherches sur l’état de la population et les facteurs limitant sa croissance. Voici une liste non exhaustive des principaux besoins en recherche afin de pleinement mettre en œuvre ce programme de rétablissement :

Biologie et écologie

  • Dynamique de population (en particulier le taux de survie des juvéniles)
  • Répartition et comportement saisonniers (en particulier hors de la saison estivale)
  • Structure sociale et stratégies de reproduction
  • Régime alimentaire et besoins énergétiques

Habitat

  • Répartition, abondance, qualité, habitat, biologie et menaces des proies clés du béluga

Menaces

  • Gamme complète des contaminants environnementaux anthropiques auxquels les bélugas et leurs proies sont exposés, dans le temps et dans l’espace; attention particulière portée à la détermination des sources, notamment les nouveaux composés, et de leurs effets sur les bélugas, leurs proies et leur habitat
  • Effets à court et à long terme du dérangement tant en matière de bruit que de proximité physique des activités humaines
  • Source d'origine anthropique des agents pathogènes
  • Fréquence et intensité des collisions avec les bateaux et des empêtrements
  • Mesures d'atténuation des menaces
  • Autres obstacles au rétablissement
  • Effets des changements climatiques sur l'impact des menaces au rétablissement

Comme mentionné dans une section précédente, plusieurs programmes de recherche et de suivi sont actuellement en cours pour approfondir les connaissances sur les menaces au rétablissement du béluga du Saint-Laurent, pour mieux connaître l’état de la population et pour évaluer les mesures de gestion en place ou à développer. Il est important de poursuivre ces activités de recherche en donnant priorité aux menaces actuelles, potentielles ou anticipées qui affectent ou risquent d’affecter l’ensemble de la population de bélugas du Saint-Laurent. De plus, une bonne évaluation de l’impact des menaces au rétablissement nécessite une meilleure compréhension de la dynamique de population, notamment le recrutement de juvéniles et l’utilisation saisonnière de l’habitat. Les activités de recherche visant à compléter la désignation de l’habitat essentiel sont identifiées à la section 2.4.3 Calendrier des études visant à désigner l’habitat essentiel.

2.6 Progrès vers le rétablissement

Les indicateurs de rendement présentés ci-dessous proposent un moyen de définir et de mesurer les progrès vers l’atteinte des objectifs en matière de population et de répartition. Les progrès précis réalisés en vue de la mise en œuvre du programme de rétablissement seront mesurés par rapport aux indicateurs définis dans les plans d’action ultérieurs.

  • Augmentation de la taille de la population
  • Augmentation du nombre d’individus matures à 1 000 bélugas adultes
  • Augmentation de l’étendue de l’aire de répartition
  • Augmentation du taux d’accroissement de la population
  • Maintien du pourcentage de nouveaux-nés
  • Diminution du taux de mortalité des juvéniles

2.7 Énoncé sur les plans d'action

Un plan d’action pour la population de bélugas de l’estuaire du Saint-Laurent sera élaboré d’ici cinq ans, soit au plus tard en 2016.