Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Escargot du Puget (Cryptomastix devia)

Taille et tendances des populations

Des mentions historiques (en particulier celle de Taylor, 1889) permettent de penser que le C. devia a été présent au Canada. L’espèce n’a toutefois jamais été signalée au pays depuis, et il est possible qu’elle ait disparu du Canada. Elle n’a vraisemblablement jamais été commune ni répandue. Il reste toutefois possible, encore qu’improbable, que cet escargot subsiste dans de petites poches d’habitat.

Aux États-Unis, la répartition du C. devia est très clairsemée, et bon nombre des mentions historiques proviennent de régions qui ont été urbanisées ou converties en terres agricoles (Burke, 1999). Par exemple, 10 des 18 localités historiques de l’État de Washington se trouvent maintenant dans la région métropolitaine de Seattle. On possède peu de données sur les tendances des populations, mais en se fondant sur les tendances de l’habitat, on peut conclure que le nombre de populations a baissé (Burkes, 1999). Mis à part un spécimen trouvé en 2001 dans la chaîne côtière de l’Oregon, on ne dispose pas de mentions récentes pour la partie sud de l’aire historique de l’espèce (T. Burke, comm. pers.). Aux endroits où il est présent, le C. devia apparaît généralement moins abondant que la plupart des autres gastéropodes qui lui sont sympatriques (Burke, 1999). Burke note que cet escargot était assez abondant dans une seule zone (Cowlitz Valley Ranger District, Gifford Pinchot National Forest, Washington), où on l’a trouvé à 5 des 40 sites examinés sur une période de quatre semaines en 1995. Le nombre le plus élevé trouvé à une seule localité était de 6 individus par visite (on ne connaît pas l’effort de recherche). Selon nos données, on ne dispose d’aucune estimation de la densité de l’espèce, même si Burke (1999) a recommandé qu’on surveille à ces localités les densités, les tendances et l’effectif des populations. Aux États-Unis, on se préoccupe de la viabilité des populations restantes, étant donné que les parcelles d’habitat continuent à diminuer en nombre, en superficie et en qualité (Burke, 1999).