Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l’escargot du Puget (Cryptomastix devia) au Canada - 2002

Facteurs limitatifs et menaces

Burke (1999) a relevé un certain nombre de facteurs qui menacent le maintien des populations de C. devia aux États-Unis : perte et fragmentation de l’habitat, baisse de la qualité des habitats existants, prédation, concurrence des limaces exotiques, feux intenses et altération involontaire de l’habitat due à d’autres activités d’aménagement (comme le ratissage du tapis forestier pour la cueillette des champignons ou le ramassage des bûches de feuillus pour le foyer après la coupe du bois d’œuvre). Il est difficile de déterminer quels sont les facteurs limitatifs et les menaces qui touchent le C. devia au Canada étant donné qu’on ne sait pas s’il en existe encore des populations.

Les localités des mentions du C. devia dans le Sud-Ouest de la Colombie-Britannique représentent l’extrémité septentrionale de l’aire géographique de ce gastéropode. À la limite de son aire de répartition, une espèce peut être particulièrement vulnérable aux fluctuations climatiques et aux événements stochastiques. Dans les régions proches des localités des mentions du C. devia, les habitats ont disparu ou ont été fragmentés, et la qualité des parcelles boisées restantes s’est détériorée. On ne connaît pas la taille minimale des parcelles d’habitat pouvant abriter des populations de C. devia, mais l’espèce semble se maintenir dans quelques parcs boisés de la région métropolitaine de Seattle, dans l’État de Washington (Burke, 1999), de sorte que la survie dans des lambeaux de forêt semi-naturelle semble possible dans les régions urbanisées. Par contre, l’utilisation de pesticides pour lutter contre les gastéropodes introduits pourrait nuire à la survie du C. devia dans les refuges boisés situés dans les zones urbaines ou près des terres agricoles.

Outre qu’elle isole les populations, on peut penser que la fragmentation de l’habitat va rendre les C. devia plus vulnérables aux prédateurs naturels comme les escargots carnivores (Haplotrema et Ancotrema spp.) et les carabes. Les gastéropodes indigènes peuvent aussi être affaiblis par la concurrence des gastéropodes introduits, qui sont prédominants dans les zones urbaines et se sont aussi répandus dans les milieux forestiers.