Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le pèlerin (population du Pacifique) au Canada

Protection actuelle ou autres désignations de statut

Le pèlerin n'est pas protégé explicitement au Canada. L'espèce est protégée de facto par des réglementations générales qui interdisent le commerce des nageoires de toute espèce de requin. Puisqu'il n'y a pas de marché pour toute autre partie du pèlerin au Canada, l'espèce n'est pas directement exploitée. Ailleurs dans son aire de répartition, le pèlerin est protégé par diverses mesures et désignations. Le pèlerin est inscrit à la Liste rouge de l'UICN à titre d'espèce vulnérable à l'échelle mondiale, d'espèce en péril dans l'Atlantique Nord-Est et dans le Pacifique Nord, et d'espèce gravement en péril dans la baie Barkley (Canada) (Fowler, 2000). En 2002, le gouvernement britannique proposait d'inscrire le pèlerin à l'Annexe II de la CITES, ce qui a été accepté et est entré en vigueur en février 2003.

Dans les eaux américaines de l'Atlantique, le pèlerin est protégé par une réglementation du National Marine Fisheries Service, laquelle interdit la pêche commerciale directe, les débarquements et la vente de l'espèce. Le Royaume-Uni est le seul pays à protéger le pèlerin d’une manière stricte. Non seulement l'animal ne peut être tué, mais il est également interdit par la loi de le déranger ou de le harceler. La Fisheries Act de la Nouvelle-Zélande interdit de cibler le pèlerin, mais permet l'utilisation des prises accessoires. Dans la mer Méditerranée, le pèlerin est inscrit à l'Annexe II du Protocole relatif aux aires spécialement protégées et à la diversité biologique de la Convention de Barcelone pour la protection de la mer Méditerranée. À l'heure actuelle, seule Malte a adopté une loi visant la protection des pèlerins. La population de la Méditerranée est également inscrite à l'Annexe 1 de la Convention sur la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l'Europe.

Le pèlerin dans les eaux du Pacifique n'a pas encore été évalué par le Centre de données sur la conservation de la Colombie-Britannique.