Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le pèlerin (population du Pacifique) au Canada

Rapport de situation du COSEPAC
sur le
pèlerin
Cetorhinus maximus
population du Pacifique
au Canada
2007

Information sur l'espèce

Nom et classification

Le pèlerin (Cetorhinus maximus Gunnerus, 1765) est le seul membre de la famille des Cétorhinidés, laquelle appartient à l'ordre des Lamniformes. Ce requin est connu en anglais sous le nom de basking shark. Il est également connu dans cette langue sous les noms sun shark, bone shark et elephant shark. Dans les eaux canadiennes du Pacifique, on méprenait souvent le pèlerin pour le requin bourbeux dans les premiers signalements.


Description morphologique

En mer, cet animal se distingue facilement des autres requins par sa grande taille (taille maximale signalée de 12,2 m), ses fentes branchiales allongées qui se prolongent pratiquement jusqu'à l'axe mi-dorsal de la tête, son museau pointu, sa large bouche subterminale exhibant de petites dents crochues, son pédoncule caudal muni de puissantes quilles latérales et sa nageoire caudale en forme de croissant (Compagno, 2001; figure 1). Le pèlerin est généralement de noirâtre à gris-brun, a le dessus et le dessous du corps et des nageoires gris ou gris-bleu, est parfois plus pâle au niveau des parties inférieures et exhibe souvent des taches cutanées blanches irrégulières sur la partie antérieure de la tête et de l'abdomen (Compagno, 2001). Les pores branchiaux internes présentent des branchicténies proéminentes formées à partir d'écailles placoïdes modifiées.


Figure 1 : Requin pèlerin (Cetorhinus maximus)

Figure 1 : Requin pèlerin (Cetorhinus maximus).

Source : Compagno, 2001.


Description génétique

La structure des populations de pèlerins est mal connue. Aucune étude sur la génétique des populations n'a été réalisée pour cette espèce. Les inférences sur la structure de la population sont fondées sur les observations saisonnières et sur le nombre limité d'enregistrements faits dans le cadre d'études par marquage. Au Canada, les populations de pèlerins de l'Atlantique Nord et du Pacifique Nord sont géographiquement disjointes, et sont considérées comme isolées l'une de l'autre au plan reproductif parce qu’en raison de leur préférence pour les eaux tempérées, elles ne peuvent pas se rejoindre par l'océan Arctique.

Dans le Pacifique Nord, le pèlerin a été observé en divers endroits précis au large de la Californie, en hiver et au printemps, et régulièrement dans des secteurs précis au large de la Colombie-Britannique en été et en automne (Squire, 1967,1990). Cette information, combinée à des données récentes de suivi par satellite relevées dans l'Atlantique Nord (Sims et al., 2003; Skomal et al., 2004; Skomal, 2005), laisse croire en la présence d'une seule population panmictique le long de la côte ouest de l'Amérique du Nord. Par ailleurs, dans toute l'aire de répartition de l'espèce, d'importants regroupements ont été signalés à plusieurs reprises dans des secteurs distincts où les individus sont généralement observés en grand nombre et pendant seulement une partie de l'année (Compagno, 2001). Par conséquent, cette espèce a peut-être une tendance à la philopatrie et une structure génétique plus complexe que prévu.


Unités désignables

Puisque les pèlerins occupent exclusivement les océans tempérés et qu’il n’y a aucun passage par l’Arctique ou plus au sud, la population se trouvant dans les eaux canadiennes du Pacifique est considérée distincte de la population des eaux canadiennes de l’Atlantique et ainsi traitée comme une unité désignable distincte.