Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la tortue molle à épines (Apalone spinifera) au Canada

Facteurs limitatifs et menaces

Alors que la perte d’habitat pourrait avoir été la principale cause du déclin historique de cette espèce, la dégradation de l’habitat constitue à l’heure actuelle le problème le plus préoccupant. En effet, plusieurs des plus importants sites de nidification encore existants sont également des sites fort prisés pour les activités récréatives, et on y observe de ce fait une accentuation de la dégradation. De plus, comme cette espèce est facilement perturbée durant la nidification, il est probable qu’une intensification des activités récréatives entraîne une baisse du succès, déjà faible, de la nidification. Il est possible également que la présence des humains ait entraîné une augmentation des populations de certains prédateurs, comme le raton laveur, en particulier à Rondeau, où le terrain de camping procure à ce ravageur une source d’alimentation durant toute l’année. On a aussi observé une infestation de certains nids par des sarcophagidés (diptères) en Ontario, mais on ignore dans quelle mesure ce phénomène influe sur la survie des nouveau-nés. La contamination de l’environnement est un autre facteur susceptible de nuire au succès de la nidification. La découverte en Ontario d’un nombre élevé d’œufs inféconds à certains endroits a suscité une analyse des concentrations de contaminants dans les œufs, et un manuscrit sur cette question a été présenté (S. de Solla, comm. pers.). Des échantillons d’œufs prélevés entre 1997 et 1999 sont actuellement analysés en vue de déterminer les concentrations de contaminants qu’ils renferment (***). Enfin, la diminution des populations d’écrevisses et de mollusques, lesquels composent la majeure partie du régime alimentaire de la tortue-molle à épines, pourrait aussi limiter la taille et la répartition des populations de tortues-molles à épines.