Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le Râle élégant au Canada – Mise à jour

Évaluation et statut proposé

Au Canada, le Râle élégant se reproduit seulement dans le sud-ouest de l’Ontario. On ne sait pas quel était l’effectif autrefois dans les marais de l’Ontario, ni dans quelle mesure ces marais étaient peuplés. Cependant, il est clair que de graves déclins se sont produits dans les parties septentrionales de l’aire de répartition de l’espèce au cours du XXe siècle (Meanley, 1992). Nous savons aussi qu’il y a eu une perte considérable de l’habitat disponible dans le sud-ouest de l’Ontario (Snell, 1987), là où le Râle élégant aurait été le plus abondant.

Aux États‑Unis, les plus grandes populations de Râles élégants se trouvent généralement dans des régions relativement proches des côtes sud et est et dans la vallée du cours inférieur du Mississippi. Dans l’intérieur du continent, à part la région du Mississippi, les deux seules autres régions connues pour leurs fortes densités étaient les marais du lac Érié, en Ohio, et les marais du lac Sainte‑Claire (Meanley, 1992). Des déclins alarmants ont été constatés dans les marais du lac Érié (Meanly, 1992) et le Râle élégant a été déclaré espèce en voie de disparition dans l’Ohio (Peterjohn et Rice, 1991). De plus, du côté américain de la région du lac Sainte Claire, il a été déclaré en voie de disparition à la suite des baisses de population qui se sont produites à cet endroit et dans la plupart des États du Midwest (Rabe, 1991). De fait, on a considéré que, sauf en Floride et en Louisiane, le Râle élégant serait au moins une espèce menacée dans toute son aire de répartition (Eddleman et al., 1988).

D’après les estimations des effectifs obtenues lors des relevés effectués pour l’atlas des oiseaux nicheurs de l’Ontario au début des années 1980 et dans le cadre du programme de protection des oiseaux nicheurs rares de 1989 à 1991, on a estimé que la population oscillait entre 20 et 52 couples seulement. Des estimations récentes de la population en 1997 et en 1998, fondées sur des relevés approfondis effectués dans la majeure partie des anciennes aires de reproduction connues, ont confirmé qu’une estimation optimiste s’établirait à 50 couples (Friesen et al., 1999). Lors d’un relevé approfondi effectué en 1999, on a entendu moins de 30 individus.

Il n’y a certainement eu aucune augmentation de la population de Râles élégants au Canada ces dernières années. Il est probable que très peu d’individus sont passés inaperçus lors des relevés. La perte d’habitat est considérée comme la principale cause de déclin (McCracken et Sutherland, 1987; Carroll, 1988; Eddleman et al., 1988; Rabe, 1991; Peterjohn et Rice, 1991; Meanley, 1992). Bien que la perte d’habitat de marais dans le sud de l’Ontario ait ralenti pendant la dernière décennie, il y a peut‑être encore une dégradation due aux effets de la pollution ou à la croissance des massettes favorisée par le maintien artificiel des niveaux d’eau.

La situation du Râle élégant en Ontario ne s’est pas améliorée ces dernières années. Il est donc recommandé de maintenir sa désignation d’espèce en voie de disparition.