Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement pour le rorqual bleu, le rorqual commun et le rorqual boréal dans les eaux canadiennes du Pacifique [version finale]


9 Rétablissement

On pense que les rorquals bleus, communs et boréaux fréquentant les eaux canadiennes du Pacifique appartiennent à des populations qui s'étendent sur la totalité de l'est du Pacifique Nord. Ces populations se déplacent de façon saisonnière entre les eaux internationales et les eaux territoriales du Canada, des États-Unis et, possiblement, du Mexique. Ainsi, il est peu probable que les efforts du Canada puissent assurer à eux seuls le rétablissement de ces populations. La collaboration multilatérale et internationale est donc considérée comme essentielle au succès du rétablissement de ces espèces.

Le programme de rétablissement doit tenir compte des vastes échelles de temps associées à la longévité de ces espèces ainsi que les réponses relativement lentes des paramètres de leur cycle de vie. Toutefois, elle doit également s'attaquer aux menaces imminentes qui pèsent sur ces espèces ainsi qu'aux enjeux immédiats qui touchent leur conservation.

Elle doit aussi reconnaître le fait que les habitats marins sont dynamiques, à la fois à court et à long terme, et que les processus océanographiques physiques qui contribuent à la création des habitats se situent en grande partie en dehors du champ d'intervention de l'homme. Le programme de rétablissement doit donc être axé sur les actions et les activités humaines qui peuvent être directement gérées.

9.1 Faisabilité du rétablissement

Le rétablissement des populations de rorquals bleus et communs qui fréquentent les eaux canadiennes du Pacifique est considéré comme faisable. L'approche de précaution impose la présomption que le rétablissement des effectifs de rorquals boréaux qui fréquentent les eaux canadiennes du Pacifique est également faisable, tant que l'on n'a pas démontré le contraire.

En raison de l'abondance apparemment faible et de la longévité considérable de ces animaux, on ne peut s'attendre à ce que ces populations retrouvent leurs niveaux historiques dans un proche avenir. Par exemple, même si la population de rorquals bleus de l'est du Pacifique Nord semble maintenant stable et peut augmenter (Carretta et al. 2003), il aura fallu plus de 30 ans, depuis la fin de la chasse commerciale, pour en arriver à ce point. Les attentes en matière de rétablissement doivent donc tenir compte de ces longues échelles temporelles.

Malgré leur décimation par la chasse commerciale, les populations de rorquals bleus continuent d'utiliser les eaux canadiennes, et l'on observe fréquemment des rorquals communs dans les habitats de la faille et de la plate-forme continentale. Ainsi, les preuves disponibles laissent clairement entendre que ces espèces peuvent se rétablir dans les eaux canadiennes du Pacifique.

Bien qu'apparemment moins abondants à l'heure actuelle dans l'est du Pacifique Nord que les rorquals bleus ou communs, les rorquals boréaux continuent vraisemblablement de fréquenter les eaux du Pacifique au large du Canada. Le rétablissement de cette espèce dans l'est du Pacifique Nord devrait être facilité par son régime alimentaire plus varié.

Les rorquals communs et bleus sont suffisamment abondants dans l'est du Pacifique Nord (voir les sections 2.3 et 3.3, taille de la population) pour afficher le potentiel de reproduction nécessaire à l'augmentation du taux de croissance des populations. Cela pourrait être également le cas pour les rorquals boréaux, malgré les estimations récentes qui portent à seulement 56 le nombre d'animaux dans cette région (section 4.3). On sait que les populations de rorquals boréaux sont très mobiles, qu'elles préfèrent les habitats de haute mer et qu'elles fréquentent rarement les zones côtières. Il faut donc effectuer une série d'observations à plus long terme avant d'en arriver à la conclusion que le rétablissement est chose impossible.

Les processus physiques responsables de la concentration des espèces de proies ont peu changé avec le temps. Ainsi, il est vraisemblable qu'il y ait des habitats potentiels suffisants pour ces espèces dans les eaux canadiennes du Pacifique, ces habitats étant définis selon la disponibilité des concentrations de proies.

Les menaces relevées à l'échelle des individus et des populations peuvent être atténuées par la mise en œuvre de mesures de gestion, et un certain nombre de techniques se sont révélées efficaces à cet égard. Par exemple, dans l'ouest de l'Atlantique, les routes maritimes situées sur la plate-forme continentale ont été déviées, et un système d'alerte précoce a été mis en place pour réduire les probabilités de collisions entre les baleines noires et les navires. En outre, des modifications apportées aux engins de pêche sur les côtes de l'Atlantique et du Pacifique se sont révélées efficaces pour réduire les cas d'enchevêtrement de rorquals à bosse et de plus petits cétacés. Un certain nombre d'autorités ont également élaboré des stratégies d'atténuation pour réduire l'incidence des relevés sismiques et l'utilisation de sonars à des fins militaires.

9.2 Buts du rétablissement

Les rorquals bleus, communs et boréaux sont des espèces de grande longévité (de 50 à 100 ans). Les buts à long terme doivent couvrir plusieurs génération et, par conséquent, avoir une portée de 150 à 300 ans. Les buts du rétablissement sont les suivants :

  1. atteindre une population de rorquals bleus viable à long terme dans les eaux canadiennes du Pacifique;
  2. atteindre une population de rorquals communs viable à long terme dans les eaux canadiennes du Pacifique;
  3. atteindre une population de rorquals boréaux viable à long terme et fréquentant occasionnellement les eaux canadiennes du Pacifique.

9.3 Objectifs du rétablissement

Les objectifs ne concernent que la portion de ces populations qui fréquente les eaux canadiennes et permettent de mesurer les progrès enregistrés à court terme vis-à-vis des buts du rétablissement.

  1. D'ici 2011, identifier les populations de rorquals bleus et communs qui fréquentent les eaux canadiennes du Pacifique.
  2. Maintenir ou accroître les proportions relatives de rorquals bleus et communs dans les eaux canadiennes du Pacifique, comparativement aux niveaux de l'ensemble des populations, jusqu'en 2016.
  3. D'ici 2011, confirmer la présence de rorquals boréaux dans les eaux canadiennes du Pacifique. Le cas échéant, maintenir ou accroître la proportion relative de rorquals boréaux dans les eaux canadiennes du Pacifique, comparativement au niveau de la population dans son ensemble, jusqu'en 2016.
  4. Vérifier si les menaces, telles qu'elles ont été définies, ne réduisent pas de façon importante l'habitat potentiel ou la répartition des rorquals bleus, communs et boréaux qui fréquentent les eaux canadiennes du Pacifique, et ce jusqu'en 2016 (par comparaison au moment où l'on a défini les menaces).

9.4 Stratégies pour faire face aux menaces et permettre le rétablissement

Comme les observations de baleinoptères sont rares (notamment celles de rorquals bleus et boréaux), les efforts de rétablissement devront reposer sur une approche adaptée. Par exemple, l'élaboration de stratégies d'atténuation devra être adaptée à la compréhension des menaces qui pèsent sur les individus et au recensement des habitats essentiels.

Dans un avenir proche, les objectifs du rétablissement seront principalement centrés sur la recherche, tant que l'on recueillera de l'information de base sur les habitats, l'abondance et la répartition. La collecte de cette information de base est dirigée par le MPO (PRC) – voir la section 7, Actions accomplies et en cours – et répond à une nécessité si l'on veut parvenir à définir les habitats essentiels, surveiller les menaces et mesurer les progrès accomplis vis-à-vis du rétablissement.

Une fois que les habitats essentiels seront définis et que l'abondance et la répartition de ces espèces seront mieux comprises, il faudra prendre des mesures plus poussées pour s'attaquer aux menaces qui pèsent sur leur survie. Un certain nombre de mesures d'atténuation adoptées par d'autres instances gouvernementales pour s'attaquer aux menaces auxquelles font face les grandes baleines se sont révélées efficaces (voir les exemples fournis à la section 9.1) et peuvent être adaptées en consultation avec l'industrie et, possiblement, avec d'autres paliers de compétence ou organisations pour protéger les baleinoptères dans les eaux canadiennes du Pacifique. Les activités particulières pour résoudre les problèmes liés aux menaces seront priorisées encore davantage dans le plan d'action.

9.4.1 Calendrier des études pour définir les habitats essentiels

Priorité : élevée.

Menaces ciblées : toutes.

Objectifs pertinents : 2, 3, et 4.

Le calendrier ci-après (Tableau 1) énumère les activités qui devront être menées au cours des cinq prochaines années (2006-2011) si l'on veut définir, dans la mesure du possible, les habitats essentiels des rorquals bleus, communs et boréaux. Les activités énumérées dans ce calendrier sont des recommandations qui sont soumises aux priorités et aux restrictions budgétaires des paliers de compétences et organisations participants.

L'étude des habitats essentiels des baleinoptères a été divisée selon qu'elle concerne les habitats potentiels ou les habitats confirmés. Dans une perspective écologique, les habitats potentiels sont des zones caractérisées par la présence d'habitats appropriés, tandis que les habitats confirmés sont ceux que les espèces fréquentent en réalité. En théorie, les habitats confirmés doivent représenter une petite partie des habitats potentiels, particulièrement pour les espèces ayant connu un grave déclin. La distinction permet d'établir une différence entre les habitats inhospitaliers et les habitats appropriés qui sont simplement inoccupés. En outre, étant donné le manque de données de référence sur la répartition des espèces, la délimitation des habitats potentiels aide à prioriser les efforts consentis pour les relevés, qui sont trop peu nombreux.

Les études sur les habitats potentiels exposées dans le tableau 1 sont centrées sur l'identification des régions océanographiques qui pourraient offrir des proies appropriées selon une densité convenable pour les rorquals bleus, communs et boréaux. Les études sur les habitats confirmés sont quant à elles centrées sur la manière dont les baleinoptères occupent les habitats potentiels. Les habitats essentiels peuvent alors être définis en tant qu'habitats confirmés et potentiels nécessaires à la survie et au rétablissement des espèces.

Tableau 1 : Études recommandées et échéancier pour la délimitation des habitats essentiels des rorquals bleus, communs et boréaux d'ici 2011
Ensemble d'études visant à définir les habitats essentielsDate
Définir les habitats potentiels
Associer les répartitions historiques des baleinoptères aux conditions océanographiques à long terme pour prédire les habitats potentiels.2006-2008
Élaborer et éprouver des méthodes pour prédire la répartition des espèces de proies.2006-2008
Définir les habitats confirmés
Déterminer la répartition saisonnière relative des baleinoptères dans les eaux canadiennes de l'est du Pacifique Nord.2006-2010
Relever les facteurs (p. ex., proies, courants océaniques, zones de remontée des eaux) contribuant à la répartition des espèces.2006-2010
Associer les facteurs relevés aux répartitionsbsaisonnières et prédire de quelle manière les espèces pourraient occuper les habitats potentiels (les habitats potentiels ne seront pas tous fréquentés).2006-2010
Définir les habitats essentiels
Établir des collaborations avec des chercheurs relevant d'autres instances gouvernementales ou organisations pour définir les habitats fréquemment utilisés et définir des zones prioritaires pour le choix des habitats essentiels.2006-2010
Définir les habitats essentiels des rorquals bleus, communs et boréaux à partir de la superficie d'habitats potentiels nécessaire à la survie et au rétablissement.2008-2011

9.4.2 Abondance des espèces et répartition

Priorité : élevée.

Menaces ciblées : toutes.

Objectifs pertinents : tous.

  1. Estimer le nombre de rorquals bleus et communs fréquentant les eaux canadiennes du Pacifique.
  2. Établir la présence de rorquals boréaux dans les eaux canadiennes du Pacifique.
  3. Déterminer l'ampleur des migrations et les populations auxquelles les rorquals bleus, communs et boréaux fréquentant les eaux canadiennes du Pacifique appartiennent.
  4. Déterminer la répartition saisonnière relative des rorquals bleus, communs et boréaux dans les eaux canadiennes du Pacifique par des relevés, l'identification photographique et la détection acoustique.
  5. Établir des collaborations et partager des données avec des chercheurs relevant d'autres instances gouvernementales ou organisations en vue de calculer des estimations de l'abondance, des aires de répartition et de l'utilisation des habitats.

9.4.3 Atténuation des menaces

Priorité : élevée.

Menaces ciblées : toutes.

Objectifs pertinents : 2, 3, 4

  1. Déterminer la répartition spatiale du trafic maritime commercial et associer celle-ci aux habitats essentiels des rorquals bleus, communs et boréaux.
  2. Déterminer les lieux probables ainsi que les moments des levés sismiques et de l'utilisation des sonars basse fréquence et associer ceux-ci aux habitats essentiels des rorquals bleus, communs et boréaux.
  3. Déterminer l'emplacement des sources de bruit et les niveaux de bruit de fond résultant des activités industrielles et d'autres activités humaines et associer ceux-ci aux habitats essentiels des rorquals bleus, communs et boréaux.
  4. À l'aide de l'information recueillie aux étapes a) à c), élaborer des options pour la protection des habitats essentiels et les mettre en œuvre au besoin.
  5. Étudier des méthodes de collecte de données sur la fréquence des collisions avec les navires ou des incidents d'enchevêtrement dans les engins de pêche et, au besoin, élaborer des options pour en réduire la fréquence.
  6. Inclure la mention des baleinoptères dans les plans d'intervention en cas de déversement de pétrole pour éviter que des individus ne soient souillés en cas de déversement.
  7. Confirmer le fait que la pollution massive ou chronique dans les eaux canadiennes du Pacifique ne constitue qu'une faible menace pour les baleinoptères.
  8. Confirmer le fait que les stratégies d'atténuation des effets des levés sismiques et les politiques d'utilisation des sonars à faible fréquence protègent les individus (blessures ou mortalités) et, au besoin, élaborer des options pour améliorer la protection.
  9. Promouvoir des lignes directrices pour l'observation des mammifères marins et appliquer les règlements interdisant la perturbation de ces animaux.