Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l’aster divariqué au Canada – Mise à jour

RÉPARTITION

Répartition mondiale

L’Eurybia divaricata est présent au Canada et aux États‑Unis. L’espèce est généralement commune dans son aire géographique principale, située dans les Appalaches, depuis la Nouvelle‑Angleterre jusqu’en Géorgie et en Alabama (figure 2).

Figure 2. Répartition nord‑américaine de l’Eurybia divaricata (d’après Argus et al., 1987).

Figure 2. Répartition nord‑américaine de l’Eurybia divaricata (d’après Argus et al., 1987).

Répartition canadienne

Au Canada, on trouve des populations isolées de l’espèce dans la région du Niagara, dans le Sud d’Ontario, ainsi que dans quelques boisés du Sud‑Ouest du Québec (figure 3). En Ontario, l’Eurybia divaricata se trouve presque à la limite septentrionale de son aire, et il est possible que l’espèce n’y ait jamais été répandue ou commune (M.R.O., 1997). À l’heure actuelle, il existe 15 populations confirmées d’aster divariqué en Ontario :

1

Figure 3. Répartition de l’Eurybia divaricata en Ontarioet au Québec.

·       Bois de Crescent Estates

·       Bois de Culp

·       Île Dufferin

·       AINS de Fonthill-Sandhill Valley

·       Bois de Marcy

·       Bois marécageux de Miller Creek

·       Carrières de Nelson

·       AINS de North Pelham Valley

·       Forêt d’Oakhill

·       South Fort Erie

·       South Fort Erie 2

·       Parc provincial Short Hills

Ø     Ruisseau Terrace

Ø     Bois de Cataract

·       Aire de conservation de St. John

·       Bois de la rue Summer

·       AINS des ruisseaux Two Mile et Four Mile

Ø     Aire de conservation des rives du Niagara

Ø     Terrain du ministère de la Défense nationale

            Dix sites sont répertoriés pour le Québec, dont six  ne comptant que quelques ramets chacun.

·       Venise-en-Québec                                  

·       Frelighsburg

Ø   Petit Pinacle

Ø   Saint-Armand-Centre

·       Saint-Blaise

·       Mont Saint-Grégoire

·       Colline Spruce

·       Saint-Armand

·       Philipsburg

·       Mont Rougemont

·       Mont Pinacle

            Il y aurait donc 25 sites de l’espèce au Canada. Cependant, quatre d’entre eux (tous situés au Québec) n’ont pas été confirmées depuis au moins 10 ans.