Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l’aster divariqué au Canada – Mise à jour

BIOLOGIE

Le genre Eurybia se reconnaît à ses capitules groupés en corymbe, ses bractées involucrales larges et arrondies au sommet et ses ovaires cylindriques allongés. Les bractées involucrales, généralement à frange ciliée, présentent au sommet une zone chlorophyllienne à base tronquée, en forme d’ongle. Les soies des aigrettes sont de longueur à peu près uniforme, parfois avec un renflement terminal. Chez certaines espèces, les feuilles sont pétiolées et cordées, tandis que chez d’autres elles sont sessiles et rétrécies à la base (Haines, 2001).

Physiologie

L’Eurybia divaricata est une herbacée vivace à floraison automnale. Son habitat d’élection est la forêt décidue sèche et clairsemée à sol bien drainé. Les principaux stades phénologiques de l’espèce sont les suivants (Sharp et al., 1995) :

Éclosion des boutons floraux :         début août

Épanouissement des capitules :           milieu à fin août

Pleine floraison :                               1re à 3e semaines de septembre

Début de la fructification :                      mi‑septembre

Reproduction et dispersion

Les tiges aériennes émergent de l’extrémité des rhizomes et forment des colonies denses. Les graines sont dispersées par le vent, et la colonie se propage au rythme de 0,2 à 0,3 m par an (Singleton et al., 2001), ce qui est considéré comme très lent (Singleton et al., 2001) et explique peut‑être que l’espèce ne colonise pas toujours des boisés voisins qui pourtant répondent aux exigences écologiques de l’espèce. Voilà l’étendue des connaissances sur l’écologie de reproduction de l’aster divariqué.

Relations interspécifiques

Aucune donnée n’a été publiée sur les relations interspécifiques de l’aster divariqué.