Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Tortue géographique (Graptemys geographica)

Résumé du rapport de situation

On ne possède pas de données historiques qui permettraient d’établir si les effectifs de la tortue géographique sont en déclin, stables ou en croissance. Il nous manque beaucoup d’information sur les taux de croissance, les taux de mortalité, les caractéristiques des populations (dont l’âge à la maturité et la longévité), le succès de reproduction et le potentiel reproducteur. Pour évaluer complètement la situation de l’espèce, il faudrait obtenir ces informations. De plus, il faudrait mener des études avant et après impact pour déterminer les effets de l’altération de l’habitat (par exemple dans le cas de la construction de barrages). Il serait important d’étudier les effets des contaminants sur l’ontogénie et le succès de reproduction de la tortue géographique en rapport avec la présence de moules zébrées dans son alimentation. Une surveillance à long terme visant spécifiquement la tortue géographique ou l’ensemble des espèces de tortues qui se chauffent au soleil pourrait permettre de répondre à de nombreuses questions. Des relevés récents ont fourni de bonnes données de référence pour la surveillance future des populations (voir Bonin, 1998).

Au Canada, plusieurs menaces peuvent causer de graves problèmes à la tortue géographique. Ces menaces sont les suivantes : a) prédation des œufs par des insectes; b) disparition d’habitats de nidification et d’exposition au soleil sur les rives; c) présence de barrages sur des cours d’eau importants, modifiant les niveaux d’eau et l’habitat des mollusques consommés par l’espèce; d) déclin des Unionidés et accumulation de contaminants dans ces proies; e) températures basses réduisant le succès de la nidification; f) mortalité sur les routes; g) cycle vital caractéristique des espèces à longévité élevée.

Même si on ne peut prouver directement qu’il y ait eu récemment rétrécissement de l’aire de répartition de la tortue géographique ou disparitions locales, l’importance des facteurs limitatifs, son cycle vital d’espèce à longévité élevée caractérisé par une maturité tardive ainsi que les menaces potentielles pesant sur l’espèce et son habitat laissent penser que ses effectifs sont susceptibles de diminuer. Dans le but de dégager les tendances démographiques, les populations exposées aux effets de la présence humaine devraient faire l’objet d’une surveillance. Nous recommandons que la tortue géographique (Graptemys geographica) soit désignée espèce préoccupante.