Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Tortue géographique (Graptemys geographica)

Taille et tendances des populations

Au Canada, il n’y a aucune surveillance des populations de tortue géographique. Seules des évaluations ponctuelles ont été effectuées pour des populations de la rivière des Outaouais. En 1980, on a estimé la population de tortue géographique du lac des Deux Montagnes à 351 individus ou 15 tortues/km de rive (Gordon et MacCulloch, 1980). Chabot et al. (1993) ont évalué la population de Norway Bay à 350 tortues ou de 32,4 à 38,2 tortues/km de rive. Daigle et al. (1994) ont estimé que plus de 1 000 tortues vivaient dans la rivière des Outaouais, entre le lac des Deux Montagnes et Deep River. Par ailleurs, Daigle et Lepage (1997) ont estimé à 1 191 le nombre de tortues recensées le long du Saint‑Laurent et de ses tributaires (tableau 1).

Les données pour l’estimation de la taille des populations en Ontario sont rares. Cependant, dans le but d’évaluer la taille relative des populations, on considérera que le nombre total de tortues vues par année par population est représentatif de la taille réelle de la population. Dans les Grands Lacs, les populations les plus importantes et les plus persistantes semblent être celles de Long Point et du parc provincial Rondeau (figure 4), tandis que les populations les plus importantes et les plus persistantes dans les rivières sont celles des rivières Thames et Grand (figure 5). Dans le parc provincial Rondeau, on estime qu’environ 200 à 400 adultes vivent dans la baie et ses tributaires (S. Gillingwater, comm. pers.). L’évaluation est fondée en partie sur une étude approfondie de la nidification effectuée dans le parc Rondeau en 2000‑2001 (Gillingwater et Brooks, 2002). Le parc national de la Pointe‑Pelée renferme de plus faibles effectifs, dans lesquels les classes d’âge supérieures semblent surreprésentées, ce qui laisse présager un éventuel déclin (Browne et Hecnar, 2002).

Tableau 1.  Comtés du Québec où la tortue géographique (Graptemys geographica) a été signalée. Les données sont tirées de l’Atlas des amphibiens et des reptiles du Québec (1997). L’information contenue dans les articles publiés et les documents gouvernementaux ne figure pas dans l’Atlas et, par conséquent, dans le tableau.
 123*45*67*8910*11*1213*
1980  X   X     X
1981             
1982             
1983   X         
1984             
1985           X 
1986             
1987             
1988      X     X
1989 X    X      
1990      X  X   
1991             
1992         X   
1993    X   X    
1994X    XXXX  XX
1995 X        X X
1996 X    X     X

(X=observation; *=observations durant les années 1960 et/ou 1970).

1=Argenteuil, 2=Chambly, 3=Deux‑Montagnes, 4=Gatineau, 5=Huntingdon, 6=Iberville, 7=Île de Montréal, 8=L’Assomption, 9=Missisquoi, 10=Pontiac, 11=Shefford, 12=Terrebonne, 13=Vaudreuil

La taille des populations de tortue géographique est variable dans l’aire de répartition de l’espèce (tableau 2). En 1958, l’espèce était considérée comme commune dans l’Est de l’Ontario (Bleakney, 1958) et, dès 1928, localement commune dans le Sud‑Ouest de l’Ontario (Brown, 1928; Logier, 1931; Toner, 1936; Logier et Toner, 1961). Pour l’Ontario, des populations rares ou disparues ont été mentionnées pour le Grand Toronto, notamment dans la vallée de la Rouge (Johnson, 1982) et dans la région de Hamilton (J. Lamond, 1994; J. Bonin, comm. pers.). En 1993, la tortue géographique était considérée comme vulnérable sur les rives du lac Ontario de Burlington à Trenton (Brownwell, 1993); cependant, il en existe encore de petits groupes dans la région de Cootes Paradise (K. Barrett, comm. pers., 2002).

Au Québec, la tortue géographique a été étudiée récemment. Bleakney (1958) la considérait comme rare dans les basses‑terres du Saint‑Laurent et dans le Sud-Est du Québec. Depuis les années 1980, des inventaires ont permis de repérer plusieurs populations importantes, particulièrement le long de la rivière des Outaouais; cela indique que l’espèce est plus répandue que ce que l’on croyait auparavant (Daigle et Lepage, 1997). Malgré la découverte de ces populations, on envisage d’attribuer à la tortue géographique le statut d’espèce menacée ou d’espèce préoccupante au Québec (Bonin, comm. pers.).

Figure 4.  Nombre total de tortues géographiques (G. geographica) observées par année dans trois régions de parcs situés sur les rives canadiennes du lac Érié. Les données sont tirées de l’Ontario Herpetofaunal Summary (Oldham, 1997). L’effort d’échantillonnage dans les différentes années et aux différents endroits n’a pas été pris en compte.

Figure 4.  Nombre total de tortues géographiques (G. geographica) observées par année dans trois régions de parcs situés sur les rives canadiennes du lac Érié. Les données sont tirées de l’Ontario Herpetofaunal Summary (Oldham, 1997). L’effort d’échantillonnage dans les différentes années et aux différents endroits n’a pas été pris en compte.

Figure 5.  Nombre total de tortues géographiques (G. geographica) observées par année dans des rivières du Sud de l’Ontario. Les données sont tirées de l’Ontario Herpetofaunal Summary (Oldham, 1997). L’effort d’échantillonnage dans les différentes années et aux différents endroits n’a pas été pris en compte.

Figure 5.  Nombre total de tortues géographiques (G. geographica) observées par année dans des rivières du Sud de l’Ontario. Les données sont tirées de l’Ontario Herpetofaunal Summary (Oldham, 1997). L’effort d’échantillonnage dans les différentes années et aux différents endroits n’a pas été pris en compte.

 Figure 6.  Variations mensuelles du nombre total de tortues géographiques observées sur l’année. Source : mentions de l’Ontario Herpetofaunal Summary pour une période de 72 ans.

Figure 6.  Variations mensuelles du nombre total de tortues géographiques observées sur l’année. Source : mentions de l’Ontario Herpetofaunal Summary pour une période de 72 ans.

Tableau 2.  Cotes de la tortue géographique pour la conservation à l’échelle du monde, des pays et des provinces et États. (Source : Eastern Regional Office of the Nature Conservancy, 1997. Natural Heritage Central Databases)
Pays

Province/

État

CoteDate de la désignationAutre désignationCommentaires
Monde G596-10-05  
Canada N4   
 OntarioS488-10-24  
 QuébecS189-01-26SDMV 
États-Unis N5   
 AlabamaS591-09-20  
 GeorgieS187-10-23RRare
 IowaS494-05-24  
 IndianaS487-04-21  
 KansasS291-07-30TMenacée (threatened)
 KentuckyS4S590-10-10  
 MarylandS186-10-01E*En voie de disparition (endangered)/région limitée seulement
 MichiganS592-06-24  
 New JerseyS384-08UNon déterminée
(undetermined)
 New YorkS483-11-17UNon protégée
(unprotected)
 OklahomaS195-01-05PInterdiction de récolte dans l’État
 PennsylvanieS384-03  
 VirginieS2S393-12-15  
 VermontS392-11-15SCEspèce préoccupante
(special concern)
 WisconsinS586-05-29  

 

Tableau 3.  Observations de tortues géographiques dans des zones protégées de l’Ontario. (AC = aire de conservation, PN = parc national, PP = parc provincial, ZINS = zone d'intérêt naturel et scientifique, RES = région écologiquement sensible, RNF = réserve nationale de faune * = aire protégée au Québec)
DistrictObservations dans des aires protégées ou à proximitéInformation sur l’habitat riverainPrésence humaine
BrantfordAC Brant--
DurhamPP Kendall--
 AC Big Bend--
EssexAC plage Holiday--
 AC Ruscom Shores (RES)Plage de sable, milieu humideMarina, enrochement
 AC plage Tremblay--
 Île Pelée (ZINS, RES)Plage de sable, milieux humides de bordureRésidences, marinas, enrochement
 PN Pointe Pelée (ZINS, RAMSAR)Cordon de sable, lagunePlages récréatives fortement utilisées
FrontenacPP Frontenac--
HaltonRoyal Botanical Gardens--
Haldimand-NorfolkPP Long Point (ZINS, RNF, RAMSAR, Réserve mondiale de la biosphère [UNESCO])Milieu humide étendu, plage de sable, lagune, dunesUne plage récréative
 Marais du ruisseau Big (ZINS, RNF, RES)Milieu humide étendu-
Hamilton-WentworthRoyal Botanical Gardens--
 Cootes Paradise (ZINS)Plage mixteEnrochement, zone urbaine
KentLac Sainte‑Claire (RNF)Milieux humides de bordureForte utilisation récréative, résidences
 PP Rondeau (ZINS)Milieu humide étendu, plage mixte, dunesPlages fortement utilisées, rampes de mise à l’eau, résidences
Leeds et GrenvillePP du Lac Charleston--
  --
Lambton

Îles du Saint‑Laurent

Île Walpole (RES)

Milieux humides de bordureUtilisation récréative modérée
 Pointe Kettle (RES)Milieux humides, plage de sable, dunesEnrochement, rampes de mise à l’eau
 AC Rock Glen--
LanarkPP de la Pointe Murphys--
MiddlesexAC Big Bend--
 AC Fanshawe--
MuskokaPN des Îles‑de‑la‑Baie GeorgienneEscarpement rocheux, milieux humides de bordure, berges couvertes de végétation basseLoisirs et quelques résidences
NorthumberlandPP Presqu’île (ZINS)Milieu humide étendu, berges basses couvertes de végétationRampes de mise à l’eau
 PP Ferris--
 AC Crowebridge--
Ottawa-CarletonPP Fitzroy--
Comté Prince EdwardPP Sandbanks (ZINS)Plage de sable, dunesPlage récréative fortement utilisée, rampes de mise à l’eau, résidences
 Plage OutletPlage de sable, dunesPlage récréative fortement utilisée
Dundee*Lac Saint‑François (RNF, RAMSAR)Milieux humidesLoisirs (chalets) à proximité

 

Tableau 4.  Facteurs de mortalité pour la tortue géographique (G. geographica) en Ontario. Les données sont tirées de l’Ontario Herpetofaunal Summary (Oldham, 1997)
RégionNombre (F= femelle)CauseDate
Brantford1 F + œufsMorte sur la route2 juin 1991
Tilbury1Morte sur la route7 juin 1987
Lac Desert2 FMortes sur la routeAoût 1988
Norfolk2Mortes sur la route8 juin 1985
Long Point1Mangée par un raton laveur3 juin 1987
Long Point150+Mortes dans une mare asséchée3 juillet 1977
Long Point1Morte sur la plage ‑  probablement frappée par une hélice de bateau28 août 1988
Long Point2Carapaces recueillies dans un nid de Pygargue à tête blanche8 juin 1989
Baie de Quinte2?Juillet 1979
Rondeau1?21 déc. 1981
Rondeau1Morte sur la route5 juillet 1986
Rondeau1 F + œufsMorte sur la route25 juin 1966
Rivière Salmon1Morte sur la route27 juillet 1988
Centreville1Morte sur le bord d’un ruisseau27 juillet 1988
Ivy Lea1 FMorte sur la route24 juin 1973
Rivière Thames1Morte sur la route30 avril 1987
PN des Îles‑de‑la‑Baie Georgienne1 FMorte sur la route15 juillet 1989
Pointe Twelve O'Clock1 FMorte sur la route11 août 1987
Cambellford1Morte sur la route14 août 1987
Sandbanks1Tuée à l’aide d’une hache12 juillet 1987