Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Tortue géographique (Graptemys geographica)

Protection actuelle ou autres désignations

En Ontario, les espèces indigènes d’amphibiens et de reptiles sont protégées par la loi dans les parcs nationaux et provinciaux ainsi que dans les aires de conservation. En vertu de la Loi de 1997 sur la protection du poisson et de la faune du ministère des Richesses naturelles de l’Ontario (MRNO), la tortue géographique est une espèce spécialement protégée. Il est interdit de chasser, de piéger, de garder en captivité et d’acheter ou vendre des tortues géographiques, si ce n’est en vertu d’un permis et conformément aux règlements.

Au Québec, la tortue géographique n’a pas de statut légal en vertu de la loi provinciale sur la conservation et la mise en valeur de la faune (Loi sur la conservation et la mise en valeur de la faune, C‑61.1), mais elle y est considérée comme sensible. Il est interdit de déranger, de détruire ou d’endommager ses nids (L.R.Q., chapitre C‑61.1, article 26). La collecte, la garde en captivité et la vente d’individus sont interdites en vertu du Règlement sur les animaux en captivité (Pierre Aquin, comm. pers.). Le Centre Saint‑Laurent (1996) a attribué un statut prioritaire à la tortue géographique. En 2002, l’espèce était classée S2 au Québec (Natureserve, 2002).

En 1996, le United States Fish and Wildlife Service a proposé l’ajout du G. geographica (et de onze autres espèces appartenant au genre) à l’annexe II de la CITES, en raison de sa ressemblance avec d’autres espèces de Graptemys qui sont récoltées intensivement aux États‑Unis. Deux de ces espèces, le G. pseudogeographica et le G. ouachitensis, figurent sur la liste des espèces menacées de l’Endangered Species Act. Le G. nigrinoda est en voie de disparition au Mississippi, et le G. barbouri est considéré comme vulnérable à l’extinction en Floride (Anon, 1996). Le Secrétariat de la CITES a rejeté la proposition (Gray, 1997). En 2002, le G. geographica était classé S1 dans trois États, S2 dans trois États, S3 dans quatre États et S4 ou S5 dans huit États (Natureserve, 2002). La plupart des États dans lesquels l’espèce est classée S1, S2 ou S3 sont situés en bordure de l’aire de répartition du G. geographica.