Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la verge d’or de Houghton (solidago houghtonii) au Canada

Biologie

Généralités

La verge d’or de Houghton est une herbe vivace qui se reproduit de façon asexuée, par rhizomes, ou sexuée. Elle pousse sur les substrats d’alvar, où elle est sujette à l’inondation et au dessèchement. Divers insectes la pollinisent.

Reproduction

Le Solidago houghtonii est une plante vivace dont la floraison a lieu en août et au début de septembre. La biologie de la reproduction et la morphologie florale du Solidago houghtonii ressemblent à celles des autres espèces de Solidago (Jolls et al., à l’examen). Le capitule possède une couronne extérieure de fleurs ligulées pistillées ainsi qu’un disque intérieur de fleurs hermaphrodites, les fleurs extérieures atteignant la maturité les premières. La floraison semble être liée à la taille de la plante et il est moins probable qu’elle survienne chez les individus ayant fleuri l’année précédente (Jolls et al., à l’examen). Cela indique que la floraison comporte un coût métabolique et qu’elle le plus susceptible de se produire chez les grandes plants robustes. La floraison se produit sur de 6 p.100 à 31 p.100 des tiges (Jolls et al., à l’examen; Penskar, 1997). Les fleurs sont pollinisées par les insectes, et il existe une grande variété de pollinisateurs éventuels, dont les abeilles, les papillons nocturnes et les coléoptères. Des expériences ont montré que l’autopollinisation est grandement infructueuse et que la reproduction est probablement limitée par le taux de pollinisation; en outre, la pollinisation libre a donné un faible taux (17 p.100) de mise à fruits (Jolls et al., à l’examen).

Des expériences en phytotron menées par Jolls et al. ont révélé un faible pouvoir germinatif (56 p.100). Il ne semble pas que le type de substrat et l’humidité influent sur la germination (Jolls et al., à l’examen), mais il n’est pas exclus que ces facteurs puissent influer sur d’autres stades du cycle reproductif. Les graines mises en terre à 1 cm n’ont pas du tout germé, ce qui indique que la germination requiert de la lumière, à l’instar d’autres espèces de Solidago. En outre, les graines requièrent une période de froid pour germer.

Le Solidago houghtonii peut également se reproduire végétativement par rhizomes souterrains. Les plantes peuvent ainsi produire entre 2 et 12 ramets qui cessent rapidement d’être reliés pour devenir des plantes indépendantes (Penskar, 1997).

Les rosettes basilaires peuvent vivre de 1 à 6 ans sans qu’il y ait floraison et persistent fréquemment à l’état végétatif après la fructification (Penskar, 1997).

Survie

On a observé une prédation par les pucerons et d’autres insectes (Penskar, 1997; Jolls et al., à l’examen). On n’a trouvé aucune information relative à la survie de la descendance, à la structure par âge des populations ni aux taux de reproduction et de recrutement.

Physiologie

La verge d’or de Houghton est une plante vivace dont seul le rhizome survit à l’hiver, à l’état dormant.

Dispersion

Le pollen est dispersé par les insectes. Les plantes peuvent s’étendre localement par rhizomes et les graines sont transportées par le vent. Entre 50 et 60 sites sont répartis dans neuf comtés du nord du Michigan (NatureServe 2005; carte de l’aire de répartition au Michigan dans DNR, 2005, site Web); il est possible que des graines de certaines populations du Michigan les plus proches atteignent l’île Cockburn, lieu de la population ontarienne la plus à l’ouest.

Alimentation et relations interspécifiques

Dans leur relevé des arthropodes, Jolls et al. (à l’examen) ont observé divers insectes sur les fleurs et d’autres parties des plantes. Des coléoptères (Phalacridés), des abeilles (Halictidés) et des papillons nocturnes ont visité les fleurs. Des thrips, des acariens herbivores, des insectes se nourrissant de moisissures (Melanopthalma sp .) et des détritivores (Psocoptères) vivaient dans les capitules en graines. Des araignées prédatrices de ces insectes occupaient également les fleurs.

Comportement et adaptabilité

Il existe peu de données concernant l’adaptabilité de l’espèce aux stress et aux perturbations. Sa présence dans les alvars indique qu’elle est probablement tolérante à la sécheresse et à l’inondation, et une faible compétitrice, mais aucune étude publiée n’a vérifié ces hypothèses.

On a réussi à transplanter des verges d’or de Houghton sauvages et à les cultiver au jardin botanique W.J. Beal, au Michigan (Chittenden, 1995). Ces plantes ont fleuri et produit des rhizomes.