Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le rorqual bleu au Canada – Mise à jour

Évaluation du statut proposé

 

Il semble y avoir dans l'Atlantique Nord deux populations de rorquals bleus comptant de 600 à 1 500 individus. L'aire de répartition de la population de l'Atlantique Nord-Ouest s’étend de la Nouvelle-Angleterre jusqu'à l'Est du Canada (y compris la plate-forme Néo-Écossaise, le Grand Banc, le golfe et l'estuaire du Saint-Laurent, de même que la mer du Labrador et le détroit de Davis). Au total, 372 rorquals ont été photo-identifiés dans l'Est du Canada au cours des 21 dernières années (dont jusqu'à 105 au cours d'une même année). La chasse à la baleine a réduit la population originale d'environ 70 p. 100 (plus de 1 500 rorquals ont été capturés dans l'Est du Canada entre 1898 et 1951). Nous manquons de données pour dégager les tendances actuelles des populations, mais nous savons que le nombre de baleines matures capables de se reproduire est inférieur à 250. Les plus lourdes menaces à peser sur le rorqual bleu aujourd'hui viennent des collisions avec des navires, des perturbations causées par les activités d'observation des baleines, en pleine expansion, des contacts avec des engins de pêche et de la pollution. Ces cétacés pourraient aussi être sensibles aux changements climatiques à long terme, qui pourraient avoir une incidence sur l'abondance de leurs proies (zooplancton). Cette population répond aux critères quantitatifs de la classification d'espèce en voie de disparition.

Dans le Pacifique Nord, il pourrait y avoir jusqu'à cinq populations distinctes de rorquals bleus, dont trois le long de la côte de l'Amérique du Nord (Californie, golfe d'Alaska et îles Aléoutiennes). Plus de 600 rorquals ont fait l'objet de la chasse commerciale en Colombie-Britannique entre 1910 et 1965, et un plus grand nombre encore ont été tués entre 1905 et 1912, période où les dossiers étaient mal tenus. Les rorquals bleus capturés en Colombie-Britannique étaient vraisemblablement en migration, et leur effectif original a été réduit de plus de 70 p. 100. On ne dispose d’aucune estimation de l'abondance actuelle ni d'aucun moyen d’établir les tendances démographiques actuelles. La rareté des observations (visuelles et acoustiques) porte à croire que l'effectif est actuellement très faible (de loin inférieur à 250 individus matures). On ignore ce qui met en péril le rorqual bleu sur la côte de la Colombie-Britannique, mais les collisions avec les navires, la pollution, les contacts avec des engins de pêche et les changements climatiques à long terme (qui pourraient avoir une incidence sur l'abondance de leurs proies, le zooplancton) constituent sans doute des menaces. Cette population répond aux critères quantitatifs d'une classification d'espèce en voie de disparition.