Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le rorqual bleu au Canada – Mise à jour

Information sur l'espèce

 

Le rorqual bleu, Balaenoptera musculus (Linné, 1758), est le plus gros animal qui ait jamais vécu dans les eaux de la Terre. Son aire de répartition est mondiale, et il fréquente la plupart des océans. Sa grande taille, qui lui donnait autrefois une valeur commerciale élevée, a presque causé sa perte : entre 325 000 et 360 000 rorquals ont été tués dans les seules eaux de l'Antarctique au cours de la première moitié du XXe siècle (Small, 1972; IWC, 1996). Malgré la forte baisse de ses effectifs causée par la chasse, le rorqual bleu demeure une espèce cosmopolite, séparée en plusieurs populations dans l'Atlantique Nord, le Pacifique Nord et l'hémisphère Sud. On le trouve dans les deux hémisphères, depuis la banquise jusque dans les eaux tempérées et tropicales (Rice, 1998). On connaît mal la structure des populations, mais la International Whaling Commission (IWC) a défini des aires correspondant à six stocks (Donovan, 1991).

Trois sous-espèces ont été identifiées (Rice, 1977, 1998) : le B. m. intermedia, considéré comme le plus gros rorqual, et vivant dans les eaux de l'Antarctique; le B. m. musculus, qui fréquente l'hémisphère Nord; et le B. m. brevicauda, qui fréquente la zone subantarctique, dans le Sud de l'océan Indien et le Sud-Ouest de l'océan Pacifique, et que l’on appelle aussi familièrement « rorqual bleu pygmée ». Bien que cette dernière désignation soit largement acceptée, sa validité demeure douteuse, car elle pourrait n’avoir été créée que pour servir les intérêts de l'industrie baleinière.

La longueur corporelle maximale enregistrée à l'échelle mondiale est de 33,6 m (110 pi), mais le plus grand spécimen dont la longueur a été scientifiquement validée mesurait 29,9 m (98 pi) (Rice, 1978). Le poids corporel varie de 80 à 150 tonnes (73 000 à 136 000 kg); Tomilin (1957) fait toutefois état d’une femelle de 190 tonnes (173 000 kg), capturée au sud de la Géorgie en 1947. Les rorquals bleus de l'hémisphère Sud sont en général plus grands que ceux de l'hémisphère Nord, et les femelles sont plus grosses que les mâles.

Le rorqual bleu a une forme conique allongée, la partie la plus large se situant au niveau des yeux; le dessus de la tête a la forme d’un U, accentué par une crête rostrale saillante qui va du « pare-éclaboussures » jusqu'à l’extrémité de la mâchoire supérieure; les mandibules sont massives. Les fanons noirs, au nombre de 270 à 395 de chaque côté de la mâchoire supérieure, mesurent jusqu'à 1 m (Yochem et Leatherwood, 1985). Les sillons ventraux, au nombre de 60 à 88, sont disposés longitudinalement en parallèle depuis l’extrémité de la mâchoire inférieure jusqu'à l'ombilic. La nageoire dorsale, placée très loin en arrière sur le corps, est proportionnellement plus petite que chez les autres balaenoptéridés, mais tout aussi variable sur le plan de la forme.

La pigmentation marbrée, caractéristique du rorqual bleu, présente toutes les teintes de gris, du pâle au foncé. On observe deux motifs de base dans la pigmentation : dans le premier, le fond à prédominance foncée est marbré de taches plus pâles, et dans le second, le fond, plutôt pâle, est marbré de quelques taches foncées (Sears et al., 1990). La pigmentation du rorqual bleu peut cependant varier : certains indivudus sont très peu marbrés et semblent uniformément pâles ou foncés, alors que d'autres le sont beaucoup, leurs flancs, leur dos et leur ventre présentant des bigarrures fortement contrastées, uniques à chaque animal. Ces marques, qui demeurent stables pendant toute la vie de l'animal, permettent d'identifier les individus et de suivre leurs déplacements au moyen de la photo-identification (Sears et al., 1987, 1991; Calambokidis et al., 1990).

Sténophage, le rorqual bleu semble se nourrir surtout d'euphausiacés dans les zones où il en trouve de très fortes concentrations, comme dans les eaux du golfe du Saint-Laurent et de la plate-forme continentale canadienne.

Taxinomie 

Classe                                    Mammifères

Ordre                                      Cétacés

Famille                                   Balaenoptéridés

Nom scientifique                  Balaenoptera musculus

Noms communs                    rorqual bleu, baleine bleue; anglais : blue whale

Allemand                                Blauwal, Schanelwal, Riesenwal, Breitmaulige

Espagnol                                ballena azul

Inuit                                         tunnullik (Groenland), takerrkak (Alaska)

Islandais                                 steypireydur, hrefna, blahvalur

Japonais                                shironagasu kujira

Néerlandais                           blauwe vinvis

Norvégien                              blåhval, heipe-reydur, finghval

Russe                                     blyuvala, sinii kit, goluboy kit, bolshoi polosatik