Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Rapport de situation du COSEPAC sur le meunier de Salish au Canada 2002

D'après les évaluations démographiques (McPhail, 1987; Pearson, 1998a et c; comm. pers., 2002), quatre grands cours d'eau abritent 9 populations de meunier de Salish identifiables. Pearson (comm. pers., 2001) a constaté que les dénombrements sous-estimaient la taille des populations à cause de la mauvaise utilisation des appareils de pêche électrique et des pièges à ménés lors de l'échantillonnage. Lui-même a eu recours à des nasses plus grandes (Gee traps) qu’il a installées dans des marais bordant le cours principal des cours d’eau et des étangs de castors, où il a trouvé le plus grand nombre de poissons. Selon les estimations antérieures réalisées au ruisseau Pepin (figure 4), la population comptait environ 500 individus; selon les estimations de Pearson, effectuées à l'aide de méthodes de marquage-recapture combinées à l’utilisation de nasses, l'effectif se situerait plutôt aux environs de quelques milliers, et la population serait la plus saine de l'espèce. Dans un seul étang de castors et son marais, il a compté bien au-delà de 1 000 individus (Rosenfeld, 2000). Sans connaître l'effectif des autres populations, Pearson estime toutefois qu'il est inférieur. On note en général de 10 à 25 p. 100 d’erreurs dans l’identification des spécimens de référence réalisée par les contractuels engagés pour les relevés dans les cours d'eau de la Colombie-Britannique (Peden, obs. pers., 2002; McPhail, 2002); ce genre de banque de données doit donc faire l'objet d'une vérification minutieuse. McPhail (dans Pearson, 1998c) affirme que les populations de meunier de Salish sont en sécurité dans la majeure partie de leur aire de répartition dans l’État de Washington. L'espèce a disparu de la petite rivière Campbell, mais a été redécouverte dernièrement dans le ruisseau Salwein, un affluent du système des rivières Vedder-Chilliwack-Sumas. Le meunier de Salish a disparu du ruisseau Howes, un affluent du ruisseau Bertrand (Inglis et al., 1992, 1994). 

À part les secteurs qui font l’objet de projets de rétablissement mis en œuvre par des bénévoles et des groupes industriels, la majeure partie de l'habitat du meunier de Salish a été dégradée, ce qui pourrait réduire l'effectif des populations à un niveau inférieur à ce qu'il était avant l'altération de l’habitat par les humains.