Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Chien de prairie (Cynomys ludovicianus)

Taille et tendances des populations

 

Il n’existe pas de données précises sur l’effectif et les tendances de la population de chiens de prairie du Canada. L’effectif est difficile à évaluer du fait que la densité de population varie de façon aléatoire non seulement d’une colonie à l’autre, mais au sein d’une même colonie (Hoogland, 1995), et qu’elle n’est pas corrélée avec la densité des terriers (King, 1955; Martin et Schroeder, 1978; Campbell et Clark, 1981; Hoogland, 1981; Hoogland, 1995). Les seules données disponibles sont des estimations de la superficie qu’occupent les colonies (tableau 1; Kerwin et Scheelhaase, 1971; Millson, 1976; Laing, 1986; Laing, 1988; Gauthier et Boon, 1994; Fargey, comm. pers.; Parcs Canada, données inédites; Saskatchewan Environment and Resource Management, données inédites). Il importe de souligner que ces données concernent la superficie de territoire visiblement transformé par l’espèce (sol remué) et qu’elles ne constituent pas forcément de bonnes indications de la taille et des tendances de la population.

Il semble que le chien de prairie ait étendu son territoire au Canada depuis le dernier rapport de situation du COSEPAC sur l’espèce (Saskatchewan Department of Tourism and Renewable Ressources, 1978; Laing, 1988). Les 22 colonies dénombrées lors du dernier relevé (1995‑1996) occupent une superficie totale de 931,7 ha (Fargey, comm. pers.; Parcs Canada, données inédites; Saskatchewan Environment and Resource Management, données inédites), alors que les 14 colonies connues en 1985 en occupaient environ 686,5 ha (Laing, 1986; Lainge, 1988). Il s’agit donc  d’une augmentation d’environ 36 p. 100 sur une période de dix ans, en supposant une erreur systématique négligeable. De même, si on compare les données de 1995 et de1996 à celles de 1970, la superficie totale occupée par l’espèce aurait augmenté d’une proportion de l’ordre de 85 p. 100 sur une période de 25 ans. Il faut toutefois noter que ces extrapolations ne tiennent pas compte d’un éventuel biais attribuable au nombre d’observateurs et aux différences dans les méthodes de relevé ou l’effort de recherche (colonies non découvertes). Il ne faut donc pas conclure à partir de ces seules données que la population de chiens de prairie du Canada a augmenté. Il serait important de procéder à des relevés systématiques des colonies afin d’être en mesure de suivre leur évolution à l’avenir. 

Fargey et Marshall (1997) donnent des estimations de la densité de la population de chiens de prairie du Canada (PNP) à partir du nombre d’individus aperçus hors terre (selon la méthode décrite dans Menkens et Anderson, 1993). Le nombre d’individus comptés varie grandement. Les densités moyennes obtenues sont de 3,6 adultes/ha (y compris les jeunes de l’année précédente; intervalle = de 0,3 à 19,3; n = 7; quadrats = 4 ha) et de 12,6 jeunes (de l’année)/ha (intervalle = de 7,7 à 22,3; n = 7, quadrats = 4 ha; Fargey et Marshall, 1997). Les densités moyennes obtenues par Hoogland (1995) dans le Dakota du Sud sont plus élevées, soit 18,4 adultes/ha (intervalle = de 13,9 à 21,7) et 12,7 jeunes/ha (intervalle = de 0 à 57). Il faut préciser que les relevés de Fargey et Marshall (1997) ont été faits de façon intermittente dans différentes colonies et qu’ils ont probablement plutôt fourni un indice de densité relative (permettant de comparer les colonies ou les quadrats entre eux), alors que ceux de Hoogland (1995) proviennent d’une observation quasi continue d’une seule petite colonie et, par conséquent, traduisent plus fidèlement la densité absolue de la population. Parcs Canada entend continuer de faire des relevés de la population de chiens de prairie pour environ trois à cinq ans pour être en mesure d’expliquer les variations dans les estimations de la densité de la population et d’autres caractéristiques des colonies (Fargey et Marshall, 1997).

Tableau 1. Étendues approximatives des colonies de chiens de prairie(Sciuridae : Cynomys ludovicianus) dans la vallée de la rivière Frenchman et les environs, dans le Sud de la Saskatchewan, au Canada. Un blanc signifie qu’il n’y avait pas de colonie à cet endroit ou que la colonie n’a pas fait l’objet d’un relevédurant la période indiquée. Les nombres entre parenthèses sont très approximatifs.
 Colonie1Nom2  CODE3 1970419755  19856 1993/947 1995/968
  Estimated Size (ha)
1Laovenan           3.2       2.7
2Snake PitC     0.6  164.0154.0   163.6   165.0
370 Mile ButteA   30.3    31.0   37.0     24.5     28.2
4Monument WestB   72.9  254.0   57.0     72.2     72.3
 Monument EastB   30.4       13.8     17.4
6Broken HillsQ     78.0     95.2     81.6
7Sage           2.9       6.1
8Police West           0.1       0.4
9Police East         14.0     17.3
10Timber Gulch           2.2       4.8
11LarsonO     0.4     4.4   77.0   110.4   132.9
12North GillespieL   18.2     4.0  (12.0)     15.5     19.1
13South Gillespie            0.2
14MasefieldD     2.0     8.0   12.0     27.6     31.4
15Dixon HillH           6.5
16Dixon NorthH   53.7    40.0   48.0      51.3
17Dixon MainI   44.4    80.0   43.0     57.3     58.7
18Dixon WestG   34.3    17.6   19.0       4.0     23.3
19Dixon SouthwestJ   92.9  120.0   63.0     75.8     64.1
20Dixon South         82.4     81.1
21WalkerK     0.4     7.2   43.0     57.7     60.8
22Dixon PastureN121.2    24.0(24.0)       6.6      (6.6)
  E     0.4    
  F     0.8    
  M     0.2    
  P      8.8   
  R     19.5  
Totals  503.1  763.0686.5   828.8   931.7

1Numéro de la colonie .

2Nom courant de la colonie.

3Code d'identification de la colonie.

4Kerwin et Scheelhaase 1971

5Millson 1976

6Laing 1986

7Gauthier et Boon 1994, Saskatchewan Environment and Resource Management,données inédites

8Parcs Canada données inédites, Saskatchewan Environment and Resource Management données inédites