Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Partie 2 – Renseignements sur l'espèce

Esturgeon jaune (DU1 - population de l’ouest de la baie d’Hudson)

Statut : en voie de disparition

Dernière évaluation du COSEPAC :novembre 2006

Biologie

L’esturgeon jaune est l’un des plus grands poissons d’eau douce vivant au Canada. Il peut atteindre une longueur de 3 m et un poids de 180 kg. Son corps a la forme d’une torpille et est caractérisé par une queue semblable à celle du requin et par des rangées de grandes plaques osseuses ou d’écailles; l’une de ces rangées est située sur sa partie dorsale et les deux autres, de chaque côté de son corps. On croit que ces écailles protègent les juvéniles contre les prédateurs, et les esturgeons plus âgés contre les blessures. Les autres caractéristiques distinctives de ce poisson sont sa bouche protractile (suceuse) située sous son long museau et une rangée de quatre barbillons (organes tactiles), situés sur l’avant de sa bouche, pour détecter la nourriture. L’esturgeon est un poisson des grandes profondeurs qui habite généralement les grands cours d’eau et les lacs. Il se nourrit de vers, de larves d’insectes, de mollusques, de crustacées et de petits poissons. Il affiche une croissance lente, mais est longévif, pouvant vivre parfois plus de 100 ans. Il n’atteint parfois sa maturité sexuelle qu’à l’âge de 25 ans, et la femelle ne fraie pas chaque année. Le frai a lieu d’habitude de la fin mai à la mi-juin dans des eaux vives, d’ordinaire au pied de rapides ou de chutes. 

Où trouve-t-on ce poisson?

On trouve ce poisson dans le réseau hydrographique de la rivière Churchill, au nord du Manitoba et de la Saskatchewan. 

Combien y a-t-il de poissons?

Les renseignements historiques sur la pêche indiquent que la population a connu un déclin de plus de 90 % entre les années 1920 et 1940, et rien n’indique qu’elle ait connu une croissance importante depuis cette époque.

Menaces pesant sur la population

Parmi les menaces qui pèsent sur l’esturgeon jaune, mentionnons la surpêche, les barrages, la dégradation de l’habitat, les polluants et les espèces introduites. La pêche commerciale a été le facteur déterminant du déclin sans précédent de la population d’esturgeons jaunes. Aujourd’hui, les barrages constituent la principale menace pesant sur l’espèce; ces structures nuisent au déplacement des poissons, en particulier durant le frai, entraînent ceux-ci dans les turbines et perturbent leur habitat saisonnier, le mécanisme qui déclenche le frai et le moment où il a lieu.

Justification de la désignation du COSEPAC

Un déclin précipité de plus de 98 % s’échelonnant de 1929 à 1939 a été suivi d’un déclin lent mais régulier dans la rivière Churchill, au point où les observations d’individus matures sont presque nulles depuis cinq ans. Historiquement, la principale menace a probablement été la surpêche, mais les barrages sont probablement devenus la principale menace dernièrement.

Qu’arrivera-t-il si cette population est ajoutée à la liste de la LEP?

Un programme de rétablissement doit être élaboré dans l’année suivant l’inscription de l’esturgeon jaune (population de l’ouest de la baie d’Hudson) à la liste de la LEP.


Esturgeon jaune (DU2 - population de la rivière Saskatchewan)

Statut : en voie de disparition

Dernière évaluation du COSEPAC :novembre 2006

Biologie

L’esturgeon jaune est l’un des plus grands poissons d’eau douce vivant au Canada. Il peut atteindre une longueur de 3 m et un poids de 180 kg. Son corps a la forme d’une torpille et est caractérisé par une queue semblable à celle du requin et par des rangées de grandes plaques osseuses ou d’écailles; l’une de ces rangées est située sur sa partie dorsale et les deux autres, de chaque côté de son corps. On croit que ces écailles protègent les juvéniles contre les prédateurs, et les esturgeons plus âgés contre les blessures. Les autres caractéristiques distinctives de ce poisson sont sa bouche protractile (suceuse) située sous son long museau et une rangée de quatre barbillons (organes tactiles), situés sur l’avant de sa bouche, pour détecter la nourriture. L’esturgeon est un poisson des grandes profondeurs qui habite généralement les grands cours d’eau et les lacs. Il se nourrit de vers, de larves d’insectes, de mollusques, de crustacées et de petits poissons. Il affiche une croissance lente, mais est longévif, pouvant vivre parfois plus de 100 ans. Il n’atteint parfois sa maturité sexuelle qu’à l’âge de 25 ans, et la femelle ne fraie pas chaque année. Le frai a lieu d’habitude de la fin mai à la mi-juin dans des eaux vives, d’ordinaire au pied de rapides ou de chutes. 

Où trouve-t-on ce poisson?

On trouve ce poisson dans la rivière Saskatchewan et dans les bassins hydrographiques immédiats (à l’ouest du Manitoba, au centre de la Saskatchewan et au centre-est de l’Alberta) en amont du barrage de Grand Rapids, au lac Winnipeg. 

Combien y a-t-il de poissons?

Le nombre d’esturgeons jaunes du réseau de la rivière a connu un déclin considérable entre 1920 et 1960. Depuis 1970, le déclin s’est poursuivi, atteignant jusqu’à 80 %.

Menaces pesant sur la population

Parmi les menaces qui pèsent sur l’esturgeon jaune, mentionnons la surpêche, les barrages, la dégradation de l’habitat, les polluants et les espèces introduites. La pêche commerciale a été le facteur déterminant du déclin sans précédent de la population d’esturgeons jaunes. Aujourd’hui, les barrages constituent la principale menace pesant sur l’espèce; ces structures nuisent au déplacement des poissons, en particulier durant le frai, entraînent ceux-ci dans les turbines et perturbent leur habitat saisonnier, le mécanisme qui déclenche le frai et le moment où il a lieu.

Justification de la désignation du COSEPAC

On rapporte la perte de 76 des 111 sites historiques en Saskatchewan et en Alberta ainsi qu’un déclin de 80 % entre 1960 et 2001 dans la région de Cumberland House. Un déclin de 50 % de 1998 à 2003 a également été rapporté dans le cours inférieur de la rivière Saskatchewan, de Cumberland House à Le Pas, au Manitoba.

Qu’arrivera-t-il si cette population est ajoutée à la liste de la LEP?

Un programme de rétablissement doit être élaboré dans l’année suivant l’inscription de l’esturgeon jaune (population de la rivière Saskatchewan) à la liste de la LEP.


Esturgeon jaune (DU3 - population du fleuve Nelson)

Statut : en voie de disparition

Dernière évaluation du COSEPAC :novembre 2006

Biologie

L’esturgeon jaune est l’un des plus grands poissons d’eau douce vivant au Canada. Il peut atteindre une longueur de 3 m et un poids de 180 kg. Son corps a la forme d’une torpille et est caractérisé par une queue semblable à celle du requin et par des rangées de grandes plaques osseuses ou d’écailles; l’une de ces rangées est située sur sa partie dorsale et les deux autres, de chaque côté de son corps. On croit que ces écailles protègent les juvéniles contre les prédateurs, et les esturgeons plus âgés contre les blessures. Les autres caractéristiques distinctives de ce poisson sont sa bouche protractile (suceuse) située sous son long museau et une rangée de quatre barbillons (organes tactiles), situés sur l’avant de sa bouche, pour détecter la nourriture. L’esturgeon est un poisson des grandes profondeurs qui habite généralement les grands cours d’eau et les lacs. Il se nourrit de vers, de larves d’insectes, de mollusques, de crustacées et de petits poissons. Il affiche une croissance lente, mais est longévif, pouvant vivre parfois plus de 100 ans. Il n’atteint parfois sa maturité sexuelle qu’à l’âge de 25 ans, et la femelle ne fraie pas chaque année. Le frai a lieu d’habitude de la fin mai à la mi-juin dans des eaux vives, d’ordinaire au pied de rapides ou de chutes. 

Où trouve-t-on ce poisson?

On trouve ce poisson dans le réseau hydrographique de la rivière Nelson, au nord-est du Manitoba. 

Combien y a-t-il de poissons?

Les données historiques sur la pêche commerciale indiquent un déclin important de l’abondance de l’esturgeon jaune dans le réseau hydrographique de la rivière Nelson depuis le début du 20e siècle. Les barrages ont occasionné la fragmentation de la population en des sous-populations isolées; le nombre de poissons composant la plus importante sous-population a décliné de 80 à 90 % entre le début des années 1960 et la fin des années 1990, et ce déclin c’est poursuivi.

Menaces pesant sur la population

Parmi les menaces qui pèsent sur l’esturgeon jaune, mentionnons la surpêche, les barrages, la dégradation de l’habitat, les polluants et les espèces introduites. La pêche commerciale a été le facteur déterminant du déclin sans précédent de la population d’esturgeons jaunes. Aujourd’hui, les barrages constituent la principale menace pesant sur l’espèce; ces structures nuisent au déplacement des poissons, en particulier durant le frai, entraînent ceux-ci dans les turbines et perturbent leur habitat saisonnier, le mécanisme qui déclenche le frai et le moment où il a lieu.

Justification de la désignation du COSEPAC

Des portions de cette unité désignable ont fait l’objet d’une importante pêche commerciale durant la première moitié du 20e siècle, période au cours de laquelle les débarquements ont considérablement diminué. Plus récemment, une pêche menée au lac Sipiwesk a affiché un déclin de 80 à 90 % entre 1987 et 2000. Des groupes de 5 ou 6 reproducteurs ont été observés dans la rivière Landing en 1990, alors que c’est par centaines qu’ils se dénombraient plusieurs décennies auparavant. Historiquement, la principale menace a probablement été la surpêche, mais les barrages sont probablement devenus la principale menace dernièrement.

Qu’arrivera-t-il si cette population est ajoutée à la liste de la LEP?

Un programme de rétablissement doit être élaboré dans l’année suivant l’inscription de l’esturgeon jaune (population de la rivière Nelson) à la liste de la LEP.


Esturgeon jaune (DU4 - population des rivières Rouge et Assiniboine – lac Winnipeg)

Statut : en voie de disparition

Dernière évaluation du COSEPAC :novembre 2006

Biologie

L’esturgeon jaune est l’un des plus grands poissons d’eau douce vivant au Canada. Il peut atteindre une longueur de 3 m et un poids de 180 kg. Son corps a la forme d’une torpille et est caractérisé par une queue semblable à celle du requin et par des rangées de grandes plaques osseuses ou d’écailles; l’une de ces rangées est située sur sa partie dorsale et les deux autres, de chaque côté de son corps. On croit que ces écailles protègent les juvéniles contre les prédateurs, et les esturgeons plus âgés contre les blessures. Les autres caractéristiques distinctives de ce poisson sont sa bouche protractile (suceuse) située sous son long museau et une rangée de quatre barbillons (organes tactiles), situés sur l’avant de sa bouche, pour détecter la nourriture. L’esturgeon est un poisson des grandes profondeurs qui habite généralement les grands cours d’eau et les lacs. Il se nourrit de vers, de larves d’insectes, de mollusques, de crustacées et de petits poissons. Il affiche une croissance lente, mais est longévif, pouvant vivre parfois plus de 100 ans. Il n’atteint parfois sa maturité sexuelle qu’à l’âge de 25 ans, et la femelle ne fraie pas chaque année. Le frai a lieu d’habitude de la fin mai à la mi-juin dans des eaux vives, d’ordinaire au pied de rapides ou de chutes. 

Où trouve-t-on ce poisson?

On trouve ce poisson dans le réseau hydrographique des rivières Rouge et Assiniboine de même que dans le lac Winnipeg et dans ses tributaires, les rivières Bloodvein, Pigeon, Poplar et Berens, au Manitoba et au nord-ouest de l’Ontario. 

Combien y a-t-il de poissons?

L’esturgeon jaune au lac Winnipeg a été décimé par la pêche commerciale dès les premières décennies du 20e siècle. La population des rivières Rouge et Assiniboine a également été décimée et aucun signe de la présence d’une population de reproducteurs naturels n’a été relevé dans ces bassins hydrographiques ces dernières années. Quelques tributaires plus petits du lac Winnipeg font exception, mais le nombre des femelles génitrices serait inférieur à cent.

Menaces pesant sur la population

Parmi les menaces qui pèsent sur l’esturgeon jaune, mentionnons la surpêche, les barrages, la dégradation de l’habitat, les polluants et les espèces introduites. La pêche commerciale a été le facteur déterminant du déclin sans précédent de la population d’esturgeons jaunes. Aujourd’hui, les barrages constituent la principale menace pesant sur l’espèce; ces structures nuisent au déplacement des poissons, en particulier durant le frai, entraînent ceux-ci dans les turbines et perturbent leur habitat saisonnier, le mécanisme qui déclenche le frai et le moment où il a lieu.

Justification de la désignation du COSEPAC

Une importante pêche commerciale a eu lieu entre la fin du 19e siècle et le début du 20e siècle. Depuis (c.-à-d. depuis les 3 à 5 dernières générations), l’espèce a pratiquement disparu des rivières Rouge et Assiniboine et du lac Winnipeg, en grande partie à cause de la surpêche, quoique les barrages affectent probablement aussi les populations reliques.

Qu’arrivera-t-il si cette population est ajoutée à la liste de la LEP?

Un programme de rétablissement doit être élaboré dans l’année suivant l’inscription de l’esturgeon jaune (population des rivières Rouge et Assiniboine – lac Winnipeg) à la liste de la LEP.


Esturgeon jaune (DU5 - population des rivières Winnipeg et English)

Statut : en voie de disparition

Dernière évaluation du COSEPAC :novembre 2006

Biologie

L’esturgeon jaune est l’un des plus grands poissons d’eau douce vivant au Canada. Il peut atteindre une longueur de 3 m et un poids de 180 kg. Son corps a la forme d’une torpille et est caractérisé par une queue semblable à celle du requin et par des rangées de grandes plaques osseuses ou d’écailles; l’une de ces rangées est située sur sa partie dorsale et les deux autres, de chaque côté de son corps. On croit que ces écailles protègent les juvéniles contre les prédateurs, et les esturgeons plus âgés contre les blessures. Les autres caractéristiques distinctives de ce poisson sont sa bouche protractile (suceuse) située sous son long museau et une rangée de quatre barbillons (organes tactiles), situés sur l’avant de sa bouche, pour détecter la nourriture. L’esturgeon est un poisson des grandes profondeurs qui habite généralement les grands cours d’eau et les lacs. Il se nourrit de vers, de larves d’insectes, de mollusques, de crustacées et de petits poissons. Il affiche une croissance lente, mais est longévif, pouvant vivre parfois plus de 100 ans. Il n’atteint parfois sa maturité sexuelle qu’à l’âge de 25 ans, et la femelle ne fraie pas chaque année. Le frai a lieu d’habitude de la fin mai à la mi-juin dans des eaux vives, d’ordinaire au pied de rapides ou de chutes. 

Où trouve-t-on ce poisson?

On trouve ce poisson dans le réseau hydrographique des rivières Winnipeg et English, dans le sud-est du Manitoba et le nord-ouest de l’Ontario. 

Combien y a-t-il de poissons?

La population des réseaux hydrographiques de ces rivières a déjà fait l’objet d’une pêche commerciale dans les années 1930, mais les prises ont connu par la suite un déclin jusqu’à la fermeture de la pêche en 1970. Aujourd’hui, dans la majeure partie des sites de frai historiques, l’esturgeon jaune est pratiquement absent et est rarement capturé dans les pêches sportives à la ligne et les pêches de subsistance.

Menaces pesant sur la population

Parmi les menaces qui pèsent sur l’esturgeon jaune, mentionnons la surpêche, les barrages, la dégradation de l’habitat, les polluants et les espèces introduites. La pêche commerciale a été le facteur déterminant du déclin sans précédent de la population d’esturgeons jaunes. Aujourd’hui, les barrages constituent la principale menace pesant sur l’espèce; ces structures nuisent au déplacement des poissons, en particulier durant le frai, entraînent ceux-ci dans les turbines et perturbent leur habitat saisonnier, le mécanisme qui déclenche le frai et le moment où il a lieu.

Justification de la désignation du COSEPAC

Historiquement, la population de cette unité désignable a fait l’objet d’une pêche commerciale de grande importance. Toutefois, les données historiques et récentes sont limitées. Le peu d’information récente dont on dispose indique que la population est en déclin dans la rivière Winnipeg, en amont du barrage Seven Sisters, et qu’elle est disparue en aval. Historiquement, la principale menace a vraisemblablement été la surpêche, mais les barrages et la pêche illégale sont probablement maintenant les menaces premières.

Qu’arrivera-t-il si cette population est ajoutée à la liste de la LEP?

Un programme de rétablissement doit être élaboré dans l’année suivant l’inscription de l’esturgeon jaune (population des rivières Winnipeg et English) à la liste de la LEP.


Esturgeon jaune (DU6 - population du lac des Bois – rivière à la Pluie)

Statut : préoccupante

Dernière évaluation du COSEPAC :novembre 2006

Biologie

L’esturgeon jaune est l’un des plus grands poissons d’eau douce vivant au Canada. Il peut atteindre une longueur de 3 m et un poids de 180 kg. Son corps a la forme d’une torpille et est caractérisé par une queue semblable à celle du requin et par des rangées de grandes plaques osseuses ou d’écailles; l’une de ces rangées est située sur sa partie dorsale et les deux autres, de chaque côté de son corps. On croit que ces écailles protègent les juvéniles contre les prédateurs, et les esturgeons plus âgés contre les blessures. Les autres caractéristiques distinctives de ce poisson sont sa bouche protractile (suceuse) située sous son long museau et une rangée de quatre barbillons (organes tactiles), situés sur l’avant de sa bouche, pour détecter la nourriture. L’esturgeon est un poisson des grandes profondeurs qui habite généralement les grands cours d’eau et les lacs. Il se nourrit de vers, de larves d’insectes, de mollusques, de crustacées et de petits poissons. Il affiche une croissance lente, mais est longévif, pouvant vivre parfois plus de 100 ans. Il n’atteint parfois sa maturité sexuelle qu’à l’âge de 25 ans, et la femelle ne fraie pas chaque année. Le frai a lieu d’habitude de la fin mai à la mi-juin dans des eaux vives, d’ordinaire au pied de rapides ou de chutes. 

Où trouve-t-on ce poisson?

On trouve ce poisson dans le réseau hydrographique du lac des Bois et de la rivière à la Pluie, au nord-ouest de l’Ontario. 

Combien y a-t-il de poissons?

L’esturgeon jaune a connu un déclin en raison de la pêche commerciale au cours du 19e siècle, mais ses stocks se sont particulièrement bien reconstitués dans les dernières décennies. Aucune estimation de la population totale n’a été faite, mais on croit que le segment constitué par la rivière à la Pluie et le lac des Bois compte plus 50 000 individus ayant une longueur supérieure à un mètre.

Menaces pesant sur la population

Parmi les menaces qui pèsent sur l’esturgeon jaune, mentionnons la surpêche, les barrages, la dégradation de l’habitat, les polluants et les espèces introduites. La pêche commerciale a été le facteur déterminant du déclin sans précédent de la population d’esturgeons jaunes. Aujourd’hui, les barrages constituent la principale menace pesant sur l’espèce; ces structures nuisent au déplacement des poissons, en particulier durant le frai, entraînent ceux-ci dans les turbines et perturbent leur habitat saisonnier, le mécanisme qui déclenche le frai et le moment où il a lieu.

Justification de la désignation du COSEPAC

Historiquement, les populations de cette unité désignable ont fait l’objet d’une pêche commerciale importante. Bien que cela ait causé un grave déclin, le rétablissement est constant depuis 1970. Les barrages n’ont pas bloqué l’accès à d’importants segments d’habitat approprié, mais limitent néanmoins l’immigration à partir de la rivière Winnipeg.

Qu’arrivera-t-il si cette population est ajoutée à la liste de la LEP?

Un plan d’aménagement doit être élaboré dans les trois années suivant l’inscription de l’esturgeon jaune (population du lac des Bois – rivière à la Pluie) à la liste de la LEP.


Esturgeon jaune (DU7 - populations du sud de la baie d’Hudson et de la baie James)

Statut : préoccupante

Dernière évaluation du COSEPAC :novembre 2006

Biologie

L’esturgeon jaune est l’un des plus grands poissons d’eau douce vivant au Canada. Il peut atteindre une longueur de 3 m et un poids de 180 kg. Son corps a la forme d’une torpille et est caractérisé par une queue semblable à celle du requin et par des rangées de grandes plaques osseuses ou d’écailles; l’une de ces rangées est située sur sa partie dorsale et les deux autres, de chaque côté de son corps. On croit que ces écailles protègent les juvéniles contre les prédateurs, et les esturgeons plus âgés contre les blessures. Les autres caractéristiques distinctives de ce poisson sont sa bouche protractile (suceuse) située sous son long museau et une rangée de quatre barbillons (organes tactiles), situés sur l’avant de sa bouche, pour détecter la nourriture. L’esturgeon est un poisson des grandes profondeurs qui habite généralement les grands cours d’eau et les lacs. Il se nourrit de vers, de larves d’insectes, de mollusques, de crustacées et de petits poissons. Il affiche une croissance lente, mais il vit longtemps, parfois plus de 100 ans. Il n’atteint parfois sa maturité sexuelle qu’à l’âge de 25 ans, et la femelle ne fraie pas chaque année. Le frai a lieu d’habitude de la fin mai à la mi-juin dans des eaux vives, d’ordinaire au pied de rapides ou de chutes. 

Où trouve-t-on ce poisson?

Les esturgeons jaunes de l’unité du sud de la baie d’Hudson et de la baie James sont présents dans de nombreux bassins des rivières du nord-est du Manitoba (dont les rivières Hayes et Gods), du nord de l’Ontario et du nord-ouest du Québec. 

Combien y a-t-il de poissons?

Les populations d’un certain nombre de bassins hydrographiques du nord-est du Manitoba, du nord de l’Ontario et du nord-ouest du Québec semblent en santé, mais leur nombre n’est pas évalué avec précision. De nombreux bassins hydrographiques n’ont pas été exploités par les pêcheurs commerciaux et, parmi ceux qui l’ont été, tous sauf trois ont connu la fermeture en raison d’une pêche non durable dans le passé.

Menaces pesant sur la population

Parmi les menaces qui pèsent sur l’esturgeon jaune, mentionnons la surpêche, les barrages, la dégradation de l’habitat, les polluants et les espèces introduites. La pêche commerciale a été le facteur déterminant du déclin sans précédent de la population d’esturgeons jaunes. Aujourd’hui, les barrages constituent la principale menace pesant sur l’espèce. ;Ils nuisent au déplacement des poissons, en particulier durant le frai, causent des mortalités dans les turbines lors de la dévalaison. Les barrages  perturbent l’ habitat saisonnier  de l’esturgeon jaune, le mécanisme qui déclenche le frai et le moment où il a lieu. La pêche à l’esturgeon jaune est réservée depuis 1973 aux populations autochtones dans une grande partie de l’aire de répartition de l’espèce qui se trouve dans le Nord québecois.

Justification de la désignation du COSEPAC

Il existe peu de données démographiques pour cette unité désignable. En raison de l’exploitation et du grand nombre de barrages, l’habitat disponible et probablement l’abondance de certaines composantes de cette population qui ont connu un déclin. Une plus grande accessibilité à des populations relativement non touchées. ainsi que l’expansion probable des aménagements hydroélectriques dans certaines régions sont préoccupantes pour cette unité désignable.


Qu’arrivera-t-il si cette population est ajoutée à la liste de la LEP?

Un plan de gestion doit être élaboré dans les trois années suivant l’inscription de l’esturgeon jaune (populations du sud de la baie d’Hudson et de la baie James) à la liste de la LEP.


Esturgeon jaune (DU8 - populations des Grands Lacs - ouest du fleuve Saint-Laurent)

Statut : menacée

Dernière évaluation du COSEPAC :novembre 2006

Biologie

L’esturgeon jaune est l’un des plus grands poissons d’eau douce vivant au Canada. Il peut atteindre une longueur de 3 m et un poids de 180 kg. Son corps a la forme d’une torpille et est caractérisé par une queue semblable à celle du requin et par des rangées de grandes plaques osseuses ou d’écailles; l’une de ces rangées est située sur sa partie dorsale et les deux autres, de chaque côté de son corps. On croit que ces écailles protègent les juvéniles contre les prédateurs, et les esturgeons plus âgés contre les blessures. Les autres caractéristiques distinctives de ce poisson sont sa bouche protractile (suceuse) située sous son long museau et une rangée de quatre barbillons (organes tactiles), situés sur l’avant de sa bouche, pour détecter la nourriture. L’esturgeon est un poisson des grandes profondeurs qui habite généralement les grands cours d’eau et les lacs. Il se nourrit de vers, de larves d’insectes, de mollusques, de crustacées et de petits poissons. Il affiche une croissance lente, mais il vit longtemps, parfois plus de 100 ans. Il n’atteint parfois sa maturité sexuelle qu’à l’âge de 25 ans, et la femelle ne fraie pas chaque année. Le frai a lieu d’habitude de la fin mai à la mi-juin dans des eaux vives, d’ordinaire au pied de rapides ou de chutes. 

Où trouve-t-on ce poisson?

On trouve ce poisson dans les Grands Lacs et dans le tronçon ouest du fleuve Saint-Laurent, en Ontario et au Québec. 

Combien y a-t-il de poissons?

La population d’esturgeons jaunes des Grands Lacs et de leurs tributaires a connu un grand déclin en raison de la pêche commerciale menée à la fin du 19e siècle ou au début du 20e siècle, mais on trouve encore des populations autosuffisantes un peu partout. Dans la portion québécoise du fleuve Saint-Laurent et dans ses tributaires, on remarque que certaines sous-populations sont en croissance depuis la mise en place d’initiatives d’amélioration de l’habitat et d’une meilleure application des pratiques de pêche durables.

Menaces pesant sur la population

Parmi les menaces qui pèsent sur l’esturgeon jaune, mentionnons la surpêche, les barrages, la dégradation de l’habitat, les polluants et les espèces introduites. La pêche commerciale a été le facteur déterminant du déclin sans précédent de la population d’esturgeons jaunesAujourd’hui, les barrages constituent la principale menace pesant sur l’espèce. ;Ils nuisent au déplacement des poissons, en particulier durant le frai, causent des mortalités dans les turbines lors de la dévalaison. Les barrages  perturbent l’habitat saisonnier  de l’esturgeon jaune, le mécanisme qui déclenche le frai et le moment où il a lieu.  (

Justification de la désignation du COSEPAC

Une pêche commerciale de très grande importance a été menée dans les Grands Lacs entre le milieu du 19e siècle et le début du 20e siècle (c.-à-d. il y a 2 à 3 générations), période durant laquelle la population de l’espèce a été réduite à fraction de sa taille initiale. L’abondance de l’esturgeon jaune semble toujours très faible. Les sous-populations semblent en déclin dans certaines parties de la rivière des Outaouais et disparaissent d’un grand nombre de ses tributaires en raison des barrages aménagés.  Malgré les efforts de rétablissement consentis dans le fleuve Saint-Laurent, la population a subi un déclin récemment, probablement à cause de la surpêche. Les répercussions directes et indirectes des barrages, de la lutte chimique au lampricide contre les lamproies de mer, des contaminants et des espèces envahissantes menacent actuellement la population.

Qu’arrivera-t-il si cette population est ajoutée à la liste de la LEP?

Une stratégie de rétablissement doit être préparée dans les deux années suivant l’inscription de l’esturgeon jaune (populations des Grands Lacs - ouest du fleuve Saint-Laurent) à la liste de la LEP.