Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le terrassier à six lignes (Acantholumpenus mackayi) au Canada - Mise à jour

Habitat

Besoins en matière d’habitat

Les terrassiers à six lignes fréquentent diverses profondeurs et divers degrés de salinité. Dans les eaux japonaises, ils occupent des lacs côtiers et des secteurs marins peu profonds à proximité des estuaires, bien qu’on ait également trouvé des individus à des profondeurs de 60 à 70 m dans l’océan (collection NMC 84-0232, tableau 1); dans les eaux de l’Alaska, on les observe à l’embouchure de la rivière Egegik (baie Bristol, mer de Béring) ainsi qu’en milieu océanique près d’Adak (îles Aléoutiennes) et à des profondeurs allant jusqu’à 56 m dans la baie Bristol (Mecklenburg, 1994, manuscrit, 2002).

Tableau 1 : Répartition saisonnière des captures pour les collections des musées
Endroit14-21 juin21-30 juin1-7 juillet8-14 juillet15-21 juillet21-30 juillet1-7 août8-14 août15-21 août21-31 août1-7 sept.
Baie Phillips---1-------
Baie Kugmallit---11--11-1
Port de Tuktoyaktuk2--11----23--
Baie Hutchinson-------1---
Baie Liverpool-----57272614
Total200121572723014

Au Canada, la plus grande partie de l’information sur le terrassier à six lignes provient du port de Tuktoyaktuk (situé dans la baie Kugmallit, dans la mer de Beaufort, à l’est du delta du Mackenzie). La profondeur maximale à laquelle l’espèce a été capturée à cet endroit était de 26 m (Hopky et Ratynski, 1983). Les individus fréquentent surtout l’halocline ou les couches en dessous, dans des régions où le gradient de salinité va de 1 p. 100 (partie pour mille) au-dessus de l’halocline à 30 p. 100 sous l’halocline, en hiver, et de 12 p. 100 au-dessus de l’halocline à 27,5 p. 100 sous l’halocline, en été (Galbraith et Hunter, 1976; Hopky et Ratynski, 1983). Le degré de salinité dans la zone littorale s’accroît de la fin de l’été au début du printemps, ce qui donne aux terrassiers un meilleur accès aux eaux moins profondes. L’amplitude de la marée est négligeable à cet endroit comparativement à la plupart des régions marines du Canada. En hiver, les températures varient entre 0 °C sous la glace et 0,5 °C sur le fond du port. L’été, les températures peuvent s’élever jusqu’à 15 °C en surface et baisser à 0 °C sur le fond.

La glace nouvelle se forme généralement en octobre : une glace de rive relativement lisse occupe la zone littorale au-dessus de l’isobathe de 20 m, et une partie de la glace demeure en place tout l’hiver (McDonald et al., 1995). Les eaux littorales dont la profondeur est inférieure à 2 m gèlent jusqu’au fond. Selon l’épaisseur de la glace, l’halocline océanique est restreinte de façon variable à cause du rétrécissement des entrées peu profondes menant vers le port de Tuktoyaktuk. Au printemps, les eaux diluées du Mackenzie s’écoulent par ces entrées, remplaçant les eaux de surface et obligeant probablement les terrassiers à six lignes à chercher un habitat en eau plus profonde dans le port. Les autres populations connues ont libre accès aux habitats océaniques [voir les cartes 7608, 7661, 7662, 7663, 7664, 7685 du Service hydrographique du Canada (2001)]. La majeure partie des eaux littorales ont moins de < 10 m de profondeur sur une distance de 6 à 15 milles nautiques au large du delta du Mackenzie, mais on n’a pas signalé de terrassiers à six lignes entre la baie Kugmallit, au large de la partie est du delta du Mackenzie, et la baie Phillips, au Yukon.

Tendances en matière d’habitat

On ne possède pas de données sur les tendances en matière d’habitat.

Protection et propriété de l’habitat

Le gouvernement fédéral administre une bonne partie des fonds de la mer de Beaufort qui abritent les terrassiers à six lignes. Il incombe aux autorités fédérales et territoriales de gérer les pêches et de s’assurer que les normes de qualité de l’eau respectent l’environnement. Les ressources de surface et sous la surface des ports de Tuktoyaktuk et de Hutchison appartiennent aux Inuvialuits, qui en assurent la gestion. Dans la baie Liverpool, les Inuvialuits administrent les ressources de surface, mais pas les ressources pétrolières ou minières sous la surface (Affaires indiennes et du Nord Canada, 2002). Par conséquent, la protection des habitats occupés par les terrassiers à six lignes nécessite la collaboration de toutes les parties intéressées.