Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le terrassier à six lignes (Acantholumpenus mackayi) au Canada - Mise à jour

Taille et tendances des populations

Au Canada, les terrassiers à six lignes semblent être plus abondants pendant les mois d’août et de septembre, lorsque les eaux de crue diminuent et que le mélange des eaux salées et des eaux des cours d’eau donne des niveaux de salinité élevés (Bond et Erickson, 1989a, 1991, 1992, 1993; Hopky et Ratynski, 1983; Ratynski, 1983). De nombreux relevés ont été entrepris dans la région de la mer de Beaufort (voir p. ex. Galbraith, 1975; Galbraith et Hunter, 1976), mais très peu de terrassiers à six lignes ont été capturés. Un échantillonnage effectué par le secteur privé n’a pas permis de récolter de spécimens (Millman, 2003, comm. pers.; Chiperzack, 2003, comm. pers.). À cause des observations limitées et du fait que l’espèce semble présente à quelques endroits seulement, il est difficile d’obtenir des données sur la structure des populations. Cette situation, combinée aux limites mal définies des populations, génère des marges d’erreur considérables lorsqu’on estime la taille des populations. La population du port de Tuktoyaktuk est la mieux connue à cause de son confinement dans le bassin fermé du port (Hopky et Ratynski, 1983).

   Parmi les 15 espèces de poissons capturés dans le port de Tuktoyaktuk au moyen de chaluts à panneaux, le terrassier à six lignes se classe au 5e rang en abondance avec 177 individus capturés (Hopky et Ratynski, 1983); cependant, comme ces captures ont été effectuées à seulement deux sites de pêche au chalut, elles ne sont pas nécessairement représentatives de la situation de l’ensemble du port. Dans la baie Wood, les terrassiers à six lignes ont été capturés en moins grand nombre, à quatre sites, au moyen de filets maillants et de trappes (filets-pièges) stationnaires (Bond et Erickson 1989, 1990, 1991). Dans la baie Wood, le terrassier à six lignes était la 12e espèce en abondance sur les 23 espèces de poissons capturées. Enfin, dans la baie Phillips, au Yukon, on n’a capturé que 2 spécimens de sorte qu’il est impossible de déterminer le rang de l’espèce (Bond et Erickson, 1989).

Dans le port de Tuktoyaktuk, une estimation grossière de la densité de la population (sous la ligne bathymétrique de 7 m) donne environ 29 individus par km² (Hopky et Ratynski, 1983). La population de terrassiers à six lignes pouvant être capturés au chalut dans cette région compte 2 160 individus, dont environ 1 600 poissons matures. Comme les poissons les plus petits de cette population passent sans aucun doute à travers les mailles des filets, la taille réelle de la population totale pourrait être supérieure à cette estimation de 2 160 individus. Si des densités similaires étaient observées dans tout le port, les effectifs du terrassier à six lignes pourraient atteindre quelque 16 000 individus. Divers facteurs nuisent à l’exactitude des estimations, notamment les préférences relatives à la topographie du fond, à la salinité et à la température, qui donnent lieu à des rassemblements en agrégats à l’intérieur et à l’extérieur des zones d’échantillonnage. Des densités de population de 500 à 720 individus par km² sont signalées dans les eaux asiatiques (Schetninnikov, 1983; Houston, 1988).

Les terrassiers à six lignes sont répartis en agrégats, avec des concentrations qui se déplacent en réaction aux modifications saisonnières et quotidiennes de l’environnement. Par exemple, des changements dans la salinité et la température au début de l’été peuvent inciter les populations de terrassiers près de l’estuaire du Mackenzie à se rassembler dans des zones plus profondes, évitant ainsi les eaux douces de surface au-dessus de l’halocline. Les populations de la baie Wood (estuaire de la rivière Anderson) peuvent accéder très librement à des eaux profondes en tout temps (Bond et Erickson, 1991, 1992; Hopky et Ratynski, 1983). Les taux de capture en été dans la baie Wood variaient de 4 à un endroit 1 749 à un autre endroit en 1990. Les échantillonnages quotidiens variaient entre 901, 317, 130 et 3 individus à un endroit, alors que le total combiné des captures était de 401 pour les 52 jours d’échantillonnage restants (il y a eu 13 jours sans aucune capture).

Il n’y a que des hypothèses sur les allées et venues des terrassiers à six lignes ailleurs dans le monde, et les effectifs sont trop variables pour fournir des estimations exactes des populations.