Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement de la tortue luth

Résumé

Une population distincte au plan génétique et importante au plan national, la tortue luth, se pointe en saison sur les côtes de la Colombie-Britannique. Ce gros reptile, hautement migratoire, effectue des migrations justifiées par la recherche de nourriture à partir des sites de nidification situés dans les régions de l'Ouest et de l'Est du Pacifique.   La tortue est menacée de disparition, attribuable à une longue liste de facteurs, à savoir les captures accidentelles, les pertes des habitats de nidification, la mise à mort des femelles couvant leurs œufs et la récolte des œufs.  Bien que plusieurs de ces menaces n'existent pas sur les côtes du Pacifique du Canada, il n'est reste pas moins que seul un effort international concerté permettra la réussite du programme canadien de rétablissement, ce qui illustre à quel point le programme canadien de rétablissement ne peut faire fi des menaces qui existent à l'extérieur des eaux canadiennes. 

En Colombie-Britannique, les principales menaces proviennent sans doute des prises accidentelles et des emmêlements dans les filets de pêche, de la collision avec les bateaux et de l'ingestion de débris, quoique l'absence cruciale d'information sur la biologie élémentaire de la tortue luth et de ses apparitions furtives rende très difficiles d'y assigner une cote de risque de menace quelconque.  Dans l'aire de répartition de la tortue luth dans le Pacifique canadien, les principales lacunes dans nos connaissances portent sur la fréquence de la venue du reptile, sa répartition, son comportement et l'interaction avec les engins de pêche.  Cette carence en information rend pour l'instant impossible de repérer l'habitat essentiel en Colombie-Britannique, qui de toute façon se déplace avec les zones d'approvisionnement de l'animal.

Le Programme de rétablissement recommande, dans un contexte de coopération internationale, des actions immédiates ainsi que le besoin urgent de recherches approfondies. Le but du programme vise la pérennité de la ou des populations de tortues luths dans les eaux canadiennes du Pacifique. Ce but sera atteint en réalisant cinq objectifs destinés à combler les lacunes dans nos connaissances en effectuant des recherches autonomes au Canada et par la contribution canadienne à des activités semblables à l'étranger; ce qui nous permettra d'avoir une idée globale de nos connaissance de l'observation de la tortue luth le long des côtes de la C.-B. et leurs interactions avec les humains; l'atténuation des menaces dans l'aire de répartition de l'espèce; et la sensibilisation du public et des spécialistes, indispensable à la réalisation du programme de rétablissement. Les objectifs sont conçus pour tirer profit de l'expertise canadienne non seulement dans l'aire de répartition de la tortue luth au Canada mais également dans les autres régions du monde, pour les aires de reproduction, d'alevinage et de quête de nourriture.  Le Canada a un rôle à jouer tant au pays qu'à l'étranger dans le rétablissement des espèces.

Tant que le cycle biologique de la population et le statut des tortues luths qui fréquentent les eaux canadiennes du Pacifique ne seront pas connus, il est difficile de prédire la probabilité pour l'espèce d'un retour à la pérennité.  La capacité de l'espèce de connaître un regain de croissance est directement influencée par sa capacité de reproduction sur sa durée de vie, ce que nous ne connaissons pas.   La disponibilité de l'habitat essentiel d'approvisionnement au large des côtes de la Colombie-Britannique  ne semble pas être limitée et le Canada dispose de tous les moyens pour atténuer les principales menaces dans ses propres eaux.   Cependant, le sort des tortues luths du Pacifique repose beaucoup plus sur sa vie itinérante dans les eaux de Colombie-Britannique,  et le présent Programme de rétablissement insiste sur le besoin de tirer profit des conventions internationales et de collaborer avec les gouvernements, les organisme de recherche et la société civile sur tout le territoire de l'aire de répartition de la tortue luth.