Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement de la tortue luth

Introduction

Le Programme de rétablissement porte sur un animal dont plusieurs Canadiens n'ont jamais entendu parler mais que tous trouveront à proprement parler extraordinaire. Le peu que l'on sait sur la tortue luth nous donne un aperçu énigmatique d'une physiologie remarquable et d'un cycle biologique unique. De toutes les tortues de mer, la luth est celle qui dépasse tous ses congénères au plan migratoire et qui se trouve aussi à être la plus énorme, en plus de battre tous les records de déplacement des reptiles en parcourant des distances de plus de 15 000 km. D'un point de vue de l'évolution, la tortue luth est unique entre toutes les tortues existantes et la seule survivante de la famille des Dermochelyidae, qu'on pense remonter à au moins 100 millions d'années. 

Les stocks distincts de tortues luths du Pacifique et de l'Atlantique parcourent de longues distances pour venir se nourrir dans les eaux côtières canadiennes à partir de leurs plages de nidification et de leur secteurs d'alevinage situés dans les mers des Tropiques.  La fréquence des espèces dans les eaux canadiennes et la rareté croissante dans le monde commandent des mesures de conservation énergiques qui engagement à agir non seulement le Canada mais également la contribution des Canadiens dans des programmes et des projets internationaux. Le présent Programme de rétablissement de la tortue luth dans les eaux du Pacifique canadiennes complète l'autre projet en phase d'élaboration sur les tortues luths dans les eaux du Canada de l'Atlantique.

Les tortues luths adultes du Pacifique sont souvent à la recherche de nourriture sur la côte de la Colombie-Britannique entre juillet et septembre. Bien qu'on en observe rarement, une base de données en préparation chez Pêches et Océans Canada démontre que ces reptiles se répartissent tout au long de la cote de la C.-B.,  incluant les eaux intérieures. L'effondrement des stocks du Pacifique signifie que le retrait accidentel de seulement quelques adultes peut lentement ralentir ou remettre en question le rétablissement de l'espèce.

Le présent Programme national de rétablissement constitue une obligation juridique relevant de la Loi sur les espèces en péril (LEP). La LEP est entrée en vigueur le 5 juin 2003. L'objectif de la Loi est :

« ... d'empêcher les espèces sauvages de disparaître, de la planète ou du Canada, de prévoir le rétablissement d'espèces sauvages disparues du Canada, en voie de disparition, ou menacées en raison d'activités anthropiques, de gérer les espèces préoccupantes afin de les empêcher de devenir en voie de disparition ou menacées. »  

Les tortues luths sont classées comme menacées d’extinction au sens de l'Annexe I de la LEP, ce qui se traduit par une protection juridique et des exigences obligatoires en matière de rétablissement. La protection offerte par la Loi interdit de tuer, de blesser ou de harceler les individus de cette espèce et également d'endommager ou de détruire leur « résidence » et de protéger leur habitat essentiel (une fois repéré au cours d'un programme de rétablissement ou d'un plan d'action). Le ministère des Pêches et des Océans, à titre de « ministère compétent » pour les tortues luths, est responsable de l'élaboration du « programme de rétablissement » et des « plans d'action » pour chacune des espèces aquatiques ajoutées à la protection offerte par l'inscription sur la liste des espèces en péril de la LEP.

Le programme de recouvrement résume notre savoir sur le cycle biologique et le statut de la tortue luth du Pacifique, en plus de laisser paraître nos connaissances limitées sur cet animal mais, en même temps, l’utilité d'une coopération internationale pour son rétablissement. Le programme est assorti d'un plan d'action, qui constitue également une obligation juridique et qui dresse la liste des mesures devant être prises au cours des cinq prochaines années pour mettre en vigueur le Programme de rétablissement. Heureusement, les Canadiens et Canadiennes ont beaucoup à faire pour contribuer aux activités de rétablissement, allant de la participation aux relevés que devront prendre les habitants côtiers de la Colombie-Britannique en passant par des mesures propres aux industries pour finir par les contributions à la recherche internationale et l'apport à la rédaction de politique.