Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la tortue de l'Ouest (Clemmys marmorata) au Canada

Habitat

Besoins de l’espèce

La tortue de l'Ouest fréquente surtout les petits et les grands cours d'eau, les faux chenaux et les eaux dormantes (Bury, 1986b), mais on l'observe aussi dans nombre d’autres milieux, dont les étangs, les bassins printaniers, les marais, les ruisseaux éphémères, les réservoirs, les fossés agricoles, les bassins d'épuration des eaux usées, les canaux et les estuaires (Reese et Welsh, 1997; rapport provisoire de l’IEP). Cette tortue peut tolérer l'eau salée pendant de courtes périodes et fréquente couramment les eaux saumâtres (D. Holland, comm. pers. à l’IEP). Son habitat, qui comporte souvent des pierres ou du gravier (Bury, 1986b), renferme aussi une certaine végétation aquatique et des endroits pour se chauffer au soleil (Ernst et al., 1994).

La tortue de l'Ouest a besoin de bassins profonds parsemés de gros débris ligneux où elle peut se réfugier pour se protéger contre les prédateurs (Reese et Welsh, 1998a). Elle est souvent associée aux berges végétalisées, qui peuvent aussi lui offrir une protection contre les prédateurs tout en lui permettant de s'exposer suffisamment au soleil pour sa thermorégulation (ibid.). Dans la rivière Trinity, en Californie, Reese et Welsh (1998a) ont noté que là où la température de l'eau est basse, les tortues sont plus souvent associées à des objets (roches et billes de bois) et à des berges qui lui permettent de s'exposer au soleil. On pourrait donc en déduire qu'en Colombie-Britannique, où les eaux sont plus froides qu'en Californie, la présence de sites d'exposition au soleil serait essentielle à la tortue de l'Ouest pour qu’elle puisse maintenir une température corporelle optimale.

L'utilisation du milieu terrestre par la tortue de l'Ouest dans le Nord de la Californie a été bien documentée par Reese et Welsh (1997). L'animal fréquente la terre ferme surtout en été et en hiver, le pic estival correspondant au moment où les femelles cherchent un site de nidification, et le pic hivernal à celui où les tortues des deux sexes cherchent un hibernaculum. Les femelles vont sur la terre ferme chaque mois de l'année, tandis que les mâles n'utilisent pas l'habitat terrestre en juillet et en août. D'après des données préliminaires recueillies par Lovich et Meyer (sous presse), la tortue de l'Ouest effectue souvent de courts déplacements entre étangs et milieux humides adjacents dans le bassin hydrographique de la Mojave, en Californie. Toutes les tortues munies d'un radioémetteur suivies dans le cadre de l'étude sur l'habitat terrestre réalisée en 1997 par Reese et Welsh ont hiverné dans des forêts mixtes, décidues ou conifériennes.

Tendances

Aucune étude ne s'est penchée sur l'étendue de l'habitat propice à la tortue de l'Ouest en Colombie-Britannique. Aux États-Unis, la construction de barrages et d'autres ouvrages de dérivation des eaux a rendu certains milieux impropres aux tortues en augmentant la vitesse d'écoulement, en diminuant la température de l'eau, en éliminant la végétation des berges et en coupant l'accès à l'habitat terrestre (Reese et Welsh, 1998a). Dans la vallée de la Willamette, sept barrages régularisent la rivière là où se trouve une importante proportion de la population des tortues de l'Ouest de l'Oregon. Par ailleurs, une grande partie des milieux humides a disparu en Californie, seulement moins de 10 p. 100 n’ayant pas été perturbé par l’exploitation agricole (Lovich et Meyer, sous presse). L'altération et la destruction de l'habitat continuent de limiter la répartition de la tortue de l'Ouest aux États-Unis (ibid.).

Protection et propriété des terrains

Dans le cadre du Western Pond Turtle Project, le Washington Department of Wildlife a acquis 165 acres de terres entourant les étangs à tortues dans le comté de Klickitat, dans l’État de Washington, et il négocie actuellement l'achat de terrains entourant les étangs à tortues du comté de Skamania (site Web du WPTP). Ces comtés sont les deux seuls où il reste des tortues de l'Ouest dans l'État. En Oregon, la vallée de la Willamette ne fait l'objet d'aucune protection officielle, mais le United States Army Corps of Engineers et le Department of Fish and Wildlife de l'Oregon surveillent en permanence la population de tortues de l'Ouest (site Web du USACE).