Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le Collomia délicat (Collomia tenella) au Canada

Protection actuelle ou autres désignations

Statut à l’échelle mondiale 

Le Collomia tenella n’est pas visé par la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES), par l’Endangered Species Act des États-Unis ni par le Red Data Book de l’UICN. À l’échelle mondiale, la cote G4? a été attribuée à l’espèce, ce qui signifie que dans la majeure partie de son aire, elle est apparemment non menacée. Dans l’ouest des États-Unis, le C. tenella est commun. Au Wyoming et en Utah, les cotes S2 (en péril) et S2? (peut-être en péril), respectivement, ont été attribuées à l’espèce (NatureServe Explorer, 2001).

Statut à l’échelle du Canada et de la Colombie-Britannique 

La cote N1 a été attribuée au Collomia tenella à l’échelle du Canada. À l’échelle de la Colombie-Britannique, le Conservation Data Centre a inscrit le C. tenella sur la « liste rouge » d’espèces menacées du Ministry of Sustainable Resource Management et lui a attribué la cote S1 (Douglas et al., 2002a), qui correspond au niveau de risque le plus élevé et signifie que l’espèce est « très fortement menacée dans cette province à cause de son extrême rareté (généralement 5 occurrences ou moins, ou très petit nombre d’individus), ou parce qu'un ou plusieurs facteurs la rendent particulièrement sujette à disparaître de la province ou à disparaître entièrement ».

En Colombie-Britannique, aucune loi provinciale ne protège les plantes vasculaires rares ou en péril. Sans la protection d’une loi provinciale ou fédérale ou d’un programme de gestion, les populations d’espèces végétales rares se trouvant sur des terrains privés risquent de disparaître. Le site de C. tenella se trouve toutefois dans la Réserve de terres agricoles et, de ce fait, à l’abri de certaines catégories d’aménagement.