Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le crapet rouge (Lepomis auritus) au Canada – Mise à jour

Protection actuelle ou autres désignations de statut

L’espèce n’est visée par aucune mesure de protection particulière, mais certains articles de la Loi sur les pêches assurent une protection générale de toutes les espèces de poissons et leur habitat. Certains règlements et normes protègent les eaux contre les impacts d’activités d’industries ou de particuliers en vertu de la Loi sur les terres et forêts de la Couronne et de la Loi sur l'assainissement de l’eau administrées par les ministères des Ressources naturelles et de l’Environnement du Nouveau-Brunswick.

Le COSEPAC a évalué le crapet rouge en 1989 et l’a désigné « espèce préoccupante ». L’espèce figure actuellement à l’annexe 3 de la Loi sur les espèces en péril (LEP) et doit donc être réévaluée avant qu’on envisage la désigner « espèce en péril » en vertu de la LEP. Aucun programme de conservation de l’espèce n’est établi. Les règlements de pêche sportive du Nouveau-Brunswick n’accordent aucun statut particulier à l’espèce, car les pêcheurs ne la visent généralement pas.

Le crapet rouge du Nouveau-Brunswick est classé « en sécurité » (secure) dans la province et à l’échelle nationale (Conseil canadien pour la conservation des espèces en péril, 2006). NatureServe (2007) lui donne la cote G5 (espèce commune, très répandue et abondante) à l’échelle mondiale, et la cote N5 (commune) aux États-Unis, mais ne l’a pas classé pour le Maine, ni pour le Canada, même si la cote provinciale est S4 (non en péril) au Nouveau-Brunswick.