Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le crapet rouge (Lepomis auritus) au Canada – Mise à jour

Taille et tendances des populations

Activités de recherche

On connaît l’existence de cette espèce au Nouveau-Brunswick depuis au moins 1896 (Cox, 1896; Scott et Crossman, 1998), mais le premier enregistrement fiable remonte à 1948 (Scott et Crossman, 1998). Houston (1989) estime que la rareté des enregistrements de l’espèce (tableau 1) serait attribuable à sa rareté naturelle, à la difficulté de la distinguer du crapet-soleil, au peu d’intérêt qu’elle suscite ou à la combinaison de ces facteurs, ce que les récents travaux d’échantillonnage semblent d’ailleurs indiquer.

L’aire générale de répartition du crapet rouge au Nouveau-Brunswick (superficie totale de 24 742 km²) compte environ 796 lacs ou étangs d’une superficie de plus de 1 ha. Le ministère des Ressources naturelles du Nouveau-Brunswick (MRNNB) et la New Brunswick Cooperative Fish and Wildlife Research Unit (NBFWRU) ont des données sur les populations de poissons dans 227 de ces plans d’eau; le crapet rouge n’a été observé que dans 8 de ces lacs (tableau 1 et figure 3). Il faut remarquer que l’absence d’enregistrement documenté ne signifie pas nécessairement l’absence de l’espèce dans ces 227 plans d’eau. Les biologistes du MRNNB estiment que les engins de pêche utilisés pour l’échantillonnage (p. ex. les filets maillants à maillage varié et les verveux) devraient capturer le crapet rouge s’il est présent dans la zone échantillonnée. Il est toutefois également important de souligner qu’au lac Oromocto, le crapet rouge peut être présent ou absent à divers sites d’échantillonnage qui sont rapprochés les uns des autres (à moins de 1 km) et qui présentent des habitats semblables, ce qui indique que les populations peuvent être très localisées.

On a beaucoup échantillonné les espèces visées par la pêche récréative dans la rivière Saint-Jean, mais le crapet rouge n’a été observé dans le cours principal de la rivière qu’au cours d’une récente compagne d’échantillonnage visant cette espèce. Étant donné le caractère localisé présumé des populations de crapets, il est possible que d’autres populations présentes dans la rivière n’aient pas été détectées. Les campagnes d’échantillonnage ont permis de capturer des crapets rouges à deux sites du cours principal de la rivière Saint-Jean, en aval de Fredericton, et dans le réseau hydrographique de la rivière Oromocto (tableau 1 et figure 3). Les enregistrements de l’espèce dans quatre autres affluents de la basse Saint-Jean (tableau 1), le lac Modsley (rivière Sainte-Croix) ainsi que les lacs Knockdrin et Shadow (rivière Musquash Est) n’ont pas été confirmés récemment.

Abondance

La population de crapets rouges du lac Yoho est la seule au Nouveau-Brunswick dont on a estimé l’abondance. En effet, une étude de marquage-recapture réalisée en septembre 2005 a donné, selon la méthode Schnabel, une estimation de la population de 325 individus (intervalles de confiance [I.C.] : 186-630) en 2005 (Gautreau et Curry, 2006) et de 447 (I.C. : 235-1 006) en 2006 (Gautreau et Curry, données inédites). En 2007, Gautreau et Curry (données inédites) ont appliqué la méthode Peterson aux poissons marqués en 2006 pour estimer la population à 743 (I.C. 253-1 233). La superficie visée par les estimations couvre environ 8,9 ha. Bien qu’il ne soit pas possible de déterminer si la population a diminué durant cette période, les estimations de l’abondance faites par Gautreau et Curry (2006, donnéesinédites) indiquent que le lac abrite une population assez importante de crapets rouges.

D’autres observations portent à croire que le crapet rouge est abondant dans le lac Oram (MRNNB, données inédites) et commun dans le lac Anne (NBFWRU, données inédites). De plus, on a observé des crapets rouges dans le lac Oromocto sur plusieurs années de relevé, ce qui indiquerait la présence d’une bonne population.

Dans la rivière Saint-Jean, en aval de Gagetown, on a capturé cinq crapets rouges dans le cadre d’un échantillonnage de deux jours visant toutes les espèces au moyen d’engins susceptibles de capturer du crapet rouge.

Fluctuations et tendances

Il n’existe pas de données sur les tendances à long terme des effectifs des populations. L’échantillonnage de 2005 a constitué la première étude visant expressément le crapet rouge au Canada. Dans les lacs Oromocto et Yoho, l’espèce est facilement capturée dans les habitats favorables lorsqu’on se sert d’engins de pêche convenables. La persistance de l’espèce dans les rivières Canaan et Kennebecasis et dans les lacs Modsley, Knockdrin et Shadow reste à confirmer.

Immigration de source externe

Comme l’espèce a réussi à s’établir hors de son aire de répartition indigène, il serait possible de la réintroduire ou d’augmenter une population en transplantant des individus provenant d’une autre population, pourvu que le milieu récepteur contienne de l’habitat convenable. L’immigration naturelle provenant de l’extérieur du Canada est peu probable pour cette espèce non migratrice.