Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le potamot de Hill (Potamogeton Hillii) au Canada - Mise à jour

Répartition

Aire de répartition mondiale

On a trouvé des potamots de Hill dans des ruisseaux, des étangs, des fossés et des terres humides dispersés dans le sud de l’Ontario et dans les États du Michigan, du Wisconsin, de l’Ohio, de la Pennsylvanie, de New York, du Connecticut, du Massachusetts et du Vermont (figure 2).

Figure 2. Répartition nord-américaine du potamot de Hill (selon Hellquist (1984) et des atlas de plantes rares classées par État).

Figure 2. Répartition nord-américaine du potamot de Hill (selon Hellquist (1984) et des atlas de plantes rares classées par État).

Aire de répartition canadienne

Au Canada, on ne trouve le potamot de Hill qu’en Ontario. La première récolte enregistrée date de 1901 (annexe 1). L’espèce se trouve principalement dans une zone de 400 km² sur l’île Manitoulin, dans une zone d’environ 700 km² dans le comté de Bruce et dans des zones de 100 km² chacune dans le comté de Wellington et dans la région de Peel, pour une zone d’occurrence totale estimée de manière fort prudente à environ 1 300 km² (figure 3). La plupart des mentions proviennent du comté de Bruce et du district de Manitoulin. Si toutefois tous les sites connus et existants sont compris dans deux polygones convexes, un pour la partie continentale du sud de l’Ontario et un pour l’île de Manitoulin, alors, selon un calcul réalisé grâce au système d’information géographique (SIG), la zone d’occurrence totale est de l’ordre de < 20 000 km². Si le site 3, qui a aujourd’hui disparu, est soustrait de cette estimation, la zone d’occupation s’élève à < 10 000 km². Ce chiffre est probablement plus représentatif de la zone d’occurrence possible de l’espèce (E. Haber, calculs de la zone d’occurrence par SIG).

Comme son apparence n’a rien de remarquable, le potamot de Hill est vraisemblablement longtemps passé inaperçu et pourrait être aujourd’hui plus répandu qu’on ne le croit. Étant donné que l’espèce est associée au calcaire dolomitique (Hellquist, 1984), il est possible que l’on trouve un habitat potentiel le long de l’escarpement Niagara et de la chaîne précambrienne (Brownell, 1986). D’autres relevés seraient nécessaires pour déterminer l’étendue complète de la répartition.

Figure 3. Répartition canadienne du potamot de Hill. Les cercles pleins représentent les populations existantes ou qui sont peut-être existantes, tandis que les cercles vides (03 et 22) représentent les populations connues qui ont disparu.

Figure 3. Répartition canadienne du potamot de Hill. Les cercles pleins représentent les populations existantes ou qui sont peut-être existantes, tandis que les cercles vides (03 et 22) représentent les populations connues qui ont disparu.