Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l'antennaire stolonifère (Antennaria flagellaris) au Canada

Habitat

Besoins de l’espèce

L’Antennaria flagellaris se rencontre dans le centre-sud de la Colombie-Britannique, dans la vallée de la Similkameen, dans la partie montagnarde inférieure de la zone biogéoclimatique intérieure à douglas (Hope et al., 1991). Cette région jouit d’un climat continental caractérisé par des étés secs et très chauds, par une saison de végétation assez longue et par des hivers frais. La région est protégée des pluies par la chaîne Côtière et la chaîne des Cascades, situées à l’ouest.

À l’intérieur de cette zone, les sites sont situés sur des sols calcaires limono-graveleux ou sablo-graveleux. Une carte détaillée des sols de la région montre l’existence d’un complexe de sols des séries Belfort, Lamont et Roany (Green et Lord, 1979). La série Roany est particulièrement intéressante (figure 4); ces sols sont issus de tills et font partie des sols gris foncé solonetziques de l’ordre chernozémique. Cette série de sols, qui occupe une superficie de 1 750 ha, se caractérise par la présence de berges érodées et de poches de bentonite (minéral argileux absorbant et colloïdal). Les régimes inhabituels d’humidité du sol des sites de l’A. flagellaris peuvent être attribués à des affleurements de bentonite ou à d’autres propriétés du sol. Les sols de la série Roany ont un pH élevé et contiennent des cristaux de sel en profondeur.

Les sites de l’A. flagellaris se distinguent par une hydrologie unique. Les versants, avec des pentes de 20 à 30 p. 100, sont orientés au sud, érodés, instables et caractérisés par un suintement saisonnier. Ces microstations humides sont saturées par l’eau souterraine en hiver et s’assèchent pendant l’été. L’usure lente des versants qui résulte de cette hydrologie inhabituelle est particulière à la région et exclut de nombreux taxons incapables de tolérer de telles conditions. Par conséquent, la végétation est clairsemée sur ces versants perturbés, et l’A. flagellaris y est l’espèce végétale dominante. Aucune espèce non indigène ne pousse dans ces sites.

À proximité des sites de l’A. flagellaris, la végétation est caractérisée par une steppe arbustive dominée par l’Artemisia tridentata (armoise tridentée), où poussent également des sujets éparpillés de Pinus ponderosa (pin ponderosa) et de Pseudotsuga menziesii (douglas). Les sites sont situés à la limite ouest des steppes arbustives ouvertes poussant à cette altitude.

Les autres espèces associées à ces sites sont l’Eriogonum ovalifolium var. nivale, l’E. heracleoides var. angustifolium, le Lomatium ambiguum, l’Arenaria capillaris ssp. americana, l’Elymus trachycaulus, le Danthonia unispicata, l’Ericameria nauseosus var. speciosa et l’Erigeron compositus var. glabratus. Aucune espèce non indigène n’a été trouvée en association avec l’Antennaria flagellaris.

Tendances

Il semble que le milieu particulier occupé par les sites de l’Antennaria flagellaris n’a fait l’objet que d’un faible pâturage.

Position géographique des populations d’Antennaria flagellaris, et plantes vasculaires associées à chacune.

  • Population : Plantes vasculaires associées (y compris les espèces dominantes et co-dominantes de la communauté)
  • Princeton, au sud du lac Stevenson : Ericameria nauseosus var. speciosa et Pseudotsuga menziesii
  • Princeton, lac Tracey : Inconnues
  • Princeton, lac Stevenson :
    1. Arenaria capillaris, Danthonia unispicata et Eriogonum heracleoides.
    2. Eriogonum ovalifolium, Erigeron compositus var. glabratus et Arenaria capillaris
    3. Arenaria capillaris et Elymus trachycaulus

Protection et propriété des terrains

Les populations d’A. flagellaris de Colombie-Britannique sont situées dans deux terrains privés faisant partie de la Réserve de terres agricoles (Agricultural Land Reserve) de la province.