Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le brochet vermiculé au Canada

Facteurs limitatifs et menaces

Des changements imputables à l’urbanisation créent des habitats moins appropriés que ceux des ruisseaux, qui s’écoulaient auparavant dans les milieux agricoles. L’envasement des cours d’eau causé par l’activité du bétail peut être dommageable pour l’habitat. Dans les zones entourant les populations connues, le défrichage de la végétation émergée et submergée des cours d’eau, des étangs liés à ceux-ci ou des baies tranquilles d’étendues d’eau plus vastes pourrait réduire l’habitat et empêcher l’agrandissement de l’aire de répartition du brochet vermiculé. La mortalité des classes d’âge est imputable à l’échouage autant des jeunes brochets que des adultes dans les aires de croissance dû à la baisse des niveaux d’eau (Kleinert et Mraz, 1966). Selon Becker (1983), la mortalité hivernale était associée aux faibles concentrations d’oxygène dans les eaux peu profondes; cependant, Cooper et Washburn (1949) ont indiqué une tolérance à des teneurs en oxygène de 0,3 à 0,4 ppm. La destruction et la dégradation des habitats humides constituent les principales menaces. Foster (1979) a constaté que l’augmentation de la turbidité avait un impact négatif sur l’alimentation du brochet vermiculé dans la baie Long Point.

Selon Yagi (2004), le ministère des Pêches et des Océans a classé les drains sans écoulement toute l’année comme des habitats de type F, ce qui signifie que leur entretien peut avoir lieu lorsqu’il n’y a pas d’écoulement. Cette pratique affecte grandement les fosses, là où habitent les brochets vermiculés l’été. Le niveau d’eau des fosses et, par le fait même, la superficie de l’habitat du brochet vermiculé, diminueraient lors de l’entretien des drains. Trautman (1981) a indiqué qu’en Ohio les brochets vermiculés étaient en déclin ou disparaissaient des endroits où l’excavation de fosses, le dragage ou toute autre forme de canalisation détruisaient son habitat.

On sait maintenant qu’on trouve le brochet d’Amérique à Contrecœur, au Québec, à environ 57 km du lac Saint-Louis. Si des individus se dispersaient en amont vers ce lac, ils pourraient se reproduire avec des brochets vermiculés ou les remplacer (P. Dumont, comm. pers.), si ces derniers sont toujours présents.