Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le brochet vermiculé au Canada

Résumé technique

Esox americanus vermiculatus
Brochet vermiculé

Grass Pickerel

Répartition au Canada : Ontario, Québec


Information sur la répartition

Superficie de la zone d’occurrence (km2) [tirée de la figure 3, comprend la répartition terrestre]
100 000 km2
Préciser la tendance (en déclin, stable, en expansion, inconnue).
Stable
Y a-t-il des fluctuations extrêmes dans la zone d’occurrence (ordre de grandeur > 1)?
Non

Superficie de la zone d’occupation (km2) [fondée sur la longueur en km des cours d’eau]

  1. Rivière Severn – du lac Sparrow au lac Bass : env. 26 km2
  2. Chenal Old Ausable : 0,5 km2
  3. Lac Sainte-Claire (y compris l’île Walpole, le ruisseau Little Bear et la rivière Sydenham : env. 260 km2
  4. Pointe Pelée : env. 4 km2
  5. Long Point : env.  140 km2
  6. Rivière Grand inférieure : env. 1,9 km2
  7. Affluents supérieurs de la rivière Niagara, drain de la rivière Welland et pointe Abino : env. 1,3 km2
  8. Ruisseau Twenty Mile : env. 1 km2
  9. Est du lac Ontario et cours supérieur du Saint-Laurent (y compris le ruisseau Jones, le cours supérieur de Gananoque) : env. 100 km2
  10. Du lac Saint-François au lac Saint-Louis : env. 150 km2
Zone d’occupation totale : environ 685 km2
Préciser la tendance (en déclin, stable, en expansion, inconnue). [Trois emplacements dans le cours supérieur du Niagara; l’Ontario n’a maintenant plus d’habitat adéquat ni de brochet, et un déclin général se présente dans la zone d’occupation au Québec où un emplacement est peut-être perdu, c’est-à-dire 22 % de la zone d’occupation]
En déclin
Y a-t-il des fluctuations extrêmes dans la zone d’occupation (ordre de grandeur > 1)?
Non
Nombre d’emplacements existants (connus ou supposés) [dix emplacements qui pourraient représenter plus de dix populations]
10
Préciser la tendance du nombre d’emplacements (en déclin, stable, en croissance, inconnue).
En déclin
Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’emplacements (ordre de grandeur > 1)?
Non
Tendance de l’habitat : préciser la tendance de l’aire, de l’étendue ou de la qualité de l’habitat (en déclin, stable, en croissance ou inconnue).
Un certain déclin


Information sur la population

Durée d’une génération (âge moyen des parents dans la population : indiquer en années, en mois, en jours, etc.).
De 3 à 4 ans
Nombre d’individus matures (reproducteurs) au Canada (ou préciser une gamme de valeurs plausibles).
Inconnu
Tendance de la population quant au nombre d’individus matures en déclin, stable, en croissance ou inconnue.
En déclin dans certaines zones
S’il y a déclin, % du déclin au cours des dernières/prochaines dix années ou trois générations, selon la plus élevée des deux valeurs (ou préciser s’il s’agit d’une période plus courte).
Inconnu
Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’individus matures (ordre de grandeur > 1)?
Inconnues
La population totale est-elle très fragmentée (la plupart des individus se trouvent dans de petites populations, relativement isolées [géographiquement ou autrement] entre lesquelles il y a peu d’échanges, c.-à-d. migration réussie de ≤ 1 individu/année)?
Oui, les populations de 9 des 10 zones sont très isolées les unes des autres
Énumérer les populations et donner le nombre d’individus matures dans chacune.

Énoncée par emplacement, on pourrait trouver plus d’une population aux emplacements 1, 3, 7, 9 et 10. Il pourrait y avoir 3 populations à l’emplacement 10, c’est-à-dire au lac Saint-François, Coteau et au lac Saint-Louis. Le nombre d’individus matures à tout emplacement n’est pas connu, mais il ne serait vraisemblablement pas élevé, soit probablement dans les dizaines par emplacement et dans les centaines ou quelques milliers seulement à l’est du lac Ontario et du cours supérieur du Saint-Laurent.
  1. Rivière Severn
  2. Chenal Old Ausable
  3. Lac Sainte-Claire (y compris l'île Walpole, le ruisseau Little Bear et la rivière Sydenham)
  4. Pointe Pelée
  5. Long Point
  6. Rivière Grand inférieure
  7. Cours supérieur de la rivière Niagara (y compris le drain de la rivière Welland)
  8. Ruisseau Twenty Mile
  9. Est du lac Ontario et cours supérieur du Saint-Laurent (y compris le ruisseau Jones, cours supérieur de Gananoque)
  10. Du lac Saint-François au lac Saint-Louis
Préciser la tendance du nombre de populations (en déclin, stable, en croissance, inconnue).
Stable
Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre de populations (ordre de grandeur > 1)?
Non


Menaces (réelles ou imminentes pour les populations ou les habitats)

  • urbanisation et pratiques agricoles comme effet de la réduction du flux et du détournement des eaux, et pollution causée par les herbicides
  • envasement
  • enlèvement de la végétation
  • faibles niveaux de l'eau causés par le soutirage de l'eau et la sécheresse
  • détournement de l'eau froide ou fraîche vers l'habitat du brochet
  • destruction et dégradation de l'habitat des terres humides


Effet d’une immigration de source externe

L’espèce existe-t-elle ailleurs (au Canada ou à l’extérieur)?
Oui (à l’extérieur)
Statut ou situation des populations de l’extérieur?

[il n’existe que des populations avoisinantes; voir ci-après pour obtenir de l’information sur la situation dans d’autres emplacements aux États-Unis]
État de New York (S4)
Pennsylvanie (S4)
Ohio (S?)
Michigan (S5)
Une immigration a-t-elle été constatée ou est-elle possible?
Oui
Des individus immigrants seraient-ils adaptés pour survivre au Canada?
Oui
Y a-t-il suffisamment d’habitat disponible au Canada pour les individus immigrants?
Oui


Analyse quantitative

Sans objet


Statut actuel

Classification de Nature Conservancy (Naturserve 2003)
Mondiale : G3

Nationale :
États-Unis : N5
Canada : N4

Regionale
États-Unis : Alabama – S5, Alaska – S?, Arkansas – S4, Colorado – SE, Connecticut – S4, Delaware – S5, Floride – S?, Géorgie – S4S5, Illinois – S5, Indiana – S4, Iowa – S3, Kentucky – S4S5, Louisiana – S5, Maine – S?, Maryland – S5, Massachusetts – S5, Michigan – S5, Mississippi – S5,
Missouri – S?, Nebraska – S4, New Hampshire – S4, New Jersey – S5, New York – S4, Caroline du Nord – S5, Ohio – S?, Oklahoma – S5, Pennsylvanie – S4,
Rhode Island – S5,  Caroline du Sud – S?, Tennessee – S5, Texas – S3, Vermont – S4, Virginie – S4, Washington – SE, Virginie-Occidentale – SU, Wisconsin – S4
Canada : Ontario – S3, Québec – S4

Espèces sauvages 2000 (Conseil canadien pour la conservation des espèces en péril 2001)
Canada : NA
Ontario : 3, Québec : 2

Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) – Espèce préoccupante (mai 2005)


Statut et justification de la désignation

Statut : Espèce préoccupante
Code alphanumérique : Correspond au critère « menacée », B2ab(ii,v), mais désignée « préoccupante » en raison de l’immigration de source externe et parce que l’espèce ne deviendra probablement pas en voie de disparition ou ne disparaîtra pas du pays dans un avenir rapproché.


Justification de la désignation : Il s’agit d’une sous-espèce connue dans dix emplacements entre le lac St-Louis, au Québec, et le lac Huron, en Ontario. Son habitat habituel est une eau peu profonde présentant une végétation aquatique abondante. Un déclin global d’environ 22 % dans la zone d’occupation a été observé. Ce déclin semble lié à la dégradation et à la perte d’habitat imputables à la canalisation et aux activités de dragage dans les habitats de zones humides où l’espèce se trouve.


Application des critères

Critère A (Population globale en déclin) : Sans objet. Bien qu’un déclin soit survenu dans environ 22 % de la zone d’occupation, à trois endroits sur dix et qu’il existe des indications de déclin continu dans ces zones, les seuils ne sont pas atteints.

Critère B (Petite aire de répartition, et déclin ou fluctuation) : La zone d’occupation (683 km2) est inférieure au seuil minimal pour la classification « menacée »; en outre, un déclin est survenu à trois endroits sur dix et il se poursuit. L’espèce est donc classée « menacée » B2a, b(ii-v).

Critère C (Petite population globale et déclin) : Sans objet. La taille de la population totale est inconnue, mais on l’estime à > 10 000. L’espèce ne peut donc pas être classée en vertu de ce critère.

Critère D (Très petite population ou aire de répartition limitée) : Sans objet. Le nombre d’individus est inconnu, mais on l’estime à > 10 000. La zone d’occupation et le nombre de sites historiques sont supérieurs aux seuils.

Critère E (Analyse quantitative) : Sans objet.