Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Petit polatouche (Glaucomys volans)

Résumé technique - Grands Lacs

Glaucomys volans

Petit polatouche - Population des plaines des Grands Lacs

Southern Flying Squirrel - Great Lakes Plains Population

Répartition au Canada : Ontario et Québec


Information sur la répartition

Superficie de la zone d’occurrence (km2) au Canada
Calculée comme suit : surface du polygone convexe minimum des emplacements connus de la population des Grands Lacs (Ontario/Québec)
Ontario/Québec :
~ 160 000 km2
Préciser la tendance (en déclin, stable, en croissance, inconnue)Ont. : Moyen terme (décennies) : probablement en hausse; annuelle : sujette à des fluctuations dans l’extrémité nord de l’aire de répartition

Qué. : Inconnue
Y a-t-il des fluctuations extrêmes dans la zone d’occurrence (ordre de grandeur > 1)?Possibles dans l’extrémité nord de l’aire de répartition
Superficie de la zone d’occupation (km2)Inconnue
Préciser la tendance (en déclin, stable, en croissance, inconnue)Inconnue
Y a-t-il des fluctuations extrêmes dans la zone d’occupation (ordre de grandeur > 1)?Possibles dans l’extrémité nord de l’aire de répartition
Nombre d’emplacements actuels connus ou inférésInconnu
Préciser la tendance du nombre d’emplacements (déclin, stable, en croissance, inconnue)Probablement stable dans l’ensemble
Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’emplacements (ordre de grandeur > 1)?Possibles dans l’extrémité nord de l’aire de répartition
Tendance de l’habitat : préciser la tendance de l’aire, de l’étendue ou de la qualité de l’habitat (en déclin, stable, en croissance ou inconnue)Variable, mais probablement stable dans l’ensemble


Information sur la population

Durée d’une génération (âge moyen des parents dans la population :
indiquer en années, en mois, en jours, etc.)
1,5 an
Nombre d’individus matures (reproducteurs) au Canada (ou préciser une gamme de valeurs plausibles)Inconnu
Tendance de la population quant au nombre d’individus matures en déclin, stable, en croissance ou inconnueInconnue
S’il y a déclin, % du déclin au cours des dernières/prochaines dix années ou trois générations, selon la plus élevée des deux valeurs (ou préciser s’il s’agit d’une période plus courte)Inconnu
Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’individus matures (ordre de grandeur > 1)?Non, mais l’aire de répartition ontarienne peut fluctuer considérablement selon les conditions hivernales
La population totale est-elle très fragmentée (la plupart des individus se trouvent dans de petites populations, relativement isolées [géographiquement ou autrement] entre lesquelles il y a peu d’échanges, c.-à-d. migration réussie de < 1 individu/année)?Sud-ouest de l’ Ont. : Oui (sauf le comté de Norfolk)

Centre / est de l’ Ont. : probablement non

Qué.: Inconnu
Préciser la tendance du nombre de populations (en déclin, stable, en croissance, inconnue)Stable
Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre de populations (ordre de grandeur > 1)?Non
Énumérer les populations et donner le nombre d’individus matures dans chacune.


Menaces (réelles ou imminentes pour les populations ou les habitats)

Perte d’habitat. Plus précisément :
- coupe d’arbres feuillus matures produisant des graines (en particulier le chêne, le hêtre et le caryer);
- coupe d’arbres portant des cavités;
Prédation par les chats domestiques.


Effet d’une immigration de source externe

Statut ou situation des populations de l’extérieur?
É.-U. : Non en péril (N5)
Michigan : S5
New York : S5
Vermont : S4
New Hampshire : S5
Une immigration a-t-elle été constatée ou est-elle possible?Très limitée. Seulement le long de la frontière Québec – É.-U. au sud du fleuve Saint-Laurent, où la présence de l’espèce est inconnue de part et d’autre de la frontière.
Des individus immigrants seraient-ils adaptés pour survivre au Canada?Oui
Y a-t-il suffisamment d’habitats disponibles au Canada pour les individus immigrants?Oui
La possibilité d’une immigration de populations externes existe-t-elle?Non


Analyse quantitative

Aucune
 


Statut existant

COSEPAC : Espèce préoccupante, 1988
Non en péril, 2006


Statut et justification de la désignation

Statut :
Non en péril
Code alphanumérique :
s.o.
Justification de la désignation :
Les polatouches sont de petits rongeurs sylvicoles, discrets et nocturnes, qui sont dotés d’une capacité impressionnante pour le planage. Ils sont difficiles à distinguer du grand polatouche. Les programmes d’échantillonnage spécifiques ont généralement révélé une abondance et une aire de répartition plus grandes qu’on ne le croyait. La zone d’occupation connue s’est étendue. La perte d’habitat par suite de la déforestation et de la fragmentation de la forêt résiduelle pourrait se traduire par la disparition de certaines populations locales dans la partie sud de l’aire de répartition en Ontario, mais ne menace pas actuellement la survie de la population. La tendance générale en termes de disponibilité de l’habitat est stable ou positive. De récentes recherches en Ontario ont révélé une superficie beaucoup plus grande de l’habitat convenable pour l’espèce et une expansion considérable de son aire de répartition. Il existe peu d’information sur ce polatouche au Québec étant donné qu’il n’y a pas eu de relevés spécifiques pour cette espèce.


Applicabilité des critères

Critère A (Population globale en déclin) :
Il n’y a aucun signe de tendance au déclin, quoique l’abondance et l’aire de répartition puissent diminuer considérablement à la suite d’un hiver rigoureux.
Critère B (Petite aire de répartition, et déclin ou fluctuation) :
La zone d’occurrence dépasse 150 000 km2 et on ne relève aucun signe manifeste de déclin. L’amplitude exacte des fluctuations dues aux hivers rigoureux est inconnue, mais la recolonisation suivant une disparition localisée semble rapide.
Critère C (Petite population globale et déclin) :
La taille de la population totale est inconnue, mais elle se chiffre probablement en milliers. Il n’y a aucun signe de déclin, et la gamme d’habitats convenables semble plus variée que l’on ne le croyait auparavant.
Critère D (Très petite population ou aire de répartition limitée) :
La taille de la population totale est inconnue, mais elle se chiffre probablement en milliers.
Critère E (Analyse quantitative) :
Non disponible.

 

Résumé technique - Atlantique

Glaucomys volans

Petit polatouche - Population de l’Atlantique (Nouvelle-Écosse)

Southern Flying Squirrel - Atlantic (Nova Scotia) Population

Répartition au Canada : Nouvelle-Écosse


Information sur la répartition

Superficie de la zone d’occurrence (km2) au Canada
Calculée comme suit : surface du polygone convexe minimum des emplacements connus
6 300 km2
Préciser la tendance (en déclin, stable, en croissance, inconnue)Probablement stable
Y a-t-il des fluctuations extrêmes dans la zone d’occurrence (ordre de grandeur > 1)?Non
Superficie de la zone d’occupation (km2)Inconnue
Préciser la tendance (en déclin, stable, en croissance, inconnue)Probablement stable
Y a-t-il des fluctuations extrêmes dans la zone d’occupation (ordre de grandeur > 1)?Inconnu
Nombre d’emplacements actuels connus ou inférésInconnu
Préciser la tendance du nombre d’emplacements (déclin, stable, en croissance, inconnue)Probablement stable
Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’emplacements (ordre de grandeur > 1)?Inconnu
Tendance de l’habitat : préciser la tendance de l’aire, de l’étendue ou de la qualité de l’habitat (en déclin, stable, en croissance ou inconnue)En déclin


Information sur la population

Durée d’une génération (âge moyen des parents dans la population :
indiquer en années, en mois, en jours, etc.)
1,5 an
Nombre d’individus matures (reproducteurs) au Canada (ou préciser une gamme de valeurs plausibles)Inconnu
Tendance de la population quant au nombre d’individus matures en déclin, stable, en croissance ou inconnueInconnue
S’il y a déclin, % du déclin au cours des dernières/prochaines dix années ou trois générations, selon la plus élevée des deux valeurs (ou préciser s’il s’agit d’une période plus courte)Inconnu
Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’individus matures (ordre de grandeur > 1)?Inconnu
La population totale est-elle très fragmentée (la plupart des individus se trouvent dans de petites populations, relativement isolées [géographiquement ou autrement] entre lesquelles il y a peu d’échanges, c.-à-d. migration réussie de < 1 individu/année)?Peu vraisemblable
Préciser la tendance du nombre de populations (en déclin, stable, en croissance, inconnue)Probablement stable
Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre de populations (ordre de grandeur > 1)?Peu vraisemblable
Énumérer les populations et donner le nombre d’individus matures dans chacune.


Menaces (réelles ou imminentes pour les populations ou les habitats)

Perte d’habitat. Plus précisément :
- transformation de forêts matures mixtes et de feuillus en des peuplements de conifères;
- coupe d’arbres feuillus matures produisant des graines (en particulier le chêne, le hêtre et le caryer);
- coupe d’arbres portant des cavités;
Prédation par les chats domestiques.


Effet d’une immigration de source externe

Statut ou situation des populations de l’extérieur?
É.-U. : Non en péril (N5)
Maine : SU
Une immigration a-t-elle été constatée ou est-elle possible?Non
Des individus immigrants seraient-ils adaptés pour survivre au Canada?Oui
Y a-t-il suffisamment d’habitats disponibles au Canada pour les individus immigrants?Oui
La possibilité d’une immigration de populations externes existe-t-elle?Non


Analyse quantitative

Aucune
 


Statut existant

COSEPAC : Espèce préoccupante, 1988
Non en péril, 2006


Statut et justification de la désignation

Statut :
Non en péril
Code alphanumérique :
s.o.
Justification de la désignation :
Les polatouches sont de petits rongeurs sylvicoles, discrets et nocturnes, qui sont dotés d'une capacité impressionnante pour le planage. Ils sont difficiles à distinguer du grand polatouche. En Nouvelle-Écosse, l’espèce a été observée pour la première fois en 1971 et, jusqu’en 2001, on ne connaissait sa présence que dans 7 sites. De nouvelles recherches récentes ont décelé la présence de l’espèce dans 32 emplacements, et ce, dans une aire beaucoup plus grande que prévue dans le sud de la province. Tout comme un certain nombre d’espèces en Nouvelle‑Écosse, cette espèce est située à la limite septentrionale de son aire de répartition et est isolée. La perte d’habitat en raison du déboisement et de la fragmentation de forêts intactes pourrait mener à la disparition de certaines populations locales, mais ne constitue actuellement pas une menace à la survie de l’espèce, et la population semble stable.


Applicabilité des critères

Critère A (Population globale en déclin) :
Il n’y a aucun signe de tendance au déclin, quoique l’abondance et l’aire de répartition puissent diminuer considérablement à la suite d’un hiver rigoureux.
Critère B (Petite aire de répartition, et déclin ou fluctuation) :
La zone d’occurrence est de 6 500 km2 et on ne relève aucun signe manifeste de déclin.
Critère C (Petite population globale et déclin) :
La taille de la population totale est inconnue, mais elle se chiffre probablement en milliers. Il n’y a aucun signe de déclin, et la gamme d’habitats convenables semble plus variée que l’on ne le croyait auparavant.
Critère D (Très petite population ou aire de répartition limitée) :
La taille de la population totale est inconnue, mais elle se chiffre probablement en milliers.
Critère E (Analyse quantitative) :
Non disponible.