Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l’hespérie de Poweshiek (Oarisma poweshiek) au Canada

Répartition

Répartition mondiale

L’aire de répartition de l’hespérie de Poweshiek est très limitée. Autrefois, cette hespérie se rencontrait depuis le sud-est du Manitoba jusqu’en Iowa, en passant par l’est des Dakotas et l’ouest du Minnesota, et formait des populations isolées dans le sud-est du Wisconsin, le nord-ouest de l’Illinois et le sud du Michigan (Layberry et al., 1998) (figure 2). Aujourd’hui, l’espèce est présente dans seulement une région au Michigan et en Iowa et dans un certain nombre de sites de l’ouest du Minnesota et de l’est des Dakotas. Son aire de répartition actuelle en Amérique du Nord est très fragmentée (Royer et Marrone, 1992a).

Figure 2. Aire de répartition mondiale de l’Oarisma poweshiek

Figure 2. Aire de répartition mondiale de l’Oarisma poweshiek.

Répartition canadienne

Au Canada, la présence de l’hespérie de Poweshiek a été mentionnée pour la première fois en 1986 par Catling et Lafontaine (1986). Cette espèce se rencontre sur un territoire de seulement 2 300 ha, près de Tolstoi, Stuartburn et Gardenton, dans le sud-est du Manitoba, près de la frontière canado-américaine (figure 3). Catling et Lafontaine (1986) l’ont observée dans sept localités de cette région en 1985. En 2002, elle a été trouvée dans 15 localités de la même région, mais dans aucun autre des sites de prairie examinés (figure 4). Masters (1973), se fondant sur des spécimens capturés par Jack Dennis entre 1902 et 1920, a signalé sa présence à Beulah (Manitoba). Un examen a cependant révélé que ces spécimens avaient été mal identifiés et appartenaient en réalité à une espèce étroitement apparentée, l’Oarisma garita (Catling et Lafontaine, 1986).

Figure 3. Aire de répartition canadienne de l’hespérie de Poweshiek.

Figure 3. Aire de répartition canadienne de l’hespérie de Poweshiek.

 

Figure 4. Sites visités dans le cadre de l’inventaire des populations de l’hespérie de Poweshiek en 2002.

Figure 4. Sites visités dans le cadre de l’inventaire des populations de l’hespérie de Poweshiek en 2002.