Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l’hespérie de Poweshiek (Oarisma poweshiek) au Canada

Facteurs limitatifs

L’hespérie de Poweshiek se rencontre uniquement dans les prairies à grandes graminées humides. Elle est extrêmement vulnérable aux perturbations qui modifient les caractéristiques floristiques et structurales de son habitat préféré. La survie à long terme de cet insecte dépend de la présence des ressources nutritives essentielles pour les adultes et les chenilles.

Plantes nectarifères

Un accès régulier à des sources de nectar pourrait être essentiel à la survie des hespéries de Poweshiek adultes. Le nectar contient de l’eau, essentielle au maintien de la vie, et des glucides, source d’énergie indispensable au vol, et il permet aux femelles d’atteindre leur fécondité maximale (Murphy et al., 1983). En l’absence d’une source nectar facilement accessible, les femelles pondraient moins d’œufs et produiraient par conséquent moins de descendants. L’eau contenue dans le nectar est une denrée encore plus essentielle, car son absence par temps chaud et sec peut entraîner la mort des adultes en quelques heures (Dana, 1991). Bien que l’hespérie de Poweshiek se montre relativement généraliste à l’égard des sources nectarifères, elle préfère le nectar de certaines espèces (Swengel et Swengel, 1999; Catling et Lafontaine, 1986). Ses préférences varient d’une région à l’autre, en partie en fonction de l’abondance relative des espèces végétales disponibles dans chaque milieu. Dans la Réserve de prairie d’herbes longues du Manitoba, de nombreux adultes ont été observés sur des fleurs de Rudbeckia serotina. La lobélie à épi (Lobelia spicata) était également fréquemment visitée à cet endroit (Catling et Lafontaine, 1986). Ces plantes nectarifères sont des éléments caractéristiques de la flore des prairies indigènes non perturbées.

Plantes hôtes des chenilles

La présence de plantes hôtes convenant aux chenilles est également essentielle à la survie des populations d’hespérie de Poweshiek. L’éléocharide elliptique (E. elliptica) est probablement une des plantes hôtes de l’espèce dans la Réserve de prairie d’herbes longues du Manitoba (Catling et Lafontaine, 1986). Cette plante caractéristique des prairies à grandes graminées humides non perturbées est un des hôtes reconnus de l’espèce aux États-Unis et est commune dans les portions marginales relativement élevées des sections basses et humides des prairies où l’hespérie se rencontre (Holzman, 1972; McAlpine, 1973). La composition exacte de la gamme d’hôtes de l’hespérie de Poweshiek au Canada demeure à préciser.