Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le meunier tacheté (Minytrema melanops) au Canada

Biologie

Reproduction

Entre la fin du printemps et le début de l’été, les meuniers tachetés frayent sur les radiers aux eaux propres. Les œufs sont semi-flottants et éclosent de 7 à 12 jours après la fécondation (Becker, 1983). En Géorgie, les meuniers tachetés frayent dans des eaux dont la température varie entre 12 et 19 °C (McSwain et Gennings, 1972). La fraye est plus précoce dans le sud de l’aire de répartition (p. ex. en mars en Géorgie, en mai au Wisconsin). Elle s’effectue par groupes de trois : une femelle et deux mâles. On n’a jamais observé la fraye dans les eaux canadiennes. Au Missouri, le meunier tacheté atteint la maturité à trois ans (Pflieger, 1975), alors que les formes naines capturées en Ohio sont matures à une longueur de 150 mm (Trautman, 1981). L’âge de maturité des populations canadiennes est inconnu. L’âge d’une femelle reproductrice capturée dans la rivière Thames a été évalué à cinq ans (Parker et McKee, 1984).

L’injection de gonadotropine chorionique humaine (HCG) a induit la fraye chez des individus en captivité à 18 °C (Ludwig, 1997).

Taux de survie

Il n’existe aucune information sur la démographie des populations canadiennes de meuniers tachetés. En Ohio, à la fin de la première saison de croissance, les juvéniles de l’année ont une longueur variant entre 51 et 102 mm. Les adultes ont une longueur de 229 à 381 mm; le plus grand spécimen capturé mesurait 450 mm (Trautman, 1981). En Oklahoma, les meuniers tachetés atteignent une longueur de 155 mm après la première année et des longueurs moyennes de 290 mm (1+), 340 mm (2+), 410 mm (3+) et 440 mm (4+) les années subséquentes (Pflieger, 1975). L’âge maximum signalé dans une population américaine est de six ans (Carlander, 1969). On a estimé l’âge de deux spécimens (longueur totale de 358 mm et 373 mm) capturés au Canada à sept et huit ans, d’après leurs écailles (McAllister et al., 1985).

Alimentation et relations interspécifiques

Les meuniers tachetés adultes et les juvéniles se nourrissent d’une variété de proies, comme des diatomées, du zooplancton, des chironomes et des mollusques (Pflieger, 1975; White et Haag, 1977). White et Haag (1977) ont décrit des variations ontogénétiques dans les habitudes alimentaires des populations du Kentucky. Les larves du meunier tacheté (longueur totale de 12 à 15 mm) se nourrissent de zooplancton et de diatomées entre la surface et la mi-profondeur. Lorsqu’ils atteignent une longueur totale de 25 à 30 mm, les individus se nourrissent près de bancs de sable et dans les bras morts des ruisseaux. À une longueur totale d’environ 50 mm, ils commencent à se nourrir d’organismes benthiques, et on peut trouver du sable dans leur intestin. Les individus de plus de 50 mm et les adultes ont des habitudes alimentaires similaires. On ne possède aucune information sur les habitudes alimentaires des populations du bassin des Grands Lacs.

Les poissons et les oiseaux piscivores chassent probablement les meuniers tachetés juvéniles (Parker et McKee, 1984).

Les parasites du meunier tacheté sont identifiés dans Hoffman (1967), Mackiewicz (1968) et Christensen et al. (1982).