Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Paruline à capuchon (Wilsonia citrina)

Introduction

La Paruline à capuchon est un petit oiseau chanteur de la grande famille des Parulidés qui ne se rencontre que dans l’hémisphère occidental. Elle niche principalement dans l’est des États-Unis. Au Canada, son aire de répartition ne s’étend qu’au sud-ouest de l’Ontario (figure 1). La Paruline à capuchon est un oiseau migrateur qui passe l’hiver en Amérique centrale, du centre du Mexique jusqu’au Panama (côte est) et dans plusieurs îles antillaises. Le COSEPAC s’est penché sur la situation de cette espèce pour la première fois en 1993 (Page et Cadman, 1993).

Territoire de nidification de la Paruline à capuchon en Amérique du Nord (Evans Ogden et Stutchbury, 1994)

Figure 1. Territoire de nidification de la Paruline à capuchon en Amérique du Nord (Evans Ogden et Stutchbury, 1994).

Endroits où la Paruline à capuchon a été observée pendant la pariade en Ontario 1981-1991; lieux de nidification confirmés (·) ou possibles (o)

Figure 2. Endroits où la Paruline à capuchon a été observée pendant la pariade en Ontario 1981-1991; lieux de nidification confirmés (·) ou possibles (o) (Page et Cadman, 1993).

À l’époque, la Paruline à capuchon était relativement commune aux États-Unis, où l’effectif semblait avoir connu une légère progression depuis 1966, d’après les résultats de recensements d’oiseaux nicheurs. Cependant, l’espèce était beaucoup moins répandue dans les États adjacents du nord des États-Unis, et la population avait apparemment baissé de façon notable dans l’État voisin du Michigan (Brewer et al., 1991), sinon ailleurs.

Comme elle a besoin de vastes parcelles de forêt mature, cette espèce était probablement beaucoup plus répandue en Ontario avant le déboisement des forêts au 19e siècle. De nos jours, son habitat a en grande partie disparu. Les recensements effectués dans les années 1980 et au début des années 1990 donnaient à penser que la population avait été réduite à moins de 200 couples. La plupart des oiseaux avaient été trouvés dans deux secteurs des comtés de Haldimand-Norfolk et d’Elgin (figure 2), et, même à ces endroits, l’habitat propice à l’espèce était petit, fragmenté et continuellement menacé (Page et Cadman, 1993).

L’effectif était manifestement très peu nombreux, mais certaines données semblaient indiquer que la population s’était stabilisée depuis quelques années. En raison de ces facteurs, le Comité sur le statut des espèces menacées de disparition au Canada a attribué à la Paruline à capuchon le statut d’espèce menacée en 1993.