Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l’abronie à petites fleurs (Tripterocalyx micranthus) au Canada - Mise à jour

Évaluation et statut proposé

Protection actuelle et autres désignations

À la suite du premier rapport sur la situation de l’espèce, en 1992, le COSEPAC a attribué à l’abronie à petites fleurs le statut d’espèce menacée au Canada. Cependant, l’espèce ne bénéficie d’aucune protection juridique au Canada. The Nature Conservancy a attribué à l’espèce la cote G? à l’échelle mondiale, N1 à l’échelle du Canada, S1 en Alberta et S1 en Saskatchewan. Aux États-Unis, différentes cotes ont été attribuées pour les États où l’espèce est présente : Arizona (SR), Californie (S1.3; 5 sites ou moins, aucune menace manifeste), Colorado (SR), Kansas (S1), Montana (SR), Nebraska (S1), Nevada (SR), Nouveau-Mexique (SR), Dakota du Nord (SR), Dakota du Sud (SH), Utah (SR) et Wyoming (S3).

Évaluation de la situation et recommandation de l’auteure

L’abronie à petites fleurs est répertoriée pour l’Alberta (6 sites, effectif total de 1 000 individus à la fin des années 1980) et pour la Saskatchewan (1 site, effectif total d’environ 10 individus en 1981). En 2001, l’effectif total avait décliné de façon alarmante. Dans la plupart des localités d’Alberta où l’espèce a déjà été présente, les étendues de sable mobile susceptibles de lui servir d’habitat se sont fortement rétrécies ou sont complètement disparues, ces milieux ayant été envahis et stabilisés par des espèces indigènes des prairies et des mauvaises herbes exotiques. Un seul individu a été observé en 2001, à Bow Island, dans le déblai d’une voie de circulation où le sable a été mis à nu. Dans les sites de la rivière Lost et de l’île Wolf, il n’y a plus la moindre étendue de sable mobile, et les autres sites n’en présentent plus que de très faibles étendues. Aucun individu n’a été retrouvé au site de Purple Springs, pourtant exploré à fond. À Bull Pound, bien qu’il y ait des étendues de sable nu d’une superficie assez importante, aucun individu de l’espèce n’a été retrouvé. Quant à l’unique site de Saskatchewan, situé près de la Saskatchewan-Sud, juste à l’est de la frontière de l’Alberta, le milieu ne répond plus aux exigences de l’espèce.

Dans toute son aire canadienne, l’abronie à petites fleurs a connu un déclin très important. Cela s’explique peut-être en partie par la sécheresse qui a sévi en 2001. L’habitat de l’espèce est aussi en grande partie disparu. C’est pourquoi je recommande que le statut de l’abronie à petites fleurs soit changé de la catégorie « espèce menacée » à la catégorie de risque plus élevé « espèce en voie de disparition ». Je recommande également que de nouveaux relevés de l’espèce soient effectués en période de moins grande sécheresse pour déterminer s’il y a un relèvement sensible de l’effectif.