Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l’abronie à petites fleurs (Tripterocalyx micranthus) au Canada - Mise à jour

Addenda

Situation de l’abronie à petites fleurs (Tripterocalyx micranthus) d’après les observations sur le terrain de 2002.

Le statut de l'abronie à petites fleurs (Tripterocalyx micranthus) est fondé sur des données obtenues sur le terrain en 2002. Le présent addenda modifié et révisé a été préparé par E. Haber et est fondé sur des renseignements fournis par Bonnie Smith qui étaient disponibles à des fins de désignation. L'addenda contient seulement les données de base sur les populations, un résumé technique révisé et la figure 4 révisée.

Résumé

Au Canada, l’abronie à petites fleurs (Tripterocalyx micranthus (Torr.) Hook.) se rencontre principalement dans le Sud-Est de l’Alberta (sept sites), mais on en trouve aussi un site dans le Sud de la Saskatchewan, juste à l’est de la frontière de l’Alberta.

Les sites connus de l’espèce se trouvent à proximité du cours inférieur de la rivière Bow (789 individus), à Purple Springs (269 individus), à Grassy Lake (1 797 individus), au nord de Medicine Hat (environ 100 individus), au nord de Medicine Hat - Suffield (100 individus), à proximité de la rivière Lost (environ 100 individus) et dans la Réserve nationale de faune de Suffield (1 individu). En 2002, l’auteure a dénombré dans quatre des sites un total de 2 955 individus. L’effectif de l’espèce pour l’ensemble des sites d’Alberta (dénombrements et estimations confondus) serait de 3 156 individus. La découverte des sites de Grassy Lake et de Suffield, au nord de Medicine Hat, est postérieure au premier rapport sur la situation de l’espèce (Smith et Bradley, 1992). Lors des relevés de 2002, les environs des sites connus ont aussi été explorés. Aucun individu de l’espèce n’a été retrouvé dans le site de Saskatchewan.

Les sites de l’abronie à petites fleurs sont peu étendus : en général, ils ne dépassent pas 100 . L’effectif peut fluctuer largement d’une année à l’autre en fonction des conditions climatiques, en particulier des précipitations. Ainsi, la population de la rivière Bow est passée de 1 individu en 2001 à 789 individus en 2002. L’abronie à petites fleurs est une annuelle éphémère qui produit, les années favorables, de grandes quantités de graines demeurant enfouies dans le sable jusqu’au retour de conditions favorables à leur germination.

L’abronie à petites fleurs pousse dans des milieux secs, principalement dans le sable meuble des dunes. La présence de sable mobile lui semble nécessaire. Les plus grandes populations se rencontrent sur des étendues plates de sable fin compacté. D’autres cependant poussent sur des versants orientés au sud, à l’ouest ou à l’est et le long des crêtes. La plupart des sites se trouvent en terrain élevé, mais l’espèce est aussi présente dans les dunes qui descendent dans la vallée des rivières Lost et Saskatchewan-Sud. L’espèce est confinée à la sous-région de la Prairie mixte sèche de la région naturelle des Prairies – région profondément transformée par l’activité humaine.

Les facteurs limitatifs les plus préoccupants sont la stabilisation des dunes, les changements d’affectation des terres et la présence de mauvaises herbes envahissantes. Le site de Grassy Lake, qui compte à lui seul plus de la moitié de l’effectif albertain de l’espèce, est menacé par l’exploitation de carrières de sable et le nivellement du principal secteur des dunes. Il est important de s’attacher sans tarder à définir des méthodes d’estimation des populations et des stratégies de gestion pour assurer la survie de l’abronie à petites fleurs en Alberta.

Taille et tendances des populations

Alberta

Résumé

En 2002, il y avait des sites d’abronie à petites fleurs près du cours inférieur de la rivière Bow (789 individus), à Purple Springs (269 individus) et à Grassy Lake (1 797 individus). L’auteure a dénombré dans l’ensemble des sites d’Alberta 2 855 individus de l’espèce. De plus, Trottier en a dénombré 100 au nord de Medicine Hat - Suffield. Macdonald (1994) avait signalé 1 individu de l’espèce dans la Réserve nationale de faune de Suffield. En 2000, une petite population ne dépassant probablement pas une centaine d’individus était signalée à proximité de la rivière Lost (Wallis, comm. pers.). On pense que la petite population découverte par Johnson au nord de Medicine Hat ne compte qu’une centaine d’individus. L’effectif total de l’espèce en Alberta est estimé à 3 156 individus. Les localités sont indiquées sur la mise à jour de la figure 4.

Figure 4 (mise à jour). Répartition de l’abronie à petites fleurs au Canada.
1) rivière Lost; 2) Grassy Lake; 3) Purple Springs; 4) cours inférieur de la rivière Bow; 5) nord de Medicine Hat; 6) nord de Medicine Hat (Suffield); 7) Réserve nationale de faune de Suffield. A – île Wolf (site disparu), B – site de Saskatchewan (aucun individu observé récemment)

Figure 4 (mise à jour). Répartition de l’abronie à petites fleurs au Canada.

Le nombre d’individus dénombrés en 2002 est nettement plus élevé que les années antérieures, probablement en raison de la quantité de précipitations qui est tombée sur la région. En 2001, année de grande sécheresse, un seul individu (rivière Bow) a été observé. La découverte du site de Grassy Lake est récente. Lors des relevés des sites connus, l’auteure a aussi exploré les environs. Le site situé dans la Réserve nationale de faune de Suffield n’a pas été dénombré en 2002, l’accès à la base des Forces canadiennes de Suffield étant restreint au personnel autorisé.

À l’époque du premier rapport du COSEPAC sur la situation de l’abronie à petites fleurs (Smith et Bradley, 1992), cinq sites étaient répertoriés pour l’Alberta, soit  : 1) la rivière Lost; 2) le cours inférieur de la rivière Bow; 3) Purple Springs; 4) la rivière Saskatchewan-Sud, au nord de Medicine Hat; 5) l’île Wolf. En 1992, l’effectif total de l’abronie à petites fleurs en Alberta était estimé à moins de 1 000 individus (Smith et Bradley, 1992), répartis ainsi entre les différentes localités du Sud-Est de la province : rivière Lost : 200 individus; Bow Island : 265 individus; Purple Springs : 30 individus; nord de Medicine Hat : moins de 100 individus; île Wolf : 110 individus.

En 1895, Macoun avait récolté l’espèce à la traverse du ruisseau Manyberries, au nord de Milk River. Ce site n’a pas été retrouvé.

Les sites de la rivière Bow, de Purple Springs, de l’île Wolf et de la rivière Lost ont été dénombrés par Wallis et Wershler en 1987 (Wallis et Wershler, 1988). Johnson a dénombré le site situé au nord de Medicine Hat, près de la Saskatchewan-Sud, en 1972 et en 1973 (Johnson et Hallworth, 1975), et Macdonald a dénombré celui de la Réserve nationale de faune de Suffield en 1994 (Macdonald, 1997). Sharp et STG (herborisateur) se sont rendus au site de la rivière Lost en 1972 et 1979 respectivement (ANHIC, 2001). En 2001, Smith a dénombré à nouveau tous les sites connus de l’espèce, sauf celui de la Réserve nationale de faune de Suffield (Smith, 2002, en préparation).

Données démographiques relatives aux sites d’Alberta, 2002

Grassy Lake (figure 4, site 2)

Le site de Grassy Lake regroupe beaucoup plus de la moitié de l’effectif albertain de l’abronie à petites fleurs, soit 1 797 des 3 024 individus dénombrés en 2002. Ce site est d’une importance capitale pour la survie de l’espèce en Alberta. Il est situé en partie sur une dune de 6 m de hauteur (570 individus, dont 60 sont situés sur la face nord-est, dénudée, de la dune et le reste, sur la crête et au sommet de la face sud-ouest) et en partie dans la plaine de sable environnante (1 227 individus, dont 1 070 sont situés au sud de la voie d’accès à la dune et le reste, au nord de la voie d’accès et au sud de l’installation gazière). L’abronie à petites fleurs disparaît au fur et à mesure que la prairie est stabilisée par les graminées et autres herbacées.

Ce site occupe une petite superficie, d’environ 100 m (nord-sud) sur 40 m (est-ouest). La population est dense, en particulier sous le couvert et autour des arbustes de l’Artemisia cana (figure 5) poussant dans la plaine à l’est de la dune. Les individus poussant sur le sable nu peuvent atteindre de 3 à 4 pieds de diamètre (figure 6), taille beaucoup plus grande que celle des individus des autres sites dénombrés en 2002.

Purple Springs (figure 4, site 3)

On trouve trois groupes d’abronie à petites fleurs dans les dunes : groupe 1 (dune voisine à l’ouest de la dune principale, 30 p. 100 de sable nu) : 60 individus poussant au sommet de la dune sur une étendue de sable nu; groupe 2 (secteur sud de la dune principale) : 197 individus dispersés sur une superficie de 30 m² de creux de déflation et d’étendues de sable nu servant d’aire de nidification à l’hirondelle de rivage; groupe 3 (secteur nord de la dune principale) : 12 individus dispersés sur une étendue de de 10 m² de sable nu, où on observe des nids d’hirondelle de rivage, des traces de véhicules tout-terrain et une piste remontant la dune. L’effectif total de Purple Springs est donc de 269 individus.

Les individus du groupe 3 ont en général de 4 à 6 pouces de hauteur. Les plus grands du groupe 2 couvrent une surface de 2 pieds sur 3 pieds.

Cours inférieur de la rivière Bow (figure 4, site 4)

La population de la rivière Bow est divisée en trois groupes répartis dans un petit champ d’une douzaine de dunes. Deux des dunes comportent des étendues de sable nu, des creux de déflation et des aires de nidification de l’hirondelle de rivage. L’abronie à petites fleurs pousse sur ces dernières, dont l’une est coupée par un chemin d’accès en gravier. La dune la plus à l’ouest abrite 293 individus d’un côté du chemin (groupe 1) et 2 autres de l’autre côté du chemin (groupe 2). La dune la plus à l’est, plus proche du ruisseau, abrite 494 individus (groupe 3). Le site de la rivière Bow compte donc 789 individus en tout.

Les individus ne sont pas répartis uniformément sur les dunes. Des 293 individus du groupe 1, 266 occupent une bande de 10 m x 20 m le long du chemin de gravier dans le secteur sud de la dune. De ces 266 individus, 247 poussent sur les versants sud et nord et 19, le long de la crête. Les 27 autres individus sont dispersés le long de la crête dans le secteur nord de la dune. Aucun individu n’a été observé au bas des pentes ni sur les crêtes du secteur est de la dune. Les 2 individus du groupe 2 se trouvent sur la crête de la partie sud de la dune. Des 494 individus du groupe 3, 407 se trouvent dans un creux de déflation de la partie sud-ouest de la dune et le long des crêtes; les 87 autres sont dispersés sur les pentes face au vent, à l’extérieur de la convexité de la dune. En règle générale, l’abronie à petites fleurs pousse au sommet des pentes des dunes partiellement stabilisées, où on trouve souvent des étendues importantes de sable nu.

Nord de Medicine Hat (figure 4, site 5)

Ce site, découvert par Johnson (1975), a été pris en considération dans le premier rapport sur la situation de l’espèce (Smith et Bradley, 1992). Elle compte probablement une centaine d’individus.

BFC Suffield, au nord de Medicine Hat (figure 4, site 6)

En 2002, Garry Trottier a découvert une nouvelle population d’abronie à petites fleurs à la base des Forces canadiennes de Suffield, située au nord de Medicine Hat (Garry Trottier, comm. pers., septembre 2002). Il a dénombré 100 individus de l’espèce répartis entre trois localités voisines, à savoir : localité 1 (Fish Creek) : 80 individus répartis en trois groupes, de 48, 29 et 2 individus respectivement, et 1 individu isolé; localité 2 (située en aval de la première) : 19 individus, répartis en deux groupes, l’un de 17 et l’autre de 2 individus; localité 3 (Koomati) : 1 individu isolé (Trottier, 2002).

Réserve nationale de faune de Suffield (figure 4, site 7)

Macdonald (1994) a observé 1 individu de l’espèce dans la Réserve nationale de faune de Suffield.

Saskatchewan

À l’extérieur de l’Alberta, il existe un seul autre site d’abronie à petites fleurs au Canada; il se trouve en Saskatchewan, juste à l’est de la frontière entre cette province et l’Alberta, en bordure de la rivière Saskatchewan-Sud. En 1981, John H. Hudson a observé 10 individus de l’espèce dans cette localité, qu’il décrit comme un talus raide de rive concave à sable meuble (figure 4, site B).

Sheila Lamont et Wayne Harris, de Saskatchewan, se sont rendus sur les lieux en août 2002. Ils ont exploré les dunes situées entre la frontière de l’Alberta et la rivière Saskatchewan-Sud mais n’ont trouvé aucun individu de l’espèce. Ils ont par contre observé quantité d’autres annuelles dans les dunes. (Candace Elchuk, comm. pers., 16 septembre 2002)