Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l’abronie à petites fleurs (Tripterocalyx micranthus) au Canada - Mise à jour

Taille et tendances des populations

En 1992, l’effectif total de l’abronie à petites fleurs en Alberta était estimé à moins de 1 000 individus (Smith et Bradley, 1992), répartis entre plusieurs localités du Sud-Est de la province : rivière Lost : 200 individus; Bow Island : 265 individus; Purple Springs : 30 individus; Bull Pound : moins de 100 individus; île Wolf : 110 individus. Le dénombrement des populations avait été fait par Wallis et Wershler (1988) en 1987. Auparavant, Johnson (1975) avait dénombré celle de Bull Pound. La Réserve nationale de faune de Suffield a été explorée en 1994 (Macdonald, 1997), et un seul individu a été dénombré dans tout le secteur.

Il n’existe aucune donnée de dénombrement pour la population de Saskatchewan. Cependant, ce site comptait moins de10 individus en 1981 (spécimen récolté) (comm. pers. entre V. Harms, de la University of Saskatchewan, et E. Haber, du COSEPAC).

 En 2001, j’ai visité tous les sites connus de l’espèce au Canada, sauf celui de la Réserve nationale de faune de Suffield (Macdonald, 1997). Les relevés ont été effectués tardivement, soit en juillet et en août, car le fruit, à trois ailes et de couleur pêche, est le caractère de l’espèce le plus facilement reconnaissable. Les sites de Bow Island et de Bull Pound ont été explorés à trois reprises (début juillet, mi-juillet, début août). Tous les autres ont été explorés une fois à la mi-juillet et une fois au début d’août. Dans tous les cas, j’ai d’abord reporté la position géographique sur une carte topographique, puis j’ai repéré le site sur le terrain et j’ai exploré le secteur à la recherche de milieux susceptibles d’abriter l’espèce. À la rivière Lost, j’ai parcouru le secteur sur un kilomètre en amont et en aval du site originel. À Purple Springs, j’ai exploré toutes les crêtes partiellement stabilisées du petit champ de dunes. Je n’ai trouvé aucun milieu convenant à l’espèce au site de l’île Wolf ni dans les environs. J’ai ainsi fouillé non seulement les lieux mêmes mais les environs de chacun des sites répertoriés de l’espèce, dans l’espoir de trouver d’autres milieux pouvant lui servir d’habitat.

En 2001, j’ai retrouvé un seul individu de l’espèce, à Bow Island, en Alberta. Il poussait dans le sable en bordure d’une voie de circulation.

Voici les notes prises sur le terrain :

Bow Island – 1 individu poussant sur le sable mobile dans une zone déblayée pour la construction d’une voie de circulation dans un champ de pétrole en exploitation. Les environs ont été explorés à fond, mais aucun autre individu n’a été observé. Il s’agit de la plus grande étendue de sable mobile dans ce champ de pétrole, près de la rivière Bow. On trouve de petites étendues de sable, d’un mètre carré tout au plus, ça et là dans le secteur nord-est du champ, mais aucun spécimen d’abronie à petites fleurs.

Rivière Lost – absence totale de substrat convenant à l’espèce. En 2001, le secteur a été exploré jusqu’à 1 kilomètre en amont et en aval du site originel. L’espèce était présente dans cette localité en 1975, en 1977 et en 1987. Il est possible qu’elle ne s’y trouve plus.

Purple Springs – petit champ de dunes comportant trois crêtes distinctes et de petites étendues éparses de sable nu. Aucun individu de l’espèce n’a été trouvé. Il n’est pas impossible que l’espèce apparaisse les années de moins grande sécheresse. Cependant, la superficie de substrat répondant à ses exigences est faible.

Île Wolf – Cette région est complètement stabilisée par la végétation des prairies, et il est peu probable qu’on y retrouve jamais l’abronie à petites fleurs.

Bull Pound – petites étendues de sable nu où on pourrait peut-être trouver des individus de l’espèce les années de moins grande sécheresse. Aucun individu de l’espèce n’a été observé en 2001.

Réserve nationale de faune de Suffield – un individu observé en 1994 (Macdonald, 1997). Aucun autre individu n’a été retrouvé dans la Réserve.

Saskatchewan (rivière Saskatchewan-Sud, juste à l’est de la frontière de l’Alberta) – aucun individu observé. Il semble ne plus y avoir de milieux répondant aux exigences de l’espèce. Cependant, il y aurait intérêt à explorer plus à fond la région située en aval du site originel une année de moins grande sécheresse.

Il semble qu’il ne reste que des individus isolés ou de très petites populations de l’abronie à petites fleurs le long de la rivière Saskatchewan-Sud, depuis le confluent de cette rivière avec la rivière Oldman et la rivière Bow jusqu’à la frontière de la Saskatchewan. Il ne reste plus que de très petites étendues de substrat répondant aux exigences de l’espèce, ce qui limite certainement son effectif et l’empêche d’étendre son aire d’occupation.