Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Espèces sauvages 2005: la situation générale des espèces au Canada

Triton vert
Photo: Triton vert (Notophthalmus viridescens) © B.T. Aniskowicz-Fowler

Introduction

Bienvenue sur le site Les espèces sauvages 2005 : Situation générale des espèces au Canada.

La série Les espèces sauvages vise à répondre aux questions fondamentales suivantes au sujet des espèces sauvages au Canada : quelles espèces trouve-t-on au Canada; dans quelles provinces, quels territoires ou quelles régions océaniques se trouvent-elles; quelle est leur situation? Pour atteindre un tel but, le rapport Les espèces sauvages 2005 : Situation générale des espèces au Canada présente les résultats des évaluations des situations générales pour un grand échantillon d'espèces au Canada. Les évaluations des situations générales sont effectuées en intégrant la meilleure information accessible sur la taille des populations, la répartition, les menaces et les tendances afin de produire une évaluation experte de la situation de chaque espèce.

Vous pouvez explorer ce site Web en passant par les liens à gauche de la présente page ou en vous servant de la Table des matières. Vous ouvez aussi télécharger le rapport Les espèces sauvages en format PDF en cliquant ici.

Les classifications de situation générale pour le Yukon, les Territoires du Nord-Ouest et le Nunavut sont des classifications provisoires jusqu’à ce qu’ils soient examinés par la Commission de gestion de la faune aquatique et terrestre du Yukon, le Comité consultatif de la gestion de la faune (versant nord), le Conseil consultatif de la gestion de la faune (T. N.-O.), l’Office des ressources renouvelables sur le territoire du Sahtu (ORRTS), l’Office des ressources renouvelables sur le territoire des gwich’in et le Conseil de gestion des ressources fauniques du Nunavut (CGRFN).

Conseil canadien pour la conservation des espèces en péril. 2006. Les espèces sauvages 2005 : La situation générale des espèces au Canada. Publ. aussi sous le titre : Wild Species 2005 : The General Status of Species in Canada.

Résumé

La série Les espèces sauvages vise à répondre à des questions fondamentales à propos des espèces sauvages au Canada : Quelles sont les espèces présentes au Canada? Dans quelle province, dans quel territoire ou dans quelle région océanique se trouvent elles? Quelle est leur situation? Afin d'atteindre cet objectif, nous présentons dans Les espèces sauvages 2005 : Situation générale des espèces au Canada les résultats des évaluations de la situation générale d'un vaste échantillon de plantes et d'animaux canadiens. Ces évaluations ont été effectuées en intégrant les meilleurs renseignements possibles relatifs à la taille, à la répartition et aux tendances des populations, de même qu'aux menaces envers celles ci, afin de produire une évaluation spécialisée de la situation générale des espèces. La série Les espèces sauvages constitue la base commune en vue de l'évaluation de la situation d'une grande variété d'espèces de toutes les régions et de tous les écosystèmes du Canada, des groupes bien connus comme les oiseaux et les mammifères ou moins connus, tels que les moules d'eau douce et les écrevisses, ce qui fait sa force. Ces renseignements sont ensuite diffusés à un vaste public sous la forme des rapports Les espèces sauvages, qui permettent à tous, tant les étudiants, les chercheurs, les naturalistes amateurs que les gestionnaires de ressources, de situer une espèce dans son cadre géographique, taxinomique et écologique et d'obtenir un aperçu de la situation générale de celle ci dans ce contexte. En outre, le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) se sert des classifications de la situation générale pour classer les espèces par ordre de priorité relativement aux évaluations détaillées de la situation.

La série Les espèces sauvages a été créée en vertu de l'Accord pour la protection des espèces en péril établi en 1996 par les ministres provinciaux, territoriaux et fédéraux responsables de la faune, dans le but d'empêcher que des espèces disparaissent de la planète ou du Canada par suite d'activités anthropiques. Conformément à l'Accord, les parties conviennent qu'elles « surveilleront, évalueront et feront rapport régulièrement sur le statut de toutes les espèces sauvages »; la présente série leur permet de respecter cet engagement. Dans Les espèces sauvages 2005, le deuxième rapport de la série, nous présentons les résultats des évaluations de la situation générale de 7 732 espèces de tous les territoires, provinces et régions océaniques, représentant toutes les espèces de vertébrés du Canada (poissons, amphibiens, reptiles, oiseaux et mammifères), toutes les espèces de plantes vasculaires du pays et quatre groupes d'invertébrés (moules d'eau douce, écrevisses, odonates et cicindèles). Six groupes (plantes vasculaires, moules d'eau douce, écrevisses, odonates, cicindèles et poissons marins) sont évalués pour la première fois. Pour ces groupes, Les espèces sauvages 2005 constitue une base commune complète en vue d'examiner la situation générale des espèces dans toute leur aire de répartition au Canada et une base solide pour comparer les changements futurs dans la répartition et l'abondance des espèces. Les six autres groupes (fougères et orchidées, poissons d'eau douce, amphibiens, reptiles, oiseaux et mammifères) ont déjà été évalués dans le cadre des Espèces sauvages 2000, le premier rapport de la série. Pour ceux ci, nous présentons dans Les espèces sauvages 2005 des évaluations à jour de la situation générale, qui comprennent de nouvelles données sur la taille, la répartition et les tendances des populations, de même que les menaces envers celles ci, s'il y a lieu. Ces évaluations à jour de la situation générale constituent la première étape vers l'atteinte de l'objectif visant le suivi diachronique de la situation des espèces, et permettront de dégager des tendances d'amélioration ou de déclin des situations.

Les évaluations de la situation générale servent à classer les espèces en 10 classifications de la situation générale : disparue, disparue du Canada, en péril, possiblement en péril, sensible, en sécurité, indéterminée, non évaluée, exotique ou occasionnelle (tableau 1). Ces catégories constituent des évaluations générales de la situation d'une espèce au Canada, en raison du 3 grand nombre d'espèces évaluées et de la variation de la quantité et de la qualité des données existantes sur chaque espèce. Néanmoins, les classifications de la situation générale permettent de classer les espèces par ordre de priorité en fonction des efforts que nous devons déployer et de l'attention que nous devons leur porter afin de prévenir leur déclin ou leur disparition : certaines espèces ne semblent pas en péril, tandis que d'autres montrent les premiers signes de difficulté et doivent être surveillées ou gérées, et d'autres encore doivent faire l'objet d'une évaluation détaillée. De plus, le processus d'évaluation de la situation générale permet de mettre en lumière des lacunes en matière de renseignements; relativement à certaines espèces, il est possible que les données soient insuffisantes pour évaluer si elles sont en sécurité ou si elles sont préoccupantes dans une certaine mesure sur le plan de la conservation.

Les résultats généraux du présent rapport montrent que la majorité des espèces sauvages du Canada est classée non en péril (tableau 1); en effet, parmi les espèces classées en péril, possiblement en péril, sensible et en sécurité, 70 p. 100 sont classées en sécurité (figure 1). Ce nombre varie énormément selon les groupes taxinomiques; pour 8 des 10 groupes du présent rapport (plantes vasculaires, écrevisses, odonates, cicindèles, poissons, amphibiens, oiseaux et mammifères), au moins 65 p. 100 des espèces sont classées en sécurité au Canada. Cependant, pour les deux derniers groupes, cette proportion est beaucoup plus faible : seulement 37 p. 100 des moules d'eau douce et 31 p. 100 des reptiles sont classés en sécurité au Canada.

Le nombre d'espèces non indigènes au Canada constitue l'une des questions mises en évidence dans le présent rapport. Parmi les 7 732 espèces évaluées, 16 p. 100 sont classées exotiques à l'échelle nationale, ce qui signifie qu'elles ont été introduites par des humains. C'est le groupe des plantes vasculaires qui en compte la plus grande proportion (24 p. 100). Les espèces exotiques ont été introduites au Canada, intentionnellement ou non, elles proviennent de partout dans le monde et risquent d'avoir des répercussions négatives sur les espèces indigènes. Elles peuvent notamment entrer en concurrence avec elles pour l'espace et les ressources, chasser les espèces indigènes, se reproduire avec ces dernières et introduire de nouvelles maladies ainsi que de nouveaux parasites.

Au total, 1 330 espèces ont été évaluées dans le cadre des Espèces sauvages 2000 et du présent rapport. Parmi celles ci, 12 p. 100 ont reçu une classification de la situation générale au Canada (« classification nationale ») différente en 2005. Cependant, les modifications des cotes par rapport à 2000 reflètent principalement la volonté de brosser un tableau précis de la situation de l'espèce, et non un véritable changement biologique (c'est à dire, changement dans la taille et la répartition des populations ou les menaces envers celles ci). La majorité des modifications des classifications au Canada est attribuable à des changements apportés aux procédures (40 p. 100) ou à des évaluations nouvelles ou mises à jour par le COSEPAC (33 p. 100); uniquement 6 p. 100 des modifications sont attribuables en tout ou en partie à des changements biologiques par rapport à 2000. Au total, la situation de 39 p. 100 des espèces dont la cote a été modifiée a empiré, la situation de 31 p. 100 d'entre elles s'est améliorée et 30 p. 100 ont été déplacées vers les catégories indéterminée, non évaluée, occasionnelle ou disparue du Canada ou en ont été retirées. Si nous ne tenons compte que des espèces évaluées en 2000 et en 2005, les modifications des classifications au Canada n'ont pas eu d'importantes répercussions sur la proportion des espèces dans chaque catégorie.

Les espèces sauvages 2005 : Situation générale des espèces au Canada comporte un plus grand nombre et une plus grande variété d'espèces évaluées à l'échelle nationale; cependant, le nombre d'espèces au Canada étant estimé à plus de 70 000, il en reste de nombreuses à évaluer. Jusqu'à présent, la série Les espèces sauvages a mis l'accent sur les groupes d'espèces pour lesquels les données et les spécialistes étaient relativement accessibles. Dans l'avenir, le programme se penchera sur des groupes tels que les mousses, les lichens, les sauterelles et les grillons, sur lesquels on en connaît peu, ce qui compliquera davantage le processus d'évaluation des espèces sauvages canadiennes. Dans les futurs rapports, le nombre et la variété des espèces évaluées seront accrus, et nous poursuivrons les mises à jour des évaluations de la situation générale afin d'effectuer le suivi de la situation des espèces.

Tableau 1 : Sommaire des classifications de la situation générale au Canada (« classification nationale ») en 2005 par groupe taxinomique
Classification nationaleTous espècesPlantes vasculairesMoules d'eau douceÉcrevissesOdonatesCicindèlesPoissonsAmphibiensReptilesOiseauxMammifères
Disparue au
Canada
3022100020311
Disparue50000010031
En péril2061108000269132713
Possiblement
en péril
6345529028516021210
Sensible657460152273657124125
En sécurité35412572197145212383012358139
Indéterminée534112207139501511
Non-évaluée4653010004340000
Exotique12541216020012021111
Occasionnelle40600020200021957
Totale7732507455112093013894647653218

 

Figure 1 : Comparaison des classifications de la situation générale au Canada (« classification nationale ») de 2005 entre les groupes taxinomiques, à l'exception des espèces disparues, disparues du Canada, indéterminées, non évaluées, exotiques et occasionnelles.
graphique (see long description below)
Description longue pour la figure 1

La figure 1 compare les pourcentages d’espèces ayant des classifications de la situation générale au Canada différentes en 2005. Ceci a été effectué pour les 10 groupes taxinomiques (plantes vasculaires, moules d’eau douce, poissons, amphibiens, reptiles, odonates, cicindèles et écrevisses) et toutes les espèces combinées. Les espèces classées disparues, disparues du Canada, indéterminées, non-évaluées, exotiques et occasionnelles ne sont pas représentées. Les rangs pour toutes les espèces compilées sont: 4% en péril, 13% possiblement en péril, 13% sensibles et 70% en sécurité. Les plantes vasculaires sont à 3% en péril, 15% possiblement en péril, 12% sensibles et 70% en sécurité. 16% des moules d’eau douce sont en péril, 18% possiblement en péril, 29% sensibles et 37% en sécurité. 8% des espèces de poissons sont en péril, 5% possiblement en péril, 19% sensibles et 69% en sécurité. 20% des espèces d’amphibiens sont en péril, 15% sensibles et 65% en sécurité. 33% des espèces de reptiles sont en péril, 5% possiblement en péril, 31% sensibles et 31% en sécurité. 6% des espèces d’oiseaux sont en péril, 3% possiblement en péril, 9% sensibles et 82% en sécurité.  7% des espèces de mammifères sont en péril, 5% possiblement en péril, 13% sensibles et 74% en sécurité. 14% des espèces d’odonates sont en péril, 14% sensibles et 73% en sécurité. 17% des espèces de cicindèles sont possiblement en péril, 10% sensibles et 72% en sécurité. 22% des espèces d’écrevisses sont sensibles et 78% en sécurité.

Table des matières