Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le Renard véloce Vulpes velox au Canada – 2009


Importance de l’espèce

Comme il est le plus petit canidé et l’un des animaux les plus rapides de l’Amérique du Nord, le renard véloce retient l’attention et il représente un symbole important de la conservation des écosystèmes de prairies. Qu’il creuse ses propres terriers ou qu’il agrandisse ceux des autres espèces, le renard véloce constitue un des éléments importants du régime de perturbation naturelle des écosystèmes de prairies à graminées indigènes courtes et mixtes. Son alimentation, en grande partie composée de rongeurs et d’insectes, devrait lui attirer la sympathie des propriétaires de terres, et nuit peu au bétail et aux cultures.

Le renard véloce est important chez de nombreuses Premières Nations. Des sociétés qui prenaient comme modèle le renard nain, le renard véloce ou le renard de la prairie (p. ex., la société du renard nain [Kit Fox Society] de la Tribu des Blood) avaient des vêtements, des coiffures, des cérémonies, des danses, des coutumes et des accessoires particuliers (Laubin, 1977). Leur statut était directement lié à l’image que se faisait la tribu de la valeur et du caractère du renard (voir Pruss et al., 2008). Le renard véloce était considéré comme un animal puissant, dont il était dangereux même de parler, et qui possédait les vertus médicinales les plus efficaces (Wissler et Duvall, 1995). Les sages de la Tribu des Blood du sud de l’Alberta considèrent le Sinopaa (renard véloce) comme un élément important de leur spiritualité, et la tribu souhaite ardemment poursuivre la réintroduction de l’espèce sur son territoire (Pruss et al., 2008).

Dans le cadre du présent rapport, les tentatives visant à recueillir des renseignements sur les connaissances traditionnelles autochtones entourant le renard véloce n’ont pas été fructueuses.