Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur lepsilocarphe nain au Canada

Résumé du rapport de situation

Le Psilocarphus brevissimus ne compte actuellement que trois populations connues en Colombie-Britannique, et toutes sont situées le long d’un tronçon de 2,6 km de la route 3, au sud de Princeton. Les milieux convenant au P. brevissimus sont extrêmement restreints au Canada, n’étant présents que dans la région de Princeton. Par conséquent, les possibilités de colonisation sont extrêmement limitées. Les populations canadiennes risquent de disparaître en raison de la faible superficie qu’elles occupent, qui les rend vulnérables aux fluctuations démographiques et environnementales ainsi qu’aux pertes de diversité génétique. L’utilisation récréative de véhicules tout-terrain, dont des signes ont été observés à proximité des sites, menace également l’intégrité de l’habitat. De plus, certaines activités permises dans la réserve de terres agricoles (RTA) où se trouvent les populations pourraient être incompatibles avec les besoins de l’espèce en matière d’habitat. La région de Princeton a connu une hausse de la construction domiciliaire, ce qui laisse présager un lotissement futur pouvant exiger que des terrains privés soient soustraits de la RTA. Finalement, comme les populations de P. brevissimus de Colombie-Britannique sont situées à la limite nord de la répartition de l’espèce, elles pourraient être génétiquement distinctes et donc importantes pour sa survie et son évolution à long terme.