Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur lepsilocarphe nain au Canada

Information sur l’espèce

Nom et classification

Nom scientifique : Psilocarphus brevissimus var. brevissimus Nutt.[1]

Synonymes :  Psilocarphus oreganus Nutt. var. brevissimus (Nutt.) Jeps.; Bezanilla chilensis Remy in Gay; Psilocarphus chilensis Remy; Psilocarphus globiferus Nutt.

Nom commun : psilocarphe nain

Famille : Astéracées (Composées)

Grand groupe végétal : Dicotylédones

Description

Le psilocarphe nain (Psilocarphus brevissimus var. brevissimus Nutt.) appartient à un genre qui compte cinq espèces poussant dans les Amériques (Cronquist, 1950), dont trois au Canada et en Colombie-Britannique (Douglas, 1998; Douglas et al., 2002a). Deux variétés de l’espèce (var. brevissimus et var. multiflorus Cronq.) sont reconnues. La variété multiflorus ne pousse qu’en Californie (Morefield, 1993). Le Psilocarphus brevissimus var. brevissimus Nutt. a été signalé au Canada pour la première fois par Douglas et al. (1998a). Comme l’espèce n’est représentée au Canada que par sa variété typique, le nom P. brevissimus sera généralement utilisé sans mention de la variété dans le reste du présent rapport.

Le Psilocarphus brevissimus est une plante herbacée annuelle à courte racine pivotante (figure 1; Douglas, 2002a). Les tiges sont couchées et entremêlées et mesurent de 8 à 20 cm de longueur. Les feuilles sont peu nombreuses, toutes caulinaires, opposées, de lancéolées-linéaires à lancéolées-oblongues ou lancéolées-triangulaires, longues de 4 à 15 mm, recouvertes d’une pubescence laineuse blanche. Les capitules sont discoïdes, dépourvus d’involucre, isolés à l’aisselle des feuilles ou à l’extrémité des tiges. Les bractées du réceptacle sont longues de 2,4 à 4 mm, cucullées et gonflées en ballonnets. Les akènes sont plus ou moins cylindriques, longs de 1 à 2 mm, glabres, sans nervures ni aigrette, terminés par un petit style excentré.

Dans le cas des spécimens d’herbier récoltés en Colombie-Britannique, le P. brevissimus peut être distingué du P. elatior par ses tiges couchées et entremêlées et par ses feuilles beaucoup plus étroites. Il peut être distingué du P. tenellus var. tenellus par les bractées plus longues de son réceptacle (2,5-4 mm par rapport à 1,3-2,5 mm) et par ses feuilles beaucoup plus étroites. En Colombie-Britannique, les aires des trois espèces ne se chevauchent pas.

Figure1. Le Psilocarphus brevissimus (dessin au trait d’Elizabeth J. Steven, tiré de Douglas et al., 1998, 2002b).

Figure1. Le Psilocarphus brevissimus (dessin au trait d’Elizabeth J. Steven, tiré de Douglas et al., 1998, 2002b).


[1] Nous avons utilisé la taxinomie et la nomenclature de Douglas et al. (1998b, 1998c, 1999, 2001).