Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur lepsilocarphe nain au Canada

Habitat

Besoins de l’espèce

Le Psilocarphus brevissimus se rencontre principalement dans le centre-sud de la Colombie-Britannique, dans la vallée de la rivière Similkameen, dans la partie montagnarde inférieure de la zone biogéoclimatique intérieure à douglas (Hope et al., 1991). Cette région jouit d’un climat continental caractérisé par des étés secs et très chauds, par une saison de végétation assez longue et par des hivers frais. La région est protégée des pluies par la chaîne Côtière et la chaîne des Cascades, situées à l’ouest.

À l’intérieur de cette zone, les sites sont situés dans une matrice de terrains plats à légèrement inclinés, occupés par une steppe arbustive dominée par l’Artemisia tridentata (armoise tridentée), où poussent également des individus éparpillés de Pinus ponderosa (pin ponderosa) et de Pseudotsuga menziesii (douglas). Le secteur constitue la limite ouest des steppes arbustives ouvertes poussant à cette altitude. Le P. brevissimus pousse en sol argileux calcaire, dans les mares printanières de grandes clairières dominées par le Plagiobothrys scouleri (plagiobotryde de Scouler) et le Polygonum polygaloides ssp. confertiflorum (renouée à fleurs entassées). Les autres espèces associées à ces milieux comprennent le Danthonia unispicata (danthonie à épillet solitaire), le Myosurus minimus (ratoncule naine), l’Alopecurus carolinianus (vulpin de Caroline), le Gnaphalium palustre (gnaphale des marais) et le Deschampsia danthonioides (deschampsie fausse-danthonie); voir tableau 1. Le Psilocarphus brevissimus pousse également au bord d’étangs éphémères, sur le même type de substrat. Dans les mares printanières et au bord des étangs éphémères, le sol est mouillé au printemps mais s’assèche et se compacte durant l’été.

Le Psilocarphus brevissimus est considéré comme une espèce spécialiste des mares printanières (Schlising et Sanders, 1982; Keeley et Zedler, 1998; Bauder, 2000). Au printemps, la tolérance du P. brevissimus à l’inondation lui permet de supplanter les espèces de la prairie; durant la sécheresse estivale, sa tolérance à l’assèchement du sol et à la chaleur lui permet de supplanter les plantes aquatiques ou palustres (Bauder, 2000). Keeley et Zedler (1998) définissent les mares printanières (vernal pools) comme étant des « milieux humides saisonniers alimentés par les précipitations et caractérisés par une période d’inondation où la température est assez élevée pour la croissance des plantes, suivie d’une brève période d’exondaison où le terrain demeure saturé d’eau, suivie enfin d’une longue période d’assèchement extrême du sol. »

Tendances de l’habitat

Il semble que dans le passé les sites ont fait l’objet d’un pâturage modéré. Un pâturage intensif pourrait perturber les conditions hydrologiques, qui sont particulièrement importantes pour le maintien des sites dans un état optimal. Rien n’indique cependant que l’intensité actuelle du pâturage soit appelée à changer.

Protection et propriété des terrains

Les populations de P. brevissimus de Colombie-Britannique sont situées dans des terrains privés faisant partie de la réserve de terres agricoles (Agricultural Land Reserve) de la province.

Tableau 1. Position géographique des populations de Psilocarphus brevissimus de Colombie-Britannique et plantes vasculaires associées à chacune.
PopulationPlantes vasculaires associées
(y compris les espèces dominantes et co-dominantes de la communauté)
No 1 : Princeton, au SE du lac TraceyGnaphalium palustre
No 2 : Princeton, à l’ESE du lac TraceyPlagiobothrys scouleri, Myosurus minimus, Polygonum aviculare et Alopecurus carolinianus
No 3 : Princeton, au SE du lac StevensonPlagiobothrys scouleri, Myosurus minimus, Polygonum polygaloides ssp. confertiflorum, Alopecurus carolinianus, Deschampsia danthonioides et Danthonia unispicata