Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Mise à jour - Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le Pic de Williamson (Sphyrapicus thyroideus) au Canada

Protection actuelle ou autres désignations de statut

Le Pic de Williamson est protégé par la Loi sur la convention concernant les oiseaux migrateurs ainsi que par la Wildlife Act de la Colombie-Britannique, bien que l’espèce ne soit pas directement menacée par la chasse ou une quelconque forme d’exploitation. Par contre, ni l’une ni l’autre de ces lois ne protège l’habitat de l’espèce. Or, la perte d’habitat est la principale menace pour la survie de la population canadienne.

L’habitat du Pic de Williamson n’est pas désigné dans la version actuelle (Version 2004) de l’Identified Wildlife Management Strategy (IWMS), qui découle de la Forest and Range Practices Act de la Colombie-Britannique (Ministry of Water, Land and Air Protection de la Colombie-Britannique, 2004). Un état de la situation de l’espèce et des mesures visant à protéger son habitat ont été préparés pour le Volume 1 (Ministry of Forests et Ministry of Environment de la Colombie-Britannique, 1999), et de nouveau pour le volume suivant (qu’on désigne par « version » puisqu’au lieu de contenir des mesures de protection supplémentaires par rapport au Volume 1, comme prévu à l’origine, la Version 2004 remplace entièrement le Volume 1). Dans leur version finale, ni l’un ni l’autre de ces deux documents n’a désigné le Pic de Williamson.

Selon les objectifs énoncés dans la Version 2004 de l’IWMS, seules les espèces désignées par le COSEPAC bénéficieront des mesures de protection de l’habitat prévues par la Forest and Range Practices Act. Le premier volume visait la protection de l’habitat d’un grand nombre d’espèces sous les régimes d’aménagement et d’exploitation des forêts, mais il a été remplacé par une version ultérieure. Comme le Pic de Williamson n’a pas fait l’objet d’une évaluation du COSEPAC, il ne bénéficie d’aucune des mesures de protection prévues par l’IWMS, en dépit de l’évaluation faite par le Data Conservation Centre de la Colombie-Britannique (tableau 7).

De l’ensemble des sites de nidification connus du Pic de Williamson, seulement deux se trouvent dans des aires provinciales protégées, et ni l’un ni l’autre n’est actuellement occupé. Un certain nombre de sites échapperont peut-être à la coupe forestière si des réserves de forêt ancienne sont établies sous le régime de la Forest and Range Practices Act. Les réserves prévues ne protégeraient toutefois que cinq des quelque 170 sites de nidification connus. Le seul site de nidification connu de la sous-espèce nataliae se trouve dans un parc municipal, de sorte qu’il bénéficie d’un certain niveau de protection, inférieur cependant au niveau prévu par la loi pour les parcs provinciaux de classe A.

Tableau 7.  Classements mondial, nationaux (Canada et États-Unis) et infranationaux du Pic de Williamson, selon NatureServe (2004) et le Species and Ecosystem Explorer de la Colombie-Britannique (2004)
 ÉchelleTaxonClassement1Autres désignations
Échelle mondialeSphyrapicus thyroideusG5 
CanadaSphyrapicus thyroideusN3BNon évalué par le COSEPAC
États-UnisSphyrapicus thyroideusN5B, N3N 
Colombie-BritanniqueS. t. thyroideusS3BListe bleue
WashingtonS. t. thyroideusS4B 
CalifornieS. t. thyroideusS3 
OregonS. thyroideus, les deux sous-espècesS4B,S3N 
NevadaS. thyroideus, les deux sous-espècesS5 
Colombie-BritanniqueS. t. nataliaeS1, S2BListe rouge
ArizonaS. t. nataliaeS4 
ColoradoS. t. nataliaeS4B 
IdahoS. t. nataliaeS5B 
MontanaS. t. nataliaeS4B 
Nouveau-MexiqueS. t. nataliaeS5B,S5N 
Texas     “S2N 
Utah     “S2B 
Wyoming     “S3B 

1 1 = gravement en péril; 2 = en péril; 3 = vulnérable; 4 = apparemment non en péril; 5 = non en péril.
B = période de nidification uniquement; N = hors de la période de nidification uniquement; aucun suffixe = à la fois durant et en dehors de la période de nidification.

Bien que le Pic de Williamson soit considéré non en péril à l’échelle mondiale (G5; tableau 7), la sous-espèce thyroideus n’est considérée telle nulle part où elle est abondante (Colombie-Britannique, Washington, Oregon et Californie), étant plutôt classée apparemment non en péril (S4) ou vulnérable (S3). En Colombie-Britannique, la sous-espèce nataliae est classée S1, S2 (gravement en péril ou en péril). Dans les États où seule la sous-espèce nataliae nidifie, celle-ci est classée S2, S3, S4 ou S5, et dans les États où elle est le plus commune (Arizona, Colorado et Nouveau-Mexique), elle est classée non en péril ou apparemment non en péril.