Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Mise à jour - Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le Pic de Williamson (Sphyrapicus thyroideus) au Canada

Facteurs limitatifs et menaces

Au Canada, le principal facteur limitant les populations de Pic de Williamson semble être la quantité limitée de milieux propices à la nidification. La population d’Okanagan-Greenwood (89 p. 100 de la population totale de thyroideus) occupe principalement des peuplements âgés où elle trouve de grands mélèzes de l’Ouest atteints de la pourriture du cœur pour nicher, des mélèzes de l’Ouest et des douglas moins âgés (20 à 40 cm DHP) pour la sève et des arbres âgés fréquentés par les fourmis charpentières pour nourrir les petits. Ces trois éléments sont essentiels à l’espèce. La plupart (88 p. 100) des nids observés dans la région se trouvaient dans des peuplements de plus de 170 ans ou dans des mélèzes de l’Ouest de plus de 170 ans au sein de peuplements inéquiennes (voir la section « Habitat »).

La principale menace pesant sur les peuplements anciens de mélèze de l’Ouest est la récolte de bois sur les terres de la Couronne et le déboisement sur les terres privées. Les arbres âgés recherchés par le Pic de Williamson pour nicher et glaner des fourmis charpentières ne seront pas remplacés sous le régime actuel de coupe, à révolution d’environ 100 ans. Même si on conservait dans les coupes à blanc des semenciers ou des individus mûrs pour remplacer les arbres de nidification, les parterres de coupe ne conviendraient pas à l’espèce durant la majeure partie de la révolution puisque celle-ci comble une grande partie de ses besoins alimentaires dans les peuplements forestiers à composante âgée situés à proximité du nid.

On peut supputer la tendance de l’habitat pour les 10 à 14 dernières années et la prochaine décennie à partir des données disponibles pour la population d’Okanagan-Greenwood. Du début des années 1990 à 2004, la superficie de milieu propice à la nidification du Pic de Williamson dans la région d’Okanagan-Greenwood s’est rétrécie de 23 p. 100, passant de 19,5 p. 100 à 15 p. 100 de la zone d’occupation de cette population (voir la section « Tendances en matière d’habitat »). Le taux d’exploitation forestière prévu pour les 10 prochaines années dans la région est d’environ 1 p. 100 du territoire par année, et 80 p. 100 des peuplements visés sont des peuplements anciens de mélèze de l’Ouest occupés par le Pic de Williamson (voir la section « Tendances en matière d’habitat »). Ainsi, en 10 ans, la proportion de milieu favorable à l’espèce pourrait passer de 15 p. 100 à 7 p. 100, soit une réduction de 53 p. 100. À cette cadence, la quantité de milieu favorable dans la zone d’occupation de la population d’Okanagan-Greenwood pourrait pratiquement disparaître d’ici 20 ans, ou du moins être réduite au point de ne pas pouvoir abriter une population viable, comme on pense que cela s’est produit dans le sillon des Rocheuses, près de Cranbrook.