Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Mise à jour - Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le Pic de Williamson (Sphyrapicus thyroideus) au Canada

Importance de l'espèce

Le Pic de Williamson présente un intérêt scientifique particulier du fait qu’il forme la plus ancienne lignée de Sphyrapicus et la moins variable sur le plan génétique. En outre, l’espèce présente le dimorphisme sexuel le plus marqué de tous les pics, au point que, durant 24 ans, on a classé le mâle et la femelle sous des espèces différentes.

En Colombie-Britannique, la plus grande population de Pic de Williamson (85 p. 100 de l’effectif total estimé pour la province) peut servir d’indicateur de la vitesse de disparition de la forêt ancienne et stratifiée de mélèze de l’Ouest. L’espèce intéresse les ornithologues en raison de sa rareté et de son association avec la forêt ancienne de mélèze de l’Ouest, devenue rare dans la province. Elle demeure peu connue du public qui ne s’adonne pas à l’observation d’oiseaux en raison de sa rareté et de son retranchement dans les forêts conifériennes sises à altitude intermédiaire en Colombie-Britannique.

Le Pic de Williamson est une des espèces prioritaires des programmes Partners in Flight in the Great Basin (Partners in Flight British Columbia and Yukon, 2003) et Canadian Intermountain Joint Venture (2003). Il est désigné par Partners in Flight espèce d’importance continentale pour le biome intermontagnard de l’avifaune de l’Ouest (Rich et al., 2004).

On ne connaît aucune valeur particulière de l’espèce pour les Autochtones.